Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Sécurité des produits de consommation

Foire aux questions

Sur cette page :

Au sujet de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA)

Quel est le rôle de l'ARLA ?

L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada est responsable de la réglementation des pesticides au Canada. En vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires, Santé Canada :

  • homologue les pesticides à la suite d'une évaluation rigoureuse et fondée sur des données scientifiques;
  • réévalue, tous les 15 ans, les pesticides qui sont sur le marché afin de s'assurer qu'ils répondent aux normes en vigueur;
  • fait la promotion de la lutte antiparasitaire durable;
  • fait la promotion de la conformité à la loi et en garantit l'application;
  • travaille avec des ministères provinciaux et territoriaux ainsi qu'avec d'autres ministères fédéraux pour améliorer et renforcer la réglementation des pesticides à l'échelle du pays;
  • collabore étroitement avec plusieurs organisations internationales, notamment l'Environmental Protection Agency des États-Unis (EPA), le Groupe de travail technique de l'Accord de libre-échange nord-américain, l'Organisation de coopération et de développement économiques, la Commission du Codex Alimentarius et le Programme des Nations Unies pour l'environnement.

Combien de scientifiques travaillent à l'ARLA ?

Santé Canada emploie plus de 350 scientifiques à l'ARLA, notamment des biologistes, des chimistes, des toxicologues, des épidémiologistes, des phytopathologistes, des malherbologistes et des entomologistes, qui se concentrent sur l'évaluation des pesticides.

 

Information générale sur les pesticides

Que sont les pesticides ?

Les pesticides sont des produits, des organismes, des substances, des dispositifs ou autres objets fabriqués, présentés, vendus ou utilisés comme moyens de lutte directs ou indirects (prévention, destruction, limitation, attraction, répulsion ou autre) contre les organismes nuisibles.

Parmi les pesticides, on trouve :

  • les herbicides, qui sont utilisés contre les mauvaises herbes;
  • les insecticides, qui sont utilisés contre les insectes;
  • les fongicides et les agents antimicrobiens, qui sont utilisés contre les champignons et d'autres microorganismes;
  • les agents de préservation pour le bois et les matériaux;
  • les répulsifs pour animaux et insectes;
  • les dispositifs de dératisation et d'élimination d'insectes, tels que les dispositifs d'électrocution d'insectes et les trappes à souris;
  • les algicides, qui sont utilisés contre les algues dans les piscines et les spas.

Pourquoi les pesticides sont-ils nécessaires ?

S'ils ne sont pas combattus de manière adéquate, les organismes nuisibles peuvent nuire à notre qualité de vie de différentes façons. Les termites peuvent causer des dommages aux immeubles, les herbes envahissantes peuvent détruire les habitats sensibles, les maladies peuvent ruiner les cultures. Les organismes nuisibles représentent une menace pour la santé publique et l'environnement tout comme ils peuvent avoir des répercussions importantes sur l'économie s'ils ne sont par réprimés adéquatement.

En plus de réglementer les pesticides, Santé Canada promeut et encourage l'adoption de nombreuses méthodes sans pesticides pour lutter contre les organismes nuisibles au moyen des stratégies suivantes :

  • Vous pouvez vous poser la question suivante : Ai-je vraiment un problème d'organisme nuisible?
  • Il faut comprendre le comportement des organismes nuisibles.
  • Il faut modifier votre environnement physique afin de le rendre moins attirant pour les organismes nuisibles.
  • Il faut modifier votre environnement physique général afin qu'il soit repoussant pour les organismes nuisibles.

Si vous décidez d'avoir recours aux pesticides, assurez-vous de bien respecter le mode d'emploi de l'étiquette. Vous pouvez obtenir plus de renseignements sur la façon dont les propriétaires de maison peuvent lutter contre les organismes nuisibles les plus courants dans la série des Feuillets de renseignements.

 

Y-a-t-il des solutions approuvées par Santé Canada autres que les pesticides classiques ?

Santé Canada encourage l'élaboration et l'utilisation de stratégies de lutte antiparasitaire durables et a déjà des mécanismes en place pour permettre un accès plus facile à des pesticides nouveaux et plus sûrs.

