Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Santé de l'environnement et du milieu de travail

Adaptation aux périodes de chaleur accablante : Lignes directrices pour évaluer la vulnérabilité en matière de santé

Préparé par : Bureau de l'eau, de l'air et des changements climatiques Direction générale de la santé environnementale et de la sécurité des consommateurs

2011
ISBN : 978-1-100-97364-7
No de catalogue : H128-1/11-654F
SC Pub. : 110113

Remerciements

Santé Canada remercie chaleureusement la contribution des personnes suivantes dans l'élaboration du présent document.

Carlos Corvalan
Organisation panaméricaine de la santé
Kristie Ebi
Institut Carnegie pour la science
Pierre Gosselin
Institut national de santé publique du Québec et Université Laval
Norman King
Direction de la santé publique de Montréal
Tom Kosatsky
Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique
George Luber
Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis
Toni Morris-Oswald
Santé Manitoba, Bureau de gestion des opérations en cas de catastrophe
Dawn Paszkowski
Université de Colombie-Britannique
Barry Smit
Université de Guelph
Sue Sullivan
Association canadienne de santé publique

Pour en savoir davantage sur les changements climatiques et les activités de Santé Canada, veuillez contacter : Climatinfo@hc-sc.gc.ca.

Table des matières

Avant-propos

Plusieurs études ont documenté les risques croissants pour la santé des Canadiens que représentent les périodes de chaleur accablante de plus en plus intenses et fréquentes. Ces risques ont été identifiés comme étant une préoccupation importante dans le rapport de Santé Canada intitulé Santé et changements climatiques : Évaluation des vulnérabilités et de la capacité d'adaptation au CanadaNote de bas de page 1. Les responsables de la santé publique ont reconnu la nécessité de préparer leurs collectivités et les populations vulnérables aux périodes de chaleur accablante et ils cherchent de l'information sur les moyens les plus efficaces pour préserver la santé. C'est dans ce but que Santé Canada prend des mesures pour aider les Canadiens à mieux réagir aux changements climatiques. Comme de plus en plus de collectivités au Canada commencent à se doter de systèmes visant à réduire les risques pour la santé liés à la chaleur accablante, elles ont besoin de connaître les stratégies et les mesures qui peuvent atténuer efficacement leurs vulnérabilités.

Une composante importante des efforts de santé publique visant à protéger les populations en cas de périodes de chaleur accablante tient à l'évaluation des vulnérabilités tant au niveau des personnes que des collectivités. Le présent document, intitulé Adaptation aux périodes de chaleur accablante : Lignes directrices pour évaluer la vulnérabilité en matière de santé, offre un aperçu de la méthodologie d'évaluation des vulnérabilités élaborée par Santé Canada, avec le soutien de plusieurs partenaires qui redoublent d'efforts pour préparer la population aux changements climatiques. Lors de l'élaboration des lignes directrices, des spécialistes de premier plan et des intervenants des collectivités locales ont contribué à recenser et à formuler les risques pour la santé liés à la chaleur accablante, de même qu'un ensemble d'options d'adaptation viables. Les étapes et méthodes d'évaluation énoncées dans le présent document ont été mises à l'essai à la faveur de quatre études de vulnérabilité de la santé liée à la chaleur accablante réalisées en partenariat avec des collectivités pilotes (Winnipeg, au Manitoba; la ville de Melita, Office régional de la santé Assiniboine, au Manitoba; Windsor, en Ontario; Fredericton, au Nouveau-Brunswick). Des leçons à retenir, de même que des pratiques exemplaires pour l'étude des risques et des mesures d'adaptation nécessaires, sont formulées dans le présent document pour aider les responsables de la santé publique et de la gestion des urgences à mieux protéger la santé des Canadiens contre les périodes de chaleur accablante.

1. Introduction

Il est maintenant clairement établi que les changements climatiques représentent des risques importants pour la santé des Canadiens et des populations à travers le mondeNote de bas de page 1-3. L'un des principaux enjeux, les problèmes de santé liés aux périodes de chaleur accablanteNote de bas de page a, constitue une préoccupation émergente en matière de santé publique. La période de chaleur accablante survenue en Europe en 2003 qui a causé la mort de 70 000 personnesNote de bas de page 4, de même que celle qui a frappé la Russie en 2010 occasionnant quelque 55 000 décésNote de bas de page 5, démontrent le lourd tribut sanitaire que de tels événements peuvent avoir.

La chaleur accablante est aussi une préoccupation importante pour la santé au Canada; les recherches indiquent que, seulement dans la ville de Toronto, une moyenne de 120 personnes sont mortes chaque année entre 1954 et 2000 des suites de la chaleur accablanteNote de bas de page 6. En 2005, Toronto a connu 41 journées extrêmement chaudes de plus de 30 °C/86 °FNote de bas de page 7 et les responsables de la santé publique ont dû décréter 26 alertes de chaleur pour aviser la population des conditions climatiques dangereusesNote de bas de page b. En Colombie-Britannique, un période de chaleur accablante, survenue entre le 27 juillet et le 3 août 2009, a causé 156 cas de surmortalité alors que les températures atteignaient les 34,4 °C/93,9 °FNote de bas de page 8.

Pourtant, les décès liés à la chaleur peuvent être évités et les évaluations de la vulnérabilité des personnes et des collectivités peuvent contribuer à réduire l'incidence de mortalité due à la chaleur. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) définit la vulnérabilité aux changements climatiques comme le seuil au-delà duquel un système s'avère susceptible de, ou inapte à, contrecarrer les effets néfastes des variabilités et des changements climatiquesNote de bas de page 18. Les facteurs actuels et à venir qui influencent les résultats en matière de santé, notamment les risques possibles et les mesures de protection, sont étudiés dans le cadre de l'évaluation des vulnérabilités de la santé liée à la chaleurNote de bas de page 9.

La vulnérabilité des personnes et des collectivités variera selon le degré d'exposition à la chaleur accablante, la sensibilité des personnes aux conséquences pour la santé et les programmes et activités qui limitent directement ou indirectement les risques pour la santé. Parmi les facteurs qui ont une incidence sur la vulnérabilité, on mentionne les conditions atmosphériques régionales, l'état de santé des populations, les conditions socioéconomiques, l'état des infrastructures locales, la connaissance des risques pour la santé liés à la chaleur et des mesures de protection, la présence ou l'absence de Systèmes d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur (SAIC) et la force des réseaux et des organismes sociaux. Une évaluation des vulnérabilités qui prend en compte ce genre de facteurs peut faire connaître aux décideurs et à la population les caractéristiques et les tendances susceptibles d'augmenter ou diminuer la résilience de leurs collectivités aux périodes de chaleur accablante. De cette connaissance découle l'élaboration d'interventions efficaces (p. ex. programmes de santé publique, services de transport, atténuation de l'effet d'îlot de chaleur urbain) permettant aux personnes et aux collectivités de protéger ceux qui sont les plus vulnérables des conséquences de la chaleur pour la santéNote de bas de page 1,Note de bas de page 3.

Plusieurs documents et cadres conceptuels offrent une orientation pour l'application de méthodes qui visent à évaluer la vulnérabilité aux diverses répercussions des changements climatiques et à établir des stratégies d'adaptationNote de bas de page 11-15. À cet égard, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) ont établi des orientations à l'intention aussi bien des pays développés que des pays en voie de développement. Celles-ci ont pour but d'évaluer la vulnérabilité des personnes et des collectivités face à toutes les conséquences des changements climatiques pour la santéNote de bas de page 16.

Toutefois, il existe peu d'information pour traiter des considérations spécifiques de l'évaluation des vulnérabilités aux effets des périodes de chaleur accablante sur la santé. Le présent document, intitulé Adaptation aux périodes de chaleur accablante : Lignes directrices pour évaluer la vulnérabilité en matière de santé (les Lignes directrices), vient répondre à ce besoin. Les intervenants, ainsi que les étapes liées à l'examen des vulnérabilités des collectivités canadiennes liées à la chaleur et la santé, y sont présentés, accompagnés d'exemples d'application de la méthode et de données portant à la fois sur les principaux défis et les limites.

1.1 Avantages de l'évaluation des vulnérabilités de la santé liées aux périodes de chaleur accablante

L'évaluation des vulnérabilités de la santé liées aux périodes de chaleur accablante vise à déterminer les niveaux de risque existants, à recenser et à mieux comprendre les vulnérabilités, et à stimuler les initiatives destinées à améliorer la résilience des personnes et des collectivités.

Les évaluations peuvent aider les organismes de santé à gérer des demandes concurrentielles en décrivant les risques courants pour la santé liés à la chaleur, les groupes vulnérables, les interventions actuelles en matière de santé publique et les mesures d'adaptation préconisées. L'exercice permet d'axer l'attention et les ressources sur certains besoins précis. Bien conçue et exécutée, une évaluation peut donner accès à suffisamment de données pour aider à établir des politiques et à recommander des programmes aux organismes qui s'efforcent de réduire les risques pour la santé liés à la chaleur dans les collectivités. Au Canada, la responsabilité d'une telle mobilisation pourrait incomber à un large éventail d'organismes, en particulier les services de santé publique locaux, régionaux ou nationaux et les organismes de gestion des urgences. Les organismes partenaires et les responsables, tels que les urbanistes, les services de parcs et loisirs, les planificateurs des transports, les spécialistes en soins de santé et les fournisseurs de services sociaux (p. ex. la Croix-Rouge canadienne) pourraient, eux aussi, bénéficier des résultats d'une telle évaluation et y participer. Le processus visant à mener à terme l'évaluation identifiera les principaux acteurs et créera un ensemble de réseaux institutionnels transversaux, et peut aussi servir à recueillir le soutien d'une équipe de gestion de haut niveau qui pourra alors traduire les recommandations en mesures concrètes.

La réalisation d'une évaluation peut aussi donner lieu à d'autres résultats, dont la constitution d'une banque de données de base sur les vulnérabilités aux périodes de chaleur accablante et à une plus grande capacité à acquérir et à analyser les données requises. L'évaluation peut également servir à mobiliser des groupes et des intervenants interdisciplinaires pouvant travailler de concert à l'identification de mesures destinées à augmenter la résilience de la collectivitéNote de bas de page 1. Quels que soient notre degré actuel de connaissances et notre capacité de réaction, l'un des avantages à long terme de l'évaluation est la mobilisation d'un organisme ou de l'ensemble d'une collectivité pour générer une plus grande prise de conscience, capacité et expertise face aux enjeux de la santé et de la chaleur.

1.2 Structure des Lignes directrices

Le présent document est structuré de façon à offrir un guide pratique pour effectuer une évaluation des vulnérabilités de la santé liées à la chaleur. Il s'agit d'un moyen de documenter les mesures qui pourraient être prises pour préparer les collectivités à un nombre croissant de périodes de chaleur accablante de plus en plus intenses et longues. L'élaboration des Lignes directrices a été rendue possible grâce à l'apport d'un groupe de spécialistes et d'intervenants tant canadiens qu'étrangers afin de nous assurer que l'information présentée répond aux besoins des décideurs qui ont la responsabilité de protéger la santé publique.

Le présent document offre de l'information pour permettre de comprendre les risques pour la santé liés aux périodes de chaleur accablante et entreprendre leur évaluation. La section 2 porte sur l'exposition des Canadiens aux périodes de chaleur accablante, fournit de l'information sur la sensibilité des personnes aux conséquences pour la santé qui y sont rattachés et met en valeur le rôle des SAIC comme stratégie d'adaptation. La section 3 présente les différentes étapes de l'évaluation visant à recenser les vulnérabilités actuelles et futures des personnes et des collectivités relativement aux périodes de chaleur accablante et ce, grâce à des méthodes tant qualitatives que quantitatives. Les principales tâches et méthodes d'évaluation correspondant à chacune des étapes sont expliquées sous la forme de tableaux et sont accompagnées d'exemples qui facilitent l'application des Lignes directrices.

2. Vulnérabilités aux effets de la chaleur accablante sur la santé

Chaque personne réagit différemment au stress thermique et certaines collectivités au Canada sont beaucoup plus à risque que d'autres face aux périodes de chaleur accablante. Les effets de la chaleur accablante sur la santé dépendent de la vulnérabilité des personnes et des collectivités. Cette vulnérabilité est fonction de l'exposition à une chaleur accablante, de la sensibilité physiologique au stress thermique et de la capacité d'adaptation par le biais de mesures destinées à protéger la santé. Les évaluations des vulnérabilités s'appuient sur l'analyse de données et sur les connaissances de spécialistes acquises à la suite de consultations avec des intervenants locaux dans le but d'identifier les facteurs les plus pertinents dans le cadre d'une enquête réalisée auprès d'une collectivité précise. Les vulnérabilités aux effets de la chaleur accablante sur la santé relèvent souvent d'une combinaison de facteurs qui agissent tant au niveau de la personne que de la collectivité. Ces facteurs sont illustrés dans la figure 1.

2.1 Exposition à la chaleur accablante

La chaleur accablante en tant que risque pour la santé est une préoccupation croissante pour la population et les collectivités au Canada. La plupart des autorités définissent les périodes de chaleur accablante en se basant sur le potentiel des conditions atmosphériques chaudes d'avoir comme résultat un niveau inacceptable d'effets sur la santé, notamment une augmentation des taux de mortalité et de morbidité. De multiples définitions sont toutefois utilisées sur le terrain compte tenu de la diversité des facteurs météorologiques et des vulnérabilités liées à la chaleur à travers le Canada. Et s'ajoute à cette diversité la nécessité de mettre en place plusieurs mécanismes d'alerte pour limiter les conséquences pour la santé. Environnement Canada définit une « vague de chaleur » comme « une période comportant plus de trois jours consécutifs ayant une température maximale de 32 °C/90 °F, ou plus »Note de bas de page 7. Toutefois, la température n'est qu'un élément constitutif de la chaleur. Cette dernière dépend également de l'humidité, de la vitesse du vent et de la charge solaire radiante. Au niveau des personnes, les risques pour la santé dépendent de l'exposition, de la sensibilité, de l'acclimatation et de l'adaptabilité à la chaleur accablante, c'est-à-dire de la vulnérabilité à la chaleur.

Le nombre d'épisodes de chaleur accablante, de même que leur intensité et leur durée, ont de fortes chances d'augmenter puisque le climat continue à changerNote de bas de page 1,Note de bas de page 17,Note de bas de page 18. Certaines projections climatiques révèlent que de nombreuses collectivités au Canada doivent s'attendre à une augmentation importante des épisodes de chaleur accablante (journées caniculaires et nuits chaudes) qui pourraient avoir des effets néfastes sur la santé (Figure 2). Sans mesures efficaces pour réduire les risques sanitaires, les conséquences des changements climatiques pourraient alors occasionner chez les Canadiens une augmentation du nombre de cas de maladies et de décès reliés à la chaleur.

Les plus grandes villes peuvent s'avérer particulièrement sensibles aux périodes de chaleur accablante à cause de l'effet d'îlot de chaleur urbain (Case 1). En outre, la hausse des températures peut favoriser les réactions chimiques associées à la pollution atmosphérique, lesquelles se traduisent alors par une augmentation des risques pour la santéNote de bas de page 19,Note de bas de page 20.

Case 1 : Qu'est-ce que l'effet d'îlot de chaleur urbain?

L'expression « effet d'îlot de chaleur urbain » fait référence à la tendance des centres urbains à avoir des températures atmosphériques et de surface plus chaudes que dans les régions rurales avoisinantes. Cette condition locale générée par l'homme est due à une plus grande absorption de la chaleur par les matériaux urbains (p. ex. béton, brique, asphalte), à la réduction du refroidissement par convection naturelle occasionnée par la présence d'immeubles en hauteur, et au manque d'espaces verts qui diminue le refroidissement par évaporationNote de bas de page 21. La température de l'air en soirée peut donc être jusqu'à 12 °C/22 °F plus élevéeNote de bas de page 22. Les changements climatiques sont susceptibles d'intensifier l'effet d'îlot de chaleur urbain dans les zones métropolitaines. L'effet pourrait cependant être réduit en augmentant la réflectivité des surfaces urbaines ou en multipliant les espaces verts dans une collectivité grâce au développement de forêts urbaines, de parcs ou de toitures vertes et de jardins verticauxNote de bas de page 22.

2.2 Sensibilité des Canadiens aux effets de la chaleur accablante sur la santé

D'un point de vue physiologique, la chaleur accablante peut nuire à la thermorégulation du corps en affaiblissant les mécanismes qui permettent de maintenir une température corporelle centrale constante. Durant les périodes de chaleur accablante, de nombreuses personnes souffrant de pathologies sous-jacentes (p. ex. problèmes respiratoires et cardiovasculaires) peuvent éprouver une détérioration de leur condition pouvant aller jusqu'au décèsNote de bas de page 24. Certaines personnes peuvent observer des effets directs sur leur santé, tels que coups de chaleur, épuisement, évanouissement, crampes, éruptions cutanées et œdèmeNote de bas de page d. L'accès à des périodes de températures plus fraîches (p. ex. air climatisé ou nuits fraîches) contribue à réduire le stress thermique. Des périodes de chaleur accablante plus longues, des températures nocturnes élevées et une mauvaise qualité de l'air sont tous des facteurs qui peuvent nuire à la santé.

Les maladies et les décès provoqués par la chaleur peuvent être évités, mais ils sont bel et bien une réalité, surtout lorsque les personnes ont été surexposées en négligeant d'adapter leurs comportements à la chaleur. Par exemple, certaines personnes sont plus à risque si elles se fatiguent trop pour leur âge et leur condition physique, ou si elles ne vérifient pas auprès de leur médecin dans quelle mesure les médicaments qu'elles prennent sont susceptibles d'accroître leur sensibilité à la chaleur. De plus, les risques pour la santé sont plus élevés chez les personnes qui ne sont pas exposées régulièrement à des milieux chaudsNote de bas de page 25,Note de bas de page 26.