Un pesticide classique ou de remplacement ne peut pas être homologué ou le demeurer à des fins d'utilisation au Canada si tout risque sanitaire ou environnemental qu'il pose n'a pas été jugé acceptable. Les risques sont acceptables si, sur la foi des données scientifiques exhaustives, il existe une certitude raisonnable qu'aucun dommage à la santé humaine, aux générations futures ou à l'environnement ne résultera de l'utilisation du produit, lorsqu'il est utilisé selon son mode d'emploi.

Santé Canada facilite l'accès aux pesticides qui agissent plus légèrement que certains pesticides classiques. Par exemple, les phéronomes, les produits sémiochimiques, biochimiques et non classiques, comme les huiles minérales, font l'objet d'un processus d'évaluation qui peut accélérer l'homologation si Santé Canada estime que les risques et les effets sur la santé humaine et l'environnement sont acceptables.

Quelques récentes homologations de pesticides de remplacement :

  • Le savon à l'ammonium d'acide gras est un nouvel herbicide à usage domestique qui supprime les mauvaises herbes, les algues et les mousses en divers endroits comme les jardins de légumes et de fleurs, sur les voies d'accès, sur les terrasses et dans le gravier.
  • L'EDTA de sodium et de fer (III) est un nouveau molluscicide utilisé pour lutter contre les limaces et les escargots qui s'attaquent à divers arbres fruitiers, aux légumes, aux petits fruits, aux gazons, de même qu'aux graminées et plantes ornementales cultivées aussi bien dans les serres qu'à l'extérieur.
  • De nouveaux herbicides contenant du chlorure de sodium pour une utilisation le long des chemins, des autoroutes et des allées piétonnières ainsi que sur les terrains vagues et autres terrains non agricoles.
 

Emploi des pesticides

Comment utiliser les pesticides de façon sécuritaire ?

On peut utiliser les pesticides de façon sécuritaire en suivant leur mode d'emploi. Les énoncés figurant sur l'étiquette reposent sur les résultats de l'évaluation scientifique à laquelle le produit a été soumis et expliquent comment réduire le plus possible les risques potentiels pour la santé humaine et l'environnement.

La dose d'application prescrite sur l'étiquette est la plus petite à utiliser. Cette dose garantit l'efficacité du produit. En gros, en utiliser moins n'aura pas le résultat escompté et en utiliser plus n'aboutira pas à de meilleurs résultats.

Dans le cas où l'utilisation d'un pesticide s'avérait nécessaire, lisez attentivement le mode d'emploi et respectez les directives qui y sont inscrites. Toutefois, avant d'acheter un produit antiparasitaire, il faut s'assurer au préalable de bien identifier le ravageur et d'explorer d'autres options de lutte comme installer des barrières physiques, empêcher l'accès du ravageur à des sources de nourriture ou d'eau, ou employer des produits de remplacement. Consultez la série des Feuillets de renseignements pour obtenir plus de renseignements sur la façon de lutter contre les organismes nuisibles les plus communs.

Les étiquettes de pesticides sont-elles perçues comme des consignes de sécurité ?

L'étiquette précise l'usage approprié du produit de façon à réduire au minimum les risques pour la santé humaine ou l'environnement. L'étiquette constitue un document juridique qui doit être respecté.

Lorsque vous utilisez des pesticides :

  • Assurez-vous que l'utilisation précise désirée est inscrite sur l'étiquette du pesticide ainsi que le nom de l'organisme nuisible que vous voulez combattre.
  • Suivez toutes directives inscrites sur l'étiquette.
  • Conformez-vous à toute réglementation supplémentaire des autorités locales, régionales ou provinciales concernant l'utilisation et l'élimination des quantités non utilisées ou des contenants vides.
  • Portez des vêtements de protection, des gants ou autre équipement recommandés sur l'étiquette.
  • Rangez les pesticides hors de la portée des enfants et des animaux de compagnie.
 

Est-il sans danger d'utiliser les recettes de fabrication artisanale de pesticides que l'on retrouve sur Internet ?

Santé Canada prévient les consommateurs que la préparation, l'entreposage et l'utilisation de pesticides de fabrication artisanale ou faits maison peuvent poser des risques pour la santé et l'environnement. Les pesticides faits maison ne font pas l'objet d'une évaluation scientifique. Ils n'ont pas non plus de mode d'emploi que l'utilisateur peut suivre pour s'assurer que leur utilisation est sécuritaire ou efficace. S'il est vrai que certaines recettes, telles que les mélanges de savon et d'eau, ne poseront probablement pas de risques pour la santé humaine, d'autres recettes nécessitant une cuisson et une ébullition peuvent susciter des inquiétudes pour la santé ou l'environnement.