Contrairement à ceux qui surviennent plus tard dans la saison, les périodes de chaleur accablante qui surviennent au début de l'été entraînent généralement une hausse des taux de morbidité et de mortalité, et ce en partie à cause d'un manque d'acclimatationNote de bas de page 25. L'acclimatation se produit grâce à une exposition graduelle à la chaleur entraînant des changements physiologiques qui permettent à une personne d'être plus en mesure de composer avec la chaleurNote de bas de page 27. La capacité d'acclimatation de l'organisme peut être toutefois limitée chez certaines populations vulnérables comme les adultes plus âgés, les nourrissons et les jeunes enfants et les personnes atteintes de maladies chroniques28. Le tableau 1 décrit les groupes vulnérables à la chaleur (et leurs défis) qui ont été recensés dans la littérature. La compréhension des vulnérabilités propres à certaines populations, et les défis que celles-ci ont à relever, est importante pour déterminer les interventions de santé publique susceptibles de réduire les effets néfastes de la chaleur accablante.

Tableau 1 : Groupes de personnes vulnérables à la chaleur et exemples d'obstacles que ces personnes doivent surmonter pour s'adapter aux périodes de chaleur accablante
Groupes de personnes vulnérables à la chaleur Exemples d'obstacles
Source : Reproduit à partir du document de Santé Canada intitulé Communiquer les risques des périodes de chaleur accablante pour la santé : Trousse à l'intention des responsables de la santé publique et de la gestion des urgences, publié en 2011Note de bas de page 46.
Adultes plus âgésNote de bas de page 29
  • Caractéristiques physiologiques qui peuvent contribuer à accroître la vulnérabilité à la chaleur :
  • Déficiences visuelles, cognitives et auditives
  • Difficultés liées à l'agilité et à la mobilité
  • Perceptions différentes des risques et des vulnérabilités d'après les expériences de vie
  • Niveau d'alphabétisation réduit
  • Isolement social
Nourrissons et jeunes enfantsNote de bas de page 32
  • Caractéristiques physiologiques et comportementales qui peuvent accroître la vulnérabilité à la chaleur :
  • Dépendance à l'égard d'une personne soignante qui reconnaîtra les effets de la chaleur et prendra les mesures recommandées
Personnes atteintes d'une maladie chronique ou ayant une déficience physiqueNote de bas de page 36
  • Caractéristiques physiologiques qui peuvent accroître les risques pour la santé, comme un système cardiovasculaire ou respiratoire déficientNote de bas de page 28, des troubles psychiatriquesNote de bas de page 36, des affections rénales<Note de bas de page 37
  • La prise de certains médicaments qui ont une incidence sur la sensibilité à la chaleur en nuisant aux fonctions de refroidissement du corps ou de rétention de l'eau/du sel (p. ex. antihypertenseursNote de bas de page 38, antidépresseursNote de bas de page 39, antipsychotiquesNote de bas de page 39,Note de bas de page 40, agents antiparkinsoniensNote de bas de page 40)
  • Confiné au lit ou dépendance à l'égard d'une personne soignante, de la famille ou d'amis pour les activités de la vie courante (p. ex. accès à l'eau)
  • Déficience sensorielle ou cognitive ou déficience liée à la communication
  • Caractéristiques liées à l'état de santé ou au comportement (p. ex. déshydratation chronique, ne quitte pas le domicile)
  • Isolement social
Personnes et communautés défavorisées sur le plan social :
  • Ressources financières limitées pour prendre les mesures de protection appropriées
  • Accès réduit à l'eau potable et aux endroits frais
  • Accès limité aux services de soins de santé et aux services sociaux
  • Expositions à l'environnement plus élevées (p. ex. sans-abri, personnes vivant aux étages supérieurs des immeubles sans air climatisé43)
  • Taux plus élevé de dépendance à l'alcool et aux drogues
  • Isolement social
Nouveaux arrivants au Canada et populations transitoires, comme les touristes
  • Barrières linguistiques et difficultés liées à l'alphabétisme pour les personnes qui ne parlent ni l'anglais ni le français
  • Différences culturelles, comme les habitudes alimentaires, les choix vestimentaires et les croyances sociales ou culturelles
  • Habitudes uniques en ce qui concerne l'utilisation des médias
  • Connaissances limitées des systèmes d'avertissement locaux et des programmes de santé et de services sociaux
Groupes professionnels
  • Expositions environnementales et en milieu de travail (p. ex. agriculteurs, ouvriers en construction, mineurs, planteurs d'arbres)
  • Pressions physiques accrues
  • Écarts dans la réglementation, les codes et les normes en matière de santé et de sécurité
  • Exposition irrégulière à la chaleur (c.-à-d. manque d'acclimatation) pour les nouveaux travailleurs qui doivent s'exposer à la chaleur en milieu de travail et ceux qui doivent composer avec des périodes de chaleur accablante tôt dans la saisonNote de bas de page 28
Personnes qui pratiquent une activité physiqueNote de bas de page 44,Note de bas de page 45
  • Expositions environnementales plus importantes (p. ex. marathoniens, sportifs, personnes qui marchent ou font du vélo)
  • Pressions physiques accrues
  • Perception réduite des risques et des vulnérabilités à la chaleur
  • Recherche des performances habituelles à la chaleur
 

2.3 S'adapter pour protéger la santé : Systèmes d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur

Afin de réduire les effets néfastes des périodes de chaleur accablante sur la santé, les responsables de la santé publique et de la gestion des urgences devraient évaluer les vulnérabilités locales et élaborer les politiques et les programmes nécessaires, tels que les Systèmes d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur (SAIC). Les SAIC concentrent leurs efforts sur la mise en garde des autorités sanitaires et de la population quand des conditions atmosphériques dangereuses surviennent. Ils offrent également des conseils pour minimiser les risques pour la santé et fournissent de l'aide aux personnes dans le besoin lors des situations d'urgence. Bien que ces systèmes soient en place dans différentes villes des États-Unis depuis le milieu des années 1990 et à Toronto depuis 1999, ce n'est que récemment qu'un certain nombre de villes et de collectivités canadiennes ont commencé à les mettre officiellement en place. Les SAIC comprennent généralement certaines ou l'ensemble des composantes suivantes :

  • Protocole d'avertissement - identifie les conditions atmosphériques extrêmement chaudes qui pourraient occasionner une augmentation des taux de morbidité et de mortalité dans une région; alerte les responsables gouvernementaux et les intervenants (p. ex. les directeurs des centres de soins de longue durée) qui peuvent alors prendre les mesures nécessaires pour réduire les risques liés à la santé (p. ex. informer les publics cibles ou soulager celles-ci par le biais d'un système de rafraîchissement de secours).
  • Plan d'intervention communautaire - encourage les initiatives individuelles pour se protéger pendant les périodes de chaleur accablante; dirige les interventions de santé publique visant à rejoindre les populations vulnérables qui nécessitent une assistance; met en place un réseau d'intervenants dont les objectifs sont de réduire les obstacles à toute mesure concrète et de répondre aux besoins des personnes au sein de la collectivité, particulièrement les plus vulnérables à la chaleur.
  • Plan de communication et de sensibilisation - favorise la sensibilisation aux effets de la chaleur sur la santé; fournit des conseils pour réduire les risques pour la santé en éduquant les populations sur les mesures de prévention; donne de l'information sur les services et les ressources offerts, aussi bien pour les prestataires de services que pour la population (Case 2).
  • Plan d'évaluation - dirige les activités d'évaluation des SAIC pour comprendre jusqu'à quel point le protocole d'avertissement et les mesures d'intervention sont opportunes, pertinentes et efficaces; apporte une amélioration constante aux SAIC de façon à répondre aux besoins de la collectivité.

Pour qu'il soit efficace, un SAIC requiert des mesures coordonnées de la part des instances gouvernementales, la participation du secteur privé et des organismes de soutien communautaire, et la capacité d'aborder les multiples facteurs de risque au sein de la populationNote de bas de page 47. Divers types de SAIC sont utilisés dans les collectivités du Canada. La case 3 fournit de l'information sur le Plan d'intervention en cas de canicule de la Ville du Grand Sudbury.

Les vulnérabilités au sein d'une collectivité peuvent augmenter ou diminuer avec le temps en fonction de l'évolution de la démographie, de l'état de santé de la population, de l'exposition aux périodes de chaleur accablante et de l'accessibilité aux services sociaux et de santé. Les SAIC devraient donc être évalués régulièrement afin de s'assurer qu'ils favorisent une réduction du nombre de cas de maladies et de décès liés à la chaleur. L'évaluation des vulnérabilités aide à documenter l'amélioration des systèmes existants et le la mise au point de nouveaux systèmes au sein de collectivités où ils n'existent pas encore.

Case 3 : Ville du Grand Sudbury - Plan d'intervention en cas de canicule

Quand les conditions de canicule sont présentes ou imminentes, la Ville du Grand Sudbury déclenche son Plan d'intervention en cas de canicule. Le plan vise à alerter les personnes les plus à risque de souffrir d'une maladie liée à la chaleur. Celles-ci peuvent alors prendre les mesures de précaution appropriées. Le système fonctionne selon trois niveaux :

  • Niveau 1 - Avertissement de chaleur
    • On prévoit un index humidex de 36 pendant au moins 48 heures consécutives.
    • La Division municipale de gestion des urgences avise tous les partenaires de l'équipe d'intervention en cas de chaleur de sa décision d'émettre un avertissement.
    • Le Service de santé publique émet un communiqué de presse et affiche en ligne un avertissement de chaleur décrivant les risques liés à la chaleur, de même que les mesures de protection et de prévention. L'accent est mis sur la nécessité pour les citoyens de surveiller les personnes les plus vulnérables.

  • Niveau 2 - Alerte de chaleur
    • On prévoit un index humidex de 40 pendant au moins 48 heures consécutives OU on prévoit un index humidex de 36 pendant au moins 48 heures consécutives avec une alerte de smog.
    • Toutes les mesures figurant au niveau 1 sont maintenues.
    • Les communiqués de presse sont préparés et émis conjointement par la Ville et le Service de santé publique.
    • La Ville peut mettre en application certaines ou l'ensemble des mesures suivantes :
      • distribution de bouteilles d'eau aux personnes vulnérables en collaboration avec les partenaires communautaires;
      • prolongation des heures d'ouverture des piscines publiques et augmentation du nombre de piscines publiques ouvertes au public;
      • prolongation des heures d'ouverture et de surveillance des plages municipales;
      • demande faite aux services publics locaux pour qu'ils cessent toute annulation de service jusqu'à la déclaration de la fin de l'alerte de chaleur;
      • ouverture de centres de rafraîchissement dans les installations municipales.

  • Niveau 3 - Alerte de chaleur extrême
    • On prévoit un index humidex de 45 pendant au moins 48 heures consécutives OU on prévoit un index humidex de 40 pendant au moins 48 heures consécutives avec une alerte de smog.
    • Toutes les mesures indiquées aux niveaux 1 et 2 sont maintenues.
    • La Ville peut mettre en application certaines ou l'ensemble des mesures suivantes :
      • déclenchement du Plan municipal d'intervention en cas d'urgence;
      • possibilité de prolonger les heures d'ouverture des centres de rafraîchissement à 24 heures par jour;
      • évacuation des personnes à haut risque vers les centres de rafraîchissement;
      • offre d'un service de transport gratuit vers les centres de rafraîchissement;
      • plus grands services d'approche en mobilisant les policiers, les facteurs et les employés des entreprises de services publics;
      • distribution de bouteilles d'eau à plus grande échelle et distribution de ventilateurs.

Le Plan d'intervention en cas de canicule de la Ville du Grand Sudbury comprend des dispositions pour désactiver les alertes de chaleur, de même que pour évaluer l'efficacité du système.

Source : Ville du Grand Sudbury et Service de santé publique de Sudbury et du District, 201048.

3. Lignes directrices pour évaluer les vulnérabilités à la chaleur et la capacité d'adaptation des collectivités au Canada

3.1 Méthodologie de l'évaluation

La méthodologie énoncée ci-dessous, qui vise à évaluer les vulnérabilités et la capacité d'adaptation en cas de chaleur, se fonde sur le rapport de l'OMS/OPS intitulé Protéger la santé des changements climatiques : Évaluation de la vulnérabilité et de l'adaptation16. Ce document présente le cadre pour procéder à une évaluation de la vulnérabilité, des effets et des mesures d'adaptation relativement aux questions liées aux changements climatiques et à la santé aux échelles locale, régionale et nationale. À partir des orientations contenues dans le rapport de l'OPS/OMS, les lignes directrices présentées ici pour évaluer les vulnérabilités à la chaleur fournissent de l'information sur les éléments suivants :

  • le recrutement des intervenants tout au long du processus d'évaluation;
  • la description des vulnérabilités existantes aux périodes de chaleur accablante;
  • la prévision des périodes de chaleur accablante et de l'augmentation possible des taux de morbidité et de mortalité;
  • le recensement des options d'adaptation et leur ordre de priorité pour faire face aux risques pour la santé actuels et à venir liés à la chaleur;
  • la détermination des risques potentiels pour la santé, ainsi que des bienfaits des mesures d'adaptation et d'atténuation en place dans d'autres secteurs;
  • l'élaboration de protocoles visant à assurer le suivi des risques que pose la chaleur pour la santé et évaluer les options d'adaptation.

Un grand nombre de données sur la santé, de méthodes analytiques et d'outils peuvent être utilisés dans le cadre de l'évaluation. Les méthodes les plus pertinentes sont susceptibles d'inclure des analyses de la littérature, des consultations avec des intervenants, des études épidémiologiques et des avis de spécialistes, de même que des modèles et des scénarios climatiques.

3.2 Étapes de l'évaluation

Pour effectuer une évaluation complète des vulnérabilités de la santé liées aux périodes de chaleur accablante, six étapes doivent être suivies. La figure 3 indique les principales composantes de chacune de ces étapes et met en valeur le fait que le recrutement des intervenants doit avoir lieu tout au long du processus d'évaluation. Des exemples des différents types de méthodes pouvant être utilisées afin d'obtenir des résultats à chacune des étapes sont indiqués au centre de la figure. Certaines méthodes (p. ex. analyse de la littérature) peuvent être employées à plusieurs étapes, alors que d'autres (p. ex. établissement de projections climatiques) peuvent ne servir qu'à une seule composante de l'étude. Une évaluation n'a pas à couvrir toutes les étapes si les autorités de santé publique jugent qu'il est nécessaire de mettre l'accent sur certains aspects des vulnérabilités actuelles ou à venir, s'il existe certaines limites (p. ex. temps, données, expertise) ou en raison de la nature des objectifs établis à la suite de consultations avec les intervenants.

Les étapes de l'évaluation sont décrites ci-aprés. Chaque étape est accompagnée d'un tableau qui fournit des détails sur les principales tâches, méthodes et résultats escomptés. La mise en œuvre de chacune des étapes devra être adaptée de façon à répondre aux objectifs précis des évaluations individuelles entreprises.

 

1 Déclencher l'évaluation

Pour cette première étape, l'une des premières tâches importantes consiste à définir la portée de l'évaluation, ce qui demande la participation de personnes bien renseignées afin d'identifier la région géographique à étudier, les objectifs de l'évaluation et les mesures du succès, la population cible, ainsi que les partenaires potentiels. Les objectifs de l'évaluation et les mesures du succès doivent être adaptés de façon à répondre aux besoins des décideurs et des organismes qui constituent le public cible. Il convient de demander aux principaux utilisateurs de l'évaluation d'examiner la portée et les objectifs proposés.

Les limites (p. ex. temps, données, expertise) doivent être circonscrites à ce stade-ci. Cela exigera une étude initiale des différents types de données et renseignements nécessaires pour effectuer l'évaluation, qui seront disponibles aux échelles locale, provinciale et nationale. S'il n'est pas possible d'entreprendre toutes les étapes de l'évaluation, il faudra mettre l'accent sur celles qui sont indispensables pour atteindre les objectifs prioritaires. Un examen des précédentes évaluations des vulnérabilités de la santé liées à la chaleur, ou une consultation des responsables ayant déjà procédé à un tel exercice, pourrait s'avérer utile quand viendra le temps de définir la portée de l'évaluation (Case 4).

Case 4 : Évaluation des vulnérabilités à la chaleur accablante en Californie

Dans le cadre d'une série d'études scientifiques sur les effets des changements climatiques sur la santé, le California Climate Change Public Health Impacts Assessment and Response Collaborative a effectué en 2007 une évaluation de la vulnérabilité aux maladies et aux décès liés à la chaleurNote de bas de page 49. Le rapport a recensé les risques et les vulnérabilités propres aux comtés et aux collectivités de la Californie, de même que les mesures préventives mises en place pour protéger la santé. L'évaluation comprenait les étapes suivantes :

  • Examen du spectre clinique des maladies liées à la chaleur.
  • Élaboration d'un modèle de vulnérabilité de la population basé sur
    1. un historique des données relatives à la chaleur en Californie;
    2. les caractéristiques des décès dus à la chaleur dans cet État durant l'été 2006 (Figure 4) et
    3. le recensement des caractéristiques démographiques associées à la vulnérabilité de la population à la chaleur.
  • Identification des zones géographiques vulnérables en fonction de la capacité d'adaptation.