Pour obtenir davantage de renseignements à ce sujet, veuillez consulter Pesticides faits maison.

Comment puis-je éliminer des pesticides ?

Lors de l'achat d'un pesticide, il importe d'acheter seulement la quantité dont on a besoin pour éviter d'avoir à éliminer ce qui reste du produit. Si vous devez entreposer des pesticides inutilisés, veillez à les placer dans un endroit sécuritaire, hors de la portée des enfants et des animaux domestiques. Ne jamais entreposer les pesticides dans un contenant qui n'est pas le contenant original et ne jamais réutiliser les contenants de pesticides vides.

Pour éliminer les pesticides, vous pouvez envelopper les petits contenants de produits inutilisés ou vides dans plusieurs couches de papier journal et les jeter dans les ordures ménagères. Il ne faut jamais incinérer les pesticides ni les vider dans les égouts.

Vous pouvez également communiquer avec les autorités municipales pour obtenir de l'information sur les sites d'élimination des déchets ménagers dangereux.

Comment réduire le besoin d'utiliser des pesticides à la maison ?

Les propriétaires, les particuliers et les jardiniers peuvent gérer les organismes nuisibles dans leurs jardins et pelouses de façon systématique à l'aide des techniques de lutte antiparasitaire appropriées. Il s'agit d'une approche coordonnée de prévention des problèmes d'organismes nuisibles qui met en jeu la surveillance du nombre et du type de parasites dans un secteur donné ou autour de la résidence à l'aide de techniques de lutte qui ne nécessitent pas toujours l'emploi d'un pesticide.

Santé Canada a publié de nombreux feuillets de renseignements qui présentent des informations sur les approches de lutte contre les organismes nuisibles courants des pelouses et des jardins et qui sont conformes aux principes des techniques de lutte antiparasitaire appropriées. Par exemple, on trouve davantage d'informations au sujet de l'entretien d'une pelouse saine dans la brochure Votre santé et vous - Pelouses saines.

Si un pesticide est homologué au Canada, cela signifie-t-il que je peux l'utiliser ?

L'étiquette du pesticide indique qui peut utiliser un pesticide et dans quelle circonstance il peut être utilisé. Les pesticides qui sont réglementés par le gouvernement fédéral sont divisés en quatre classes distinctes en fonction de l'endroit, du moment et de la personne auxquels ils s'appliquent :

  • Les produits à usage domestique sont pour usage personnel et autour de la maison.
  • Les produits à usage commercial sont restreints aux activités commerciales, comme l'indique l'étiquette. Ils ne sont pas accessibles au grand public à des fins d'utilisation dans la maison et autour de celle-ci.
  • Les produits à usage restreint ne peuvent être utilisés que dans certaines circonstances par des personnes spécialement formées. Ils ne sont pas accessibles au grand public.
  • Finalement, les produits destinés à la fabrication sont utilisés dans la production d'autres pesticides ou des produits réglementés par la Loi relative aux aliments du bétail ou la Loi sur les engrais.
 

Évaluation des pesticides

Comment accord-t-on une homologation à un pesticide au Canada ?

En premier lieu, les demandeurs qui désirent vendre un pesticide au Canada doivent envoyer des essais et des études très détaillés sur les risques potentiels du produit pour la santé et pour l'environnement, ainsi que sur sa valeur. Ensuite, les scientifiques de Santé Canada examinent rigoureusement ces renseignements afin de déterminer s'il est acceptable d'utiliser ce produit au Canada et s'il présente un danger pour les êtres humaines ou l'environnement. Ce processus peut prendre quelques années.

Santé Canada consultera ses homologues internationaux afin de vérifier si de semblables décisions ont été prises à la suite d'un examen scientifique du même produit.

Qui peut demander l'homologation d'un pesticide ?

Toute entreprise, agence, importateur ou personne souhaitant commercialiser un pesticide au Canada peut envoyer des renseignements scientifiques détaillés qui devront être évalués par Santé Canada. Si on accorde l'homologation au produit, la personne ou le groupe responsable de la demande devient le titulaire du produit.