Figure 4 : Répartition géographique des décès dus à la chaleur en Californie - juillet 2006

Figure 4: Geographic distribution of deaths in California due to heat - July, 2006

Les résultats de l'évaluation aident les décideurs californiens à faciliter la mise en place d'interventions de santé publique efficaces, comme la diffusion d'informations ciblées, de façon à ce que les personnes et leur famille puissent prendre les mesures nécessaires pour se protéger.

Source : English et coll., 2007Note de bas de page 49.

La détermination des résultats pertinents liés à la santé est importante lors de la phase initiale de l'évaluation. Des études ont indiqué que les hausses de la température ambiante ont des conséquences significatives aussi bien sur la morbidité que sur la mortalitéNote de bas de page 50. Si la morbidité fait l'objet d'une évaluation, des décisions devront être prises concernant la façon d'effectuer l'exercice (p. ex. les dossiers d'admission des hôpitaux) et le choix des maladies liées à la chaleur qui seront étudiées (p. ex. accident ischémique cérébral, troubles respiratoires, déshydratation, diabète, insuffisance rénale)Note de bas de page 50. Il faudra aussi s'assurer qu'il existe suffisamment de données locales pour procéder à ce type d'analyse.

Recrutement des intervenants

Une attention particulière doit être accordée à l'identification et au recrutement des intervenants qui devraient faire partie de l'évaluation. En général, les intervenants seront recrutés parmi les services de santé publique locaux, régionaux ou nationaux, les organismes de gestion des urgences, les services des parcs et loisirs, les services de planification des transports, les organismes de soins de santé et les fournisseurs de services sociaux. Pourront également être inclus les planificateurs communautaires, les groupes de citoyens, les organismes religieux et les dirigeants des entreprises du secteur privé qui fournissent des services essentiels.

Au moment de l'identification des intervenants potentiels il faut porter attention à la mesure dans laquelle ils :

  • participeront à la conception, à la mise en œuvre et au suivi des interventions de santé publique et de soins de santé destinées à réduire les risques liés à la chaleur accablante;
  • sont touchés par la problématique;
  • représentent les populations vulnérables;
  • peuvent faciliter l'atteinte des objectifs de l'évaluation
  • peuvent influer sur l'élaboration des politiques et des programmes.

Compte tenu du fait que certains organismes n'ont peut-être pas l'envergure pour disposer de l'expertise interne nécessaire pour procéder ou participer à certains aspects de l'exercice, le recours à une expertise externe pourrait s'avérer à la fois souhaitable et utile.

Une fois les intervenants identifiés, le chef de projet devra élaborer un processus qui lui permettra d'obtenir auprès de ceux-ci des renseignements qui contribueront à la conception, à la mise en place et au déroulement de l'évaluation et à la communication des résultats. L'élaboration d'un plan de recrutement des intervenants devrait aider à répartir ceux-ci par catégories, par exemple les intervenants qui seront partenaires et directement impliqués et ceux qui pourront être consultés ou informés régulièrement des progrès accomplis. Les consultations communautaires, un comité communautaire, un comité consultatif de projet et un groupe d'examen composé d'experts constitueront autant de ressources susceptibles d'être utilisées pour recruter les différents intervenants tout au long du processus d'évaluation.

Au besoin, des ateliers de formation peuvent être organisés par le chef de projet afin de développer les aptitudes des intervenants et de renforcer leur connaissance des enjeux de l'évaluation. Les intervenants doivent être recrutés tout au long du processus d'évaluation. Toutefois, ils peuvent aussi être remplacés à différents stades du processus advenant que différentes données et expertises s'avèrent nécessaires; par exemple, de nouveaux intervenants et spécialistes au sein d'autres secteurs (p. ex. transports, infrastructures, urbanisme, systèmes d'énergie).

Étape 1.1 Identifier la portée de l'évaluation et ses objectifs et établir un plan de travail
Méthodes Résultats
Tâche : Identifier la portée de l'évaluation et ses objectifs.
  • Consulter des décideurs et d'autres utilisateurs afin de définir les objectifs.
  • Effectuer une analyse de la littérature sur les évaluations de la vulnérabilité.
  • Étudier les types de données disponibles qui pourraient répondre aux questions relatives à l'évaluation.
  • Examiner les évaluations effectuées dans d'autres instances.
  • Tenir des consultations avec des personnes qui ont de l'expérience dans l'organisation des évaluations.
Identification :
  • des objectifs de l'évaluation
  • des questions à aborder dans le cadre de l'évaluation
  • de la région géographique sous enquête
  • des risques pour la santé liés à la chaleur faisant l'objet de l'étude (c.-à-d. morbidité, mortalité)
  • des mesures du succès
  • du public cible pour la diffusion des résultats
  • du calendrier pour mener à terme l'évaluation
Tâche : Établir un plan de travail pour l'évaluation.
  • Rencontrer et consulter l'équipe de recherche et les principaux utilisateurs afin d'établir le plan de travail.
Le plan de travail comprend :
  • l'organisation directrice et le secrétariat
  • l'équipe du projet et les équipes de rédaction
  • le comité consultatif ou le groupe d'examen composé d'experts
  • l'accès actuel aux ressources, données et informations
  • le calendrier du projet
  • les jalons et les réalisations principales
  • les méthodes disponibles pour recueillir l'information
  • la méthode de recrutement des intervenants
  • les activités de communication relatives à l'évaluation
Étape 1.2 Identifier et coordonner les intervenants appelés à participer à l'évaluation
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Identifier les intervenants.
  • Passer en revue les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les groupes communautaires et les milieux universitaires pertinents afin de déterminer qui pourrait participer à chacune des étapes de l'évaluation.
  • Rencontrer et consulter le comité consultatif, l'équipe de recherche et les principaux utilisateurs afin d'identifier les organismes et les spécialistes qui devraient participer à l'élaboration de l'évaluation.
  • Responsables de la santé publique
  • Fournisseurs de soins de santé
  • Gestionnaires de situations d'urgence
  • Associations professionnelles (personnel médical et infirmier, santé publique, gestion des urgences)
  • Croix-Rouge canadienne
  • Groupes de soutien aux populations vulnérables (p. ex. refuges communautaires, santé mentale)
  • Groupes autochtones
  • Soins et services aux adultes plus âgés (p. ex. popote roulante, infirmières de soins à domicile)
  • Groupes de citoyens et groupes religieux
  • Régies des transports et des services publics
  • Urbanistes, parcs et loisirs
  • Entreprises et organisations non gouvernementales
  • Météorologues
  • Modélistes du climat
  • Une liste des intervenants clés et de leur désir de contribution à l'évaluation
Tâche : Coordonner les intervenants.
  • Coordonner les intervenants en fonction des rôles qu'ils pourraient jouer aux différentes étapes de l'évaluation.
  • Personnes-resssources du milieu communautaire (parrains de l'évaluation, dirigeants communautaires)
  • Spécialistes capables d'effectuer des analyses et des interprétations de données
  • Modélistes du climat
  • Participants communautaires (propriétaires et locataires, propriétaires d'entreprises, agriculteurs, association responsable des normes professionnelles)
  • Spécialistes pour documenter et analyser l'évaluation
  • Groupes de soutien aux populations vulnérables
  • Groupes d'examen par les pairs
  • Liste des groupes d'intervenants et des personnes appelés à participer aux groupes consultatifs et aux étapes individuelles de l'évaluation, selon les besoins
  • Attribuer les responsabilités, l'autorité et les ressources à l'équipe de recherche pour le recrutement des intervenants.
  • Calendrier et budgets du projet
  • Attentes par rapport au recrutement des intervenants
  • Exigences en matière de compétences et d'équipement
  • Détermination des rôles, responsabilités et ressources pour les activités visant le recrutement des intervenants, pour chacun des groupes d'intervenants
 
 
 

2 Décrire les vulnérabilités actuelles liées aux périodes de chaleur accablante

Cette étape vise à décrire les vulnérabilités actuelles des personnes et de la collectivité liées aux périodes de chaleur accablante. Cette activité est accomplie en examinant le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur, les facteurs personnels et sociaux qui nuisent à la capacité de composer avec la chaleur accablante, l'exposition de la collectivité aux périodes de chaleur accablante, ainsi que les activités et programmes actuels en matière de risques pour la santé existants. La description de la répartition et du fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur existants peut être qualitative ou quantitative, selon l'information et les ressources disponibles. Celle-ci devra prendre en compte les personnes et les régions les plus vulnérables aux effets de la chaleur accablante. Les types de données et d'information nécessaires à cette étape de l'évaluation peuvent être disponibles aux échelons local, provincial ou national (Tableau 2).

Tableau 2 : Exemples de sources de données pour l'évaluation des vulnérabilités de la santé liées à la chaleur
Sources de données Description
Exposition à la chaleur
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Ressources naturelles Canada : Atlas du Canada
  • Données climatiques en ligne, dont les températures journalières saisonnières minimales et maximales (p. ex. pour juillet, les cartes des températures journalières minimales et maximales).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Environnement Canada : Archives nationales d'information et de données
  • Observations météorologiques et climatiques officielles (p. ex. température, humidité) pour le Canada.
Ressources naturelles Canada : Centre canadien de télédétection
  • Centre d'expertise pour les données obtenues par télédétection à distance ou par satellite au Canada (p. ex. produits et ressources : publications scientifiques, formation en géomatique, sortie en direct pour les publications archivées).
Facteurs de vulnérabilité des personnes et de la collectivité
Statistique Canada : Profils des collectivités 2006
  • Information sur les collectivités tirée du recensement canadien 2006; données téléchargeables sous forme de tableaux et de graphiques (p. ex. pyramide des âges, caractéristiques des logements privés occupés, première langue (langue maternelle), connaissance des langues officielles, statut d'immigrant et période d'immigration, population autochtone, niveau d'instruction, professions, gains et revenus).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Statistique Canada : Cartes et géographie
  • Cartes thématiques par domaines pour le recensement; domaines comme l'agriculture, l'environnement et la santé; séries de cartes aux niveaux national, provincial/territorial et régional, de même que pour les domaines propres au recensement métropolitain et aux subdivisions de recensement (p. ex. pourcentage de la population âgée de 65 ans et plus, de 80 ans et plus, avec de faibles revenus, obésité adulte, maladies du système respiratoire et de l'appareil circulatoire et décès, asthme par région sociosanitaire).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Ressources naturelles Canada : Atlas du Canada
  • Cartes en ligne de sujets à portée sanitaire, notamment les comportements liés à la santé, les déterminants non médicaux, les ressources en santé, la santé en milieu rural, et l'état de santé; les sujets de la section consacrée aux personnes et à la société, notamment l'âge, l'éducation, la langue et le degré d'alphabétisation (p. ex. structure par âge, les plus vieux, c.-à-d. plus de 75 ans, rapports sur la dépendance des personnes âgées, performance des compétences en alphabétisation chez les adultes, niveau d'instruction, population née à l'étranger).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Statistique Canada : Études sur la santé de la population
  • Études sur la santé de la population, notamment l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, l'Enquête nationale sur la santé de la population, l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé et l'Enquête sur l'accès aux services de santé.
Rapports et sites Internet des administrations municipales et provinciales
  • Diverses données démographiques au niveau municipal (p. ex. cartes sur le revenu moyen des ménages, les ménages à faible revenu et la population de plus de 65 ans par quartier; tableaux sur l'identité autochtone, les conditions de logement, le revenu, la participation à la vie active, la population, l'immigration récente, les profils des espaces sociaux).
  • Données sur la mortalité aux niveaux local (coroners), régional (autorités de santé) et provincial (ministères). Les questions d'accessibilité et de confidentialité peuvent être des facteurs à prendre en compte pour l'obtention de ces données.
Statistique Canada : Base canadienne de données sur l'état civil - Décès
  • Données démographiques et médicales (causes de décès) annuelles provenant de tous les registraires de l'état civil (provinciaux et territoriaux) et concernant tous les décès survenus au Canada pour le calcul des indicateurs de base (p. ex. nombre et taux) relatifs aux décès de résidants et aux analyses statistiques (p. ex. taux des décès dus à une cause spécifique et espérance de vie).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Environnement Canada et Santé Canada : Cote air santé (CAS)
  • Un instrument d'information publique qui aide les Canadiens à protéger quotidiennement leur santé des effets négatifs de la pollution de l'air, notamment la qualité de l'air actuelle et prévue pour la majorité des collectivités canadiennes et des renseignements au sujet de ceux qui sont vulnérables à la pollution de l'air.
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Institut national de santé publique du Québec : Infocentre de santé publique
  • Présente 215 indicateurs sur des sujets sociaux, environnementaux et de la santé; données sur plusieurs années téléchargeables et présentées sous la forme de tableaux et de graphiques. Accessibles pour le personnel du secteur de la santé à partir du réseau intranet de la Santé au Québec.
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Institut national de santé publique du Québec : Éco-Santé Québec 2008
  • Présente 150 indicateurs pour les 18 régions sociosanitaires de la province, disponibles sur Internet; données sur plusieurs années téléchargeables et présentées sous la forme de tableaux, de graphiques et de cartes.

Les données sur la mortalité obtenues auprès des services de santé provinciaux (disponibles dans certaines régions) ou de Statistique Canada peuvent être utilisées pour quantifier la relation entre les périodes de chaleur accablante et la surmortalité. L'historique des records de température peut être comparé aux tendances relatives à la surmortalité afin de cibler toute association entre ces deux variables (Case 5).

La description de la vulnérabilité de la collectivité liée aux périodes de chaleur accablante devrait saisir l'existence de programmes et d'activités à la fois de prévention (p. ex. réduction de l'effet d'îlot de chaleur urbain) et d'intervention (p. ex. centres de rafraîchissement) pour contrecarrer le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur et encourager les changements planifiés en la matière. Différents paramètres peuvent être utilisés pour mesurer les degrés d'exposition à la chaleur accablante et l'efficacité des programmes et des politiques visant à réduire les risques pour la santé. Parmi les mesures permettant l'évaluation des programmes, citons les tendances relatives aux résultats en matière de santé liés à la chaleur, le recours aux centres de rafraîchissement communautaires durant les périodes de chaleur accablante, le pourcentage de personnes vulnérables qui reçoivent de l'aide en période de chaleur accablante (p. ex. distribution de bouteilles d'eau) et la communication de messages sur la santé et la chaleur.

Afin de fournir de l'information sur la vulnérabilité pour la planification des interventions de santé publique, les résultats de l'analyse peuvent être cartographiés grâce aux systèmes d'information géographique (SIG) appliqués à la collectivité. Les données concernant le degré de vulnérabilité actuel des personnes et de la collectivité (c.-à-d. les défis à relever et les possibilités offertes aux personnes pour protéger leur santé), acquises auprès des citoyens et des intervenants, devraient être incluses dans l'analyse quand elles sont disponibles.

Case 5 : Relation entre température et mortalité à Winnipeg, au Manitoba

Afin d'enquêter sur les risques de la chaleur accablante pour la santé dans la ville de Winnipeg, on a examiné la relation entre la température et la surmortalité. L'association entre les décès journaliers non traumatiques, survenus entre le 1er juin 1986 et le 31 août 2005, et les températures journalières maximales correspondantes a été transcrite sous forme de graphique (Figure 5).

Figure 5 : Association entre les décès journaliers non traumatiques et les températures journalières maximales relevées à Winnipeg entre 1986 et 2005

Figure 5 : Association entre les décès journaliers non traumatiques et les températures journalières maximales relevées à Winnipeg entre 1986 et 2005

Le « modèle additif généralisé » (generalized additive model) statistique a été utilisé pour établir l'association entre la mortalité et la température. Les données concernant la température journalière maximale ont été recueillies durant les mois de juin, juillet et août entre 1986 et 2005 et mises en corrélation avec les décès non traumatiques (c.-à-d. en excluant les accidents automobiles, les homicides, les chutes et les noyades). Les données atmosphériques des Archives climatologiques nationales d'Environnement Canada ont été sélectionnées en se basant sur la proximité des stations météorologiques et aux subdivisions du recensement des décès de Statistique Canada. Les données concernant la mortalité ont été obtenues pour les mêmes années auprès de l'Agence de la santé publique du Canada ou des bases de données de Santé Canada.

Les données sur la mortalité ont d'abord été analysées afin de déterminer une moyenne (« normale ») pour les mois de juin, juillet et août de chaque année; il s'agit là de la « valeur de référence » pour chacune des années. Puis, un taux de mortalité par journée a été établi en fonction de cette valeur de référence, comme pourcentage (%). Cette normalisation a été effectuée pour rendre compte des changements (p. ex. données démographiques, aménagement urbain, etc.) survenus durant la période analysée. Les courbes de mortalité sont généralement utilisées pour établir une relation en intégrant des données sur une longue période d'observation, ce qui permet de traiter les tendances interannuelles. La figure 5 montre une forte association entre la température et la surmortalité dans la ville de Winnipeg. À partir d'environ 26 °C/78,8 °F, la surmortalité commence à augmenter alors que la température ambiante progresse; l'augmentation des décès devient beaucoup plus prononcée au-delà de 35 °C/95 °F.

Source : Casati et Yagouti (sous presse)23.