Le fabricant peut dépenser des millions de dollars ou mener des recherches pendant plus d'une décennie pour découvrir, mettre au point et homologuer un nouveau pesticide. L'investissement dans le processus de mise au point et d'application est tellement important que les titulaires ont tendance à faire seulement une demande d'homologation pour des produits qui sont susceptibles d'obtenir cette homologation.

Une entreprise est-elle tenue de fournir des renseignements sur chaque ingrédient d'un pesticide ?

Oui. Les titulaires doivent fournir à Santé Canada les renseignements de tous les composés d'un pesticide, y compris les matières actives et les ingrédients de formulation. Ces derniers sont évalués lors du processus d'évaluation.

Que fait Santé Canada pour s'assurer de recevoir des renseignements honnêtes, précis et objectifs de l'industrie ?

Pour s'assurer de recevoir des renseignements exacts, Santé Canada suit l'ensemble des directives d'analyse et de bonnes pratiques de laboratoire (BPL) élaborées par l'Organisation de coopération et de développement économiques. L'évaluation des pesticides doit être menée en fonction de ces lignes directrices qui adhèrent aux principes de bonnes pratiques de laboratoire. Au cours du processus d'évaluation, les scientifiques de Santé Canada vérifient les données par recoupement comme mesure de validation additionnelle des résultats d'études. Ils peuvent également comparer leurs résultats avec ceux de leurs homologues d'autres pays afin de s'assurer que leurs évaluations permettent de tirer des conclusions similaires. Enfin, ils peuvent demander des données additionnelles aux sociétés.

 

Si l'industrie commandite les données utilisées par Santé Canada, ne s'agit-il pas ici de conflit d'intérêts ?

Tous les demandeurs d'homologation sont tenus d'établir une base de données complète d'information scientifique qui démontre la valeur du produit et ses effets sur l'environnement et la santé humaine. Certains pays, dont le Canada, les États-Unis et d'autres pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques, ont harmonisé leurs exigences en matière de données et les protocoles d'étude. Ces protocoles ont été conçus spécifiquement par des scientifiques et des organismes de réglementation pour produire des données scientifiquement fiables. Ces études sont réalisées soit par les demandeurs d'homologation, ou plus souvent, par des laboratoires indépendants. Elles doivent être réalisées conformément à des protocoles d'étude internationalement acceptés et selon de bonnes pratiques de laboratoire. De plus, ces laboratoires font également l'objet de vérifications indépendantes qui s'assurent de leur fiabilité.

Les études que l'industrie envoie à Santé Canada sont généralement de très bonne qualité. Des milliers de page de données tirées des études commanditées par l'industrie sont soumises à une analyse rigoureuse et indépendante effectuée par le personnel scientifique de Santé Canada et on compare les données avec d'autres études pour en assurer l'uniformité. En outre, le personnel scientifique de Santé Canada examine les études scientifiques publiées, comme les études épidémiologiques, relatives à tout examen.

Est-ce que Santé Canada tient compte des femmes enceintes, des enfants et d'autres personnes vulnérables lorsqu'elle évalue des pesticides ?

Santé Canada procède à des évaluations des risques propres aux sous-populations vulnérables, dont les enfants et les femmes enceintes, en tenant compte des traits physiologiques qui leur sont propres. Les comportements des enfants ainsi que leurs habitudes de jeu (par exemple, les activités au cours desquelles la main entre en contact avec la bouche et le corps lorsque les enfants jouent près de zones traitées) sont étudiées lors de la détermination de l'exposition éventuelle. L'on tient également compte des cas extrêmes d'exposition lors de l'établissement des doses d'application.

Santé Canada tient également soigneusement compte de la santé des travailleurs exposés aux pesticides. Les instructions sur l'étiquette donnent de l'information aux travailleurs sur la façon dont il faut utiliser le produit en toute sécurité, y compris de l'information sur la manipulation du produit et des instructions sur l'utilisation du matériel de protection individuelle. En outre, certaines provinces et territoires exigent des professionnels qui utilisent les pesticides qu'ils soient formés et possèdent un permis.

Quels sont les laboratoires qui effectuent les tests sur les pesticides ?