Étape 2.1 Décrire le fardeau actuel des résultats en matière de santé liés à la sensibilité à la chaleur, notamment pour les populations et les régions les plus vulnérables
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Caractériser l'exposition à la chaleur pour la collectivité ou la région faisant l'objet de l'évaluation.
  • Étudier l'historique des rapports de climatologie pour déterminer les tendances lors des périodes de chaleur accablante.
  • Cartographier spatialement les tendances de la température au sein des collectivités.
  • Évaluer les effets d'îlot de chaleur urbain et les pratiques d'urbanisation et de construction qui y contribuent (p. ex. utilisation des matériaux de construction).
  • Examiner le rapport entre la température et les cas de mortalité et de morbidité.
  • Températures estivales journalières maximales
  • Températures moyennes estivales journalières
  • Nombre de jours avec des températures supérieures à 30 °C/86 °F par année (ou un seuil précis basé sur la collectivité)
  • Calendrier des périodes de chaleur accablante
  • Nombre de jours avec des températures minimales élevées
  • Nombre de périodes de chaleur accablante par année
  • Examen des facteurs liés aux îlots de chaleur urbains contribuant aux effets de ce phénomène (p. ex. transports de surface, espaces verts, matériaux de construction)
  • Matériaux utilisés pour les structures d'immeubles (p. ex. types de toits, volets aux fenêtres, contre-portes à moustiquaire)
  • Cartes illustrant les tendances des températures au sein des collectivités
  • Estimations de l'intensité de l'effet d'îlot de chaleur urbain
  • Graphiques représentant les différentes tendances de la température pour une collectivité ou une région donnée
  • Courbes de la mortalité liée à la température ou évaluations qualitatives du rapport entre la température et la mortalité
  • Définition d'une période de chaleur accablante
  • Estimations qualitatives ou quantitatives de la surmorbidité et de la surmortalité actuelles liées à la chaleur dans une région
Tâche : Caractériser l'exposition à la chaleur et à la pollution atmosphérique au sein de la collectivité ou de la région faisant l'objet de l'évaluation.
  • Examiner l'historique de la relation entre la mauvaise qualité de l'air et les périodes de chaleur.
  • Nombre de périodes en été avec une mauvaise qualité de l'air
  • Nombre de journées de mauvaise qualité de l'air en rapport avec les journées chaudes
  • Surmortalité durant les épisodes de pollution atmosphérique
  • Estimations qualitatives et quantitatives des cas actuels de morbidité et de mortalité en rapport avec les effets combinés de la chaleur et de la mauvaise qualité de l'air
  • Graphique ou tableau illustrant le rapport ponctuel entre la mauvaise qualité de l'air et les périodes de chaleur
Tâche : Caractériser d'autres facteurs de vulnérabilité de la collectivité liés aux risques associés à la chaleur au sein de la collectivité ou de la région faisant l'objet de l'évaluation.
  • Effectuer des analyses de la littérature (p. ex. littérature grise, étude des sites Web).
  • Effectuer des entretiens avec des informateurs clés ou faire remplir des questionnaires aux intervenants.
  • Organiser des ateliers avec les principaux intervenants afin de recueillir de l'information sur la vulnérabilité de la collectivité à la chaleur.
  • Nombre et nature des événements extérieurs en période estivale (p. ex. marathons, événements sportifs, concerts et festivals en plein air)
  • Nombre de touristes visitant la collectivité en période de chaleur
  • Emplacement et pourcentage de la population qui travaille à l'extérieur ou dans des professions nécessitant une grande exposition à la chaleur (p. ex. boulangeries, nettoyage à sec).
  • Répartition des bâtiments avec ou sans climatisation (p. ex. bibliothèques, centres commerciaux, maisons de soins infirmiers, garderies, hôpitaux)
  • Emplacement des piscines
  • Effet de la chaleur sur les infrastructures critiques (fiabilité du réseau électrique)
  • Caractérisation des facteurs qui contribuent à la vulnérabilté de la collectivité
  • Cartes démontrant les facteurs qui contribuent à la vulnérabilité de la collectivité
Tâche : Caractériser la vulnérabilité des personnes aux risques liés à la chaleur au sein de la collectivité ou de la région faisant l'objet de l'évaluation.
  • Passer en revue la littérature portant sur les études épidémiologiques des facteurs de risque liés à la santé et à la chaleur.
  • Effectuer des entretiens avec des informateurs clés ou faire remplir des questionnaires aux intervenants responsables des soins à apporter aux personnes vulnérables.
  • Sonder la population, y compris les personnes vulnérables.
  • Emplacement des populations sensibles au sein de la collectivité :
    • Mauvais état de santé : maladie chronique, prise de médicaments qui augmentent les risques liés à la santé et à la chaleur, dépendance à l'égard du fournisseur de soins
    • Pas d'accès à l'air climatisé
    • Isolement social
    • Vivre seul
    • Faibles revenus
    • Sans-abri
    • Comportements dangereux durant les périodes de chaleur accablante : activité physique intense, hydratation inadéquate
    • Personnes âgées
  • Caractérisations de la vulnérabilité à la chaleur accablante de certaines populations spécifiques au sein de la collectivité ou de la région
 
Étape 2.2 Décrire les programmes et activités actuels, de même que les changements prévus à ces programmes, et évaluer leur efficacité face aux risques pour la santé des périodes de chaleur accablante
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Inventorier les programmes et les activités qui ont été élaborés tout particulièrement pour aborder les risques liés à la chaleur accablante. Rendre compte des changements prévus à ces programmes et activités.
Organiser :
  • des entretiens avec des informateurs clés
  • des ateliers animés
  • des sondages auprès des décideurs
  • des analyses de la littérature
  • des études de sites Web
  • SAIC ou composantes, notamment les alertes de sécurité publique, les communiqués de presse, les fiches de renseignements, la distribution de bouteilles d'eau
  • Programmes de sensibilisation visant à protéger les populations vulnérables à la chaleur
  • Codes et normes du travail en matière de stress thermique en milieu professionnel
  • Protocoles relatifs à la chaleur dans les maisons de retraite pour personnes âgées
  • Surveillance de la santé publique relativement aux cas de mortalité et de morbidité liés à la chaleur
  • Meilleur accès aux édifices publics avec air climatisé et piscine
  • Recensement des programmes et des activités applicables, qui sont directement liés à la santé et à la chaleur
Tâche : Inventorier les programmes et les activités généralement associés à la protection de la santé et/ou la protection civile, qui sont susceptibles de traiter les risques liés à la chaleur accablante et ce, même s'ils n'ont pas été élaborés exclusivement à cette fin.
Organiser :
  • des entretiens avec des informateurs clés
  • des ateliers animés
  • des sondages auprès des décideurs
  • des analyses de la littérature
  • des études de sites Web
  • Tous les plans de gestion des situations d'urgence
  • Systèmes de communication d'urgence existants destinés à alerter la population (journaux, radio, télévision, messages d'intérêt public)
  • Services de santé d'urgence
  • Initiatives vertes de la collectivité (p. ex. plantation d'arbres, création de parcs urbains)
  • Codes du bâtiment et planification urbaine afférente
  • Accessibilité à l'air climatisé et son utilisation
  • Identification des programmes généraux qui sont susceptibles de réduire les risques pour la santé liés à la chaleur
Tâche : Évaluer l'efficacité des programmes et des activités spécifiques et généraux qui ont été élaborés pour aborder les risques liés à la chaleur accablante.
Organiser :
  • une évaluation des programmes et des activités de santé publique
  • des groupes témoins
  • des entretiens avec des informateurs clés
  • des sondages
  • des rencontres d'évaluation estivales avant et après la saison chaude, y compris avec les intervenants faisant partie des SAIC
  • Évaluation de l'efficacité des SAIC par rapport aux éléments suivants :
    • Protocole d'alerte
    • Plan d'intervention communautaire
    • Plan de communication et de sensibilisation
    • Plan d'évaluation
  • Évaluation de l'efficacité des efforts d'intervention communautaires dans les situations d'urgence en santé publique
  • Description de l'efficacité des SAIC et des activités de communications existants
  • Caractérisation des forces et des points faibles des programmes et/ou des activités existants
  • Description de la capacité actuelle pour répondre à la chaleur accablante
 
 
 

3 Évaluer les futurs risques pour la santé liés aux périodes de chaleur accablante

Cette étape vise à caractériser les risques accrus pour la santé liés aux futurs périodes de chaleur accablante qui seront provoqués par les changements climatiques ainsi que par d'autres bouleversements de la société attendus. Cet exercice pourra se faire sur une base soit qualitative, soit quantitative. Tout d'abord, il est nécessaire d'évaluer dans quelle mesure le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur est susceptible de se modifier dans les décennies à venir, et ce en dehors des changements climatiques. Ce fardeau (p. ex. maladies et décès) peut augmenter ou diminuer à cause des changements appelés à se produire chez les populations vulnérables (p. ex. plus de personnes âgées, moins de travailleurs en plein air) et/ou au niveau de la capacité d'adaptation (p. ex. services améliorés de soins de santé, mise en place d'un SAIC). Indépendamment des changements climatiques, la description des éventuelles fluctuations du fardeau actuel des maladies provoquées par la chaleur constitue la base de référence à l'aune de laquelle il faudrait évaluer les risques pour la santé additionnels susceptibles d'être causés par les changements climatiques. Les conséquences des augmentations prévues du nombre de périodes de chaleur accablante, ainsi que leur intensité et leur durée, dans une collectivité ou une région donnée seraient alors évaluées. Les projections relatives au climat et à la température pour le Canada sont produites par les organismes fédéraux et, au Québec, par le Consortium Ouranos (Tableau 3); ce consortium travaille aussi étroitement avec d'autres partenaires au Canada comme Environnement Canada, Ontario Power Generation et Manitoba Hydro.