Des études sont menées conjointement par des laboratoires indépendants et les laboratoires des titulaires et doivent suivre des lignes directrices sur les essais élaborées et validées à l'échelle internationale pour des protocoles d'étude conformes aux principes de bonnes pratiques de laboratoire. Cette importante communication de données est nécessaire pour permettre aux travailleurs scientifiques de Santé Canada d'effectuer des analyses indépendantes des données.

 

Réglementation des pesticides

Comment puis-je vérifier si l'usage d'un pesticide est homologué au Canada ?

Tous les pesticides dont l'emploi est homologué au Canada ont un numéro d'homologation de la Loi sur les produits antiparasitaires inscrit sur l'étiquette. Il est important de lire attentivement l'étiquette d'un pesticide, car elle contient aussi des renseignements précis sur l'utilisation sécuritaire de ce dernier.

Un pesticide conserve-t-il indéfiniment son statut d'homologation ?

Non. Au fur et à mesure que la science évolue et que de nouvelles données deviennent disponibles, on doit réévaluer ces produits afin de s'assurer qu'ils respectent toujours les normes les plus récentes en matière de santé et d'environnement. Tous les produits sont réévalués tous les 15 ans. Cela garantit que les anciens pesticides qui ne respectent plus les normes en vigueur seront retirés du marché canadien et que le mode d'emploi figurant sur les étiquettes des produits sera révisé de manière à mieux protéger la santé humaine et l'environnement.

Toutefois, en tout temps, si de nouveaux renseignements indiquent qu'un pesticide peut poser des risques inacceptables, les renseignements seront évalués et des mesures appropriées seront immédiatement prises.

Qu'arrive-t-il lorsque l'on constate qu'un pesticide déjà homologué présente des risques pour la santé et pour l'environnement ?

Si de nouveaux renseignements scientifiques indiquent qu'un pesticide homologué peut présenter des risques inacceptables pour la santé ou l'environnement, Santé Canada peut déclencher un examen spécial ou procéder plus tôt à une réévaluation pour dissiper les préoccupations. Une homologation peut être retirée si le résultat de l'examen ou de la réévaluation indique que les risques sont inacceptables.

Santé Canada surveille de près et examine régulièrement les résultats scientifiques provenant de partout dans le monde à la recherche de renseignements les plus récents et les plus exacts pour réévaluer un pesticide. Elle insère ensuite ces renseignements dans les évaluations du pesticide, s'il y a lieu.

Santé Canada réglemente-t-il également les produits chimiques pour les piscines ?

Santé Canada est responsable de la réglementation des produits de lutte contre les bactéries, les virus et les algues dans les piscines et les spas qui sont considérés comme des pesticides. Les désinfectants chimiques et les dispositifs qui produisent un agent d'assainissement pour lutter contre les microorganismes, ainsi que les ionisateurs et ozonateurs utilisés pour supprimer des algues, doivent être homologués en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires.

 

Puis-je acheter des pesticides homologuées aux Etats-Unis, mais pas au Canada et les utiliser au Canada ?

La Loi sur les produits antiparasitaires interdit d'importer, de vendre ou d'utiliser un produit qui n'est pas homologué au Canada. Recherchez le numéro d'homologation du produit antiparasitaire sur l'étiquette du produit pour vous assurer que ce dernier est bien homologué à des fins d'utilisation au Canada.

Toutefois, dans l'intérêt des agriculteurs canadiens, le Programme d'importation pour approvisionnement personnel à la demande des agriculteurs (PIAPDA) autorise l'importation de la version américaine d'un produit homologué au Canada avec un certificat d'importation dûment approuvé. Les produits admissibles au PIAPDA doivent être achetés et importés par les agriculteurs pour leur usage personnel sur leurs terres, et ce, pour une seule saison seulement.

Que devrais-je faire si je suis témoin d'une utilisation non-conforme d'un pesticide ?

Si vous croyez qu'un pesticide n'est pas utilisé selon son mode d'emploi, veuillez communiquer avec le Service de renseignements sur la lutte antiparasitaire au 1-800-267-6315.

Si possible, veuillez décrire le type de pesticide concerné, le nom commercial du produit ou le nom de la matière active. Il est également important de noter l'heure et l'endroit de cette possible infraction. Après avoir été mis au courant, Santé Canada prendra les mesures nécessaires.

On peut également communiquer avec les autorités provinciales ou municipales de réglementation concernant l'utilisation de pesticides liés aux lois provinciales ou règlements municipaux.

Que devrais-je faire si je suis témoin d'une utilisation non-conforme d'un pesticide qui peut avoir causé un effet nocif ?

La population peut déclarer au fabricant n'importe quel type d'incident lié à un pesticide grâce aux coordonnées inscrites sur l'étiquette du produit. Les fabricants sont légalement tenus de déclarer à Santé Canada tous les renseignements relatifs à un incident concernant leur produit et dont ils ont connaissance.

Santé Canada recueille et évalue des déclarations d'incident liées à des pesticides homologués dans le cadre du Programme de déclaration d'incident. En déclarant un incident, vous contribuez à la collecte continue de renseignements sur les pesticides une fois qu'ils ont été homologués.

Vous pouvez également déclarer un incident directement à Santé Canada en appelant le Service de renseignements sur la lutte antiparasitaire au 1-800-267-6315.

 

Questions fréquemment posées

Pourquoi l'utilisation de certains pesticides est-elle interdit dans certaines villes et provinces canadiennes si Santé Canada a approuvé leur utilisation ?

Bien que Santé Canada ait le pouvoir d'homologuer des pesticides, les municipalités et les provinces ont le pouvoir d'imposer d'autres restrictions sur l'emploi de ces produits.

Les produits antiparasitaires doivent être homologués avant d'être importés, fabriqués, vendus ou utilisés au Canada. L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada est responsable de l'administration de la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA). L'homologation, aux termes de la LPA, nécessite une évaluation scientifique approfondie. Celle-ci détermine si une utilisation précise d'un nouveau pesticide est acceptable et si l'utilisation du pesticide homologué demeure acceptable une fois que celui-ci est commercialisé.

Les provinces et les territoires peuvent adopter des règlements qui limitent ou interdisent l'utilisation de produits homologués en vertu de la LPA dans leur territoire de compétence. La législation provinciale et territoriale peut également permettre aux villes, aux villages et aux municipalités de prendre des décrets pour établir une réglementation plus poussée de l'utilisation des pesticides, dont l'édiction de règlements municipaux, en se fondant sur les particularités locales dans leur territoire de compétence.

Peut-on manger de la nourriture qui a été traitée avec des pesticides et sur laquelle on peut retrouver des résidus ?

Les pesticides laissent des résidus, toutefois, le montant et la nature des résidus varient selon le pesticide et la culture. Les Limites maximales de résidus (LMR) sont établies pour les aliments cultivés et importés au Canada en fonction des études alimentaires. Ces limites sont bien en-dessous des niveaux reconnus pour leurs risques. L'Agence canadienne d'inspection des aliments surveille les LMR sur les aliments.

Pour obtenir plus de renseignements, consultez la fiche technique Pesticides et les produits alimentaires.

De quelle manière Santé Canada répond-il aux allégations selon lesquelles l'exposition aux pesticides cause des maladies comme le cancer et la maladie de Parkinson ?

Santé Canada n'accordera pas une homologation à un pesticide connu comme étant cancérigène ou pouvant causer d'autres maladies lorsqu'il est employé conformément au mode d'emploi de l'étiquette.

Avant de permettre l'utilisation ou la vente d'un produit antiparasitaire au Canada, Santé Canada le soumet à un processus d'évaluation scientifique rigoureux afin de s'assurer qu'il ne présentera aucun danger s'il est utilisé conformément au mode d'emploi qui apparaît sur l'étiquette du produit. Tous les pesticides homologués au Canada, y compris les produits antiparasitaires destinés à des usages agricoles, forestiers et domestiques, sont soumis à un examen d'une telle rigueur.

S'il est prouvé hors de tout doute que l'exposition à un pesticide cause la maladie de Parkinson, le cancer ou d'autres maladies graves ou est négatif pour l'environnement, des mesures de nature réglementaire seront prises.

 

Est-ce que Santé Canada a examiné le rapport de l'Ontario College of Family Physicians sure les pesticides ? Si oui, quelle mesure l'ARLA a-t-elle prise pour y donner suite ?

Le personnel scientifique de Santé Canada et d'ailleurs ont minutieusement examiné le rapport de l'Ontario College of Family Physicians. Ce rapport analyse un petit groupe d'études épidémiologiques et fait des associations entre les pesticides et certains cancers. Les préoccupations exprimées par le milieu scientifique sont importantes, particulièrement en ce qui concerne la méthodologie employée dans le cadre de cette recherche documentaire, parce qu'elle n'a pas tenu compte de l'ensemble des renseignements épidémiologiques pertinents.

Les études épidémiologiques sont spécialement conçues pour déterminer des associations plutôt que des causes. Les études épidémiologiques sont importantes et sont utilisées par Santé Canada dans différents scénarios d'évaluation. Santé Canada en tient compte au même titre que les études toxicologiques qui examinent les effets toxiques de différents dosages.

La méthode privilégiée pour évaluer les risques pour la santé humaine consiste à examiner des études de toxicité chez les animaux. Ces études analysent l'absorption et la décomposition des toxines. Cette méthode consiste aussi à examiner des études d'exposition. Santé Canada utilise cette démarche que préconise également la communauté scientifique internationale, lorsqu'on établit si un pesticide peut être utilisé en toute sécurité.

Certains groupes indiquent qu'il y a une « accumulation de preuves qui permet de croire qu'il y a un lien entre les pesticides et le cancer ». Comment Santé Canada réagit-il à ce propos ?

Santé Canada n'accordera pas une homologation à un pesticide connu comme étant cancérigène ou pouvant causer d'autres maladies lorsqu'il est employé conformément aux directives de l'étiquette.

L'ARLA de Santé Canada est responsable de l'administration de la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA) au nom du ministre de la Santé. Avant que l'utilisation ou la vente d'un pesticide au Canada soit autorisée, ledit pesticide doit être soumis à un processus d'évaluation scientifique rigoureux offrant la certitude raisonnable qu'il ne présentera aucun danger, dont des effets chroniques comme le cancer, s'il est utilisé conformément au mode d'emploi qui apparaît sur l'étiquette du produit.

Dans le cadre de ce processus d'autorisation préalable à la mise en marché, des résultats tirés de plus de 200 types d'études scientifiques doivent être soumis afin qu'on établisse si le pesticide pourrait causer des effets nocifs aux personnes, aux animaux, aux oiseaux, aux insectes, aux plantes, de même qu'au sol et à l'eau. Cette évaluation prend en compte les sous-populations vulnérables, telles que les femmes enceintes et celles qui allaitent, les nourrissons, les enfants et les aînés.

En outre, le personnel scientifique de Santé Canada examine les publications scientifiques pour les études qui portent sur les pesticides. Santé Canada reconnaît la valeur des études épidémiologiques dans l'évaluation des risques. Les études épidémiologiques les plus utiles et les plus pertinentes sont celles qui caractérisent de manière appropriée l'exposition en ce qui concerne la manière dont il faut utiliser un produit.

Mes animaux de compagnie peuvent-ils déambuler sur la pelouse en toute sécurité si celle-ci a été traitée avec des pesticides ?

Il est possible que les animaux soient exposés si on les laisse déambuler sur une pelouse traitée avant que les résidus de pesticides sèchent. Ils peuvent être exposés lorsque leurs pattes entrent en contact avec la pelouse, lorsqu'ils se lèchent le corps ou lorsqu'ils mangent l'herbe. Afin de réduire au minimum l'exposition, après le traitement de votre pelouse, il est important de suivre le mode d'emploi figurant sur l'étiquette, tout comme les directives que vous a données le professionnel d'entretien des pelouses et d'empêcher les animaux de compagnie de se promener sur la pelouse traitée avant qu'elle sèche. Aucun tort ne sera causé, mais on recommande d'éviter l'exposition dans la mesure du possible.

Puis-je utiliser sans danger l'herbicide 2,4-D sur ma pelouse ?

À la suite d'une consultation approfondie et d'une évaluation scientifique à l'aide des méthodes les plus modernes, Santé Canada a conclu que le 2,4-D respectait les normes canadiennes strictes relatives à la santé et à la sécurité et que, par conséquent, il peut être utilisé, pourvu que les directives inscrites sur l'étiquette soient respectées. Les résultats de l'évaluation de Santé Canada sur le 2,4-D correspondent aux résultats des organismes de réglementation d'autres pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques, y compris les États-Unis, l'Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l'Organisation mondiale de la Santé.