Tableau 3 : Exemples de sources de données relatives aux prévisions en matière de climat et de température
Sources de données Description
Prévisions climatiques et de la température
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Ressources naturelles Canada : Atlas du Canada
  • Cartes en ligne des changements climatiques, notamment prévisions globales et nationales des températures et des précipitations pour 2050 et 2100 (p. ex. prévision de la température estivale moyenne nationale pour 2050; prévision de la température estivale moyenne globale pour 2050 et 2100).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Environnement Canada : Centre canadien de la modélisation et de l'analyse climatique
  • Information sur la modélisation climatique couplée et atmosphérique, la variabilité et la prévisibilité du climat; données relatives aux modèles climatiques disponibles pour le téléchargement (p. ex. variations des températures moyennes annuelles au Canada entre 2041 et 2060, comparé à celles entre 1971 et 1990; prévision des variations sur 5 ans de la température de l'air moyenne près de la surface au Canada entre 2000 et 2100, comparé à celles entre 1981 et 2000; prévision des variations observées de la température de l'air près de la surface au Canada; prévision des variations de l'air en surface au Canada; prévision des variations de la température de l'air en surface sur la Terre et en Amérique du Nord).
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Ouranos : Consortium sur la climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques
  • Un consortium qui regroupe quelque 250 scientifiques et professionnels issus de différentes disciplines. Dispense ponctuellement de l'information sur les données de simulation et les scénarios climatiques; quantification des conséquences des changements climatiques sur l'environnement et l'activité socioéconomique; évaluation des vulnérabilités des systèmes; identification des meilleures approches pour s'adapter aux changements climatiques et recommandation aux décideurs.

Figure 6 : Projections de la cote de gravité des feux de forêt (2050 à 2059)

Figure 6 : Projections de la cote de gravité des feux de forêt (2050 à 2059)

Nota : La figure présente, pour l'ensemble du Canada, les projections de la cote de gravité saisonnière durant la période de 2050 à 2059, basées sur un climat où il y aurait deux fois plus de dioxyde de carbone (selon les modèles de circulation générale canadiens). Cette cote, qui est une mesure des risques de feux de forêt pendant une saison complète, s'exprime au moyen d'une échelle relative, les valeurs supérieures à 5 étant extrêmes.

Source : Atlas du Canada, 2007.Note de bas de page 56

Il existe des défis associés à l'estimation des futures vulnérabilités basées sur des prévisions des conditions climatiques de la qualité de l'air et des changements démographiques et socioéconomiques prévus, de même que sur l'état de santé au sein de la société. L'utilisation de ces données exige notamment une connaissance pointue des sciences du climat et des modèles de santé, ainsi que de leurs hypothèses, leurs limites et du degré d'incertitude associé à leur application (Figure 6). Les responsables de la santé publique ont besoin de se constituer une expertise et un savoir-faire dans ce domaine, en plus de collaborer plus étroitement avec la communauté des sciences du climat afin de répondre aux risques pour la santé liés aux périodes de chaleur accablante. Cette collaboration fera en sorte que la diffusion des résultats de l'évaluation auprès des décideurs relayera clairement l'information concernant toute incertitude associée aux vulnérabilités potentielles à venir. Les résultats laissant entrevoir une augmentation des tendances au niveau des principaux facteurs de vulnérabilité au sein d'une population ou d'une collectivité donnée pourraient être suffisants pour garantir l'adoption des options d'adaptation proposées.

Les variables météorologiques (p. ex. température, humidité), de même que les données relatives à la démographie, à l'état de santé et aux conditions socioéconomiques, peuvent être transcrites sur des cartes en utilisant le SIG et ainsi illustrer les vulnérabilités actuelles et à venir qui sont associées aux périodes de chaleur accablante (Case 6).

Case 6 : Utilisation du SIG pour évaluer les risques pour la santé liés aux périodes de chaleur accablante au Québec

Vescovi et coll. (2005) ont cartographié les variables climatiques et les paramètres de vulnérabilité (âge, pauvreté, isolement social, éducation et revenu) pour le Sud du Québec afin d'illustrer les risques pour la santé actuels et à venir qui sont liés aux périodes de chaleur accablante. Les cartes montrent que le nombre de lieux où plusieurs populations vulnérables seront à risque à cause des périodes de chaleur accablante augmentera considérablement au Québec au cours des prochaines décennies (Figure 7).

Figure 7 : Carte des vulnérabilités actuelles et à venir liées aux périodes de chaleur accablante au Québec. Données basées sur les prévisions du nombre de jours avec des fortes chaleurs et 4 indicateurs sous-jacents (c.-à-d. l'âge, la pauvreté, l'isolement social et l'éducation)

Figure 7 : Carte des vulnérabilités actuelles et à venir liées aux périodes de chaleur accablante au Québec. Données basées sur les prévisions du nombre de jours avec des fortes chaleurs et 4 indicateurs sous-jacents (c.-à-d. l'âge, la pauvreté, l'isolement social et l'éducation)

Source : Vescovi et coll., 200551.

Les responsables de la santé publique dans cette province utilisent (et améliorent) déjà un portail en ligne équipé de la technologie des SIG pour identifier les zones vulnérables aux changements climatiques et les indicateurs nécessaires à la mise en place des mesures de prévention ou des interventions d'urgence. L'outil permet aux décideurs d'effectuer des analyses à partir des meilleures données disponibles et, ainsi, de mieux comprendre les vulnérabilités aux périodes de chaleur accablante dans leurs juridictions respectives. Les données disponibles seront bientôt étendues et elles permettront alors de couvrir d'autres épisodes météorologiques extrêmes. Bien que seulement accessible actuellement dans son format complet par le biais du réseau intranet du ministère provincial de la Santé, une application cartographique partielle indiquant les îlots de chaleur urbains les plus importants et quelques autres indicateurs peut être consultée à l'adresse http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/inspq_icu/.

Étape 3.1 Décrire comment les tendances relatives à la démographie, à l'état de santé et aux conditions socioéconomiques actuelles, qui influent sur le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur, sont susceptibles de changer dans les décennies à venir
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Décrire les tendances escomptées qui influenceront la façon dont le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur est susceptible de se modifier au cours des décennies à venir, et ce indépendamment des changements climatiques.
  • Analyser la littérature portant sur les prévisions des tendances relatives à l'état de santé, à la démographie et aux conditions socioéconomiques qui augmentent la sensibilité aux résultats en matière de santé liés à la chaleur.
  • Données relatives à l'état de santé et à la démographie, et prévisions pour :
    • les aînés
    • les jeunes enfants
    • les malades chroniques (p. ex. maladie cardiovasculaire, maladie respiratoire, obésité)
  • Prévisions socioéconomiques pour :
    • les adultes plus âgés vivant seuls
    • les niveaux de revenu peu élevés
    • les foyers monoparentaux
    • les sans-abri
  • Documentation des tendances qui sont associées à la façon dont le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur est susceptible de se modifier au cours des décennies à venir, et ce indépendamment des changements climatiques
Étape 3.2 Estimer l'augmentation des risques pour la santé liés aux périodes de chaleur accablante exacerbés par les changements climatiques
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Décrire l'augmentation prévue des temperatures moyennes et du nombre de périodes de chaleur accablante, ainsi que leur intensité et leur durée
  • Effectuer des modèles climatiques pour obtenir des prévisions des températures moyennes et des périodes de chaleur accablante, ou utiliser les prévisions déjà disponibles ou publiées.
  • Augmentation prévue du nombre de périodes de chaleur accablante, ainsi que de leur intensité et de leur durée (p. ex. prévisions des températures journalières minimales et maximales au niveau des régions)
  • Caractérisation des températures moyennes et des futures périodes de chaleur accablante dans un contexte de changements climatiques : graphique ou tableau illustrant les températures journalières minimales et maximales au niveau des régions
  • Description des hypothèses et des échéanciers utilisés dans le cadre de l'analyse
Tâche : Décrire les résultats en matière de santé additionnels possibles, dus aux hausses prévues des températures dans un contexte de changements climatiques.
  • Extrapoler les risques actuels de morbidité et de mortalité liés à la santé et à la chaleur par rapport aux futures hausses des températures, en fonction de l'hypothèse du niveau actuel d'adaptation (c.-à-d. si tout le reste demeure constant).
  • Augmentation prévue des cas de surmortalité et de surmorbidité due à la hausse des températures
  • Caractérisation des risques pour la santé additionnels possibles, dus aux hausses des températures dans un contexte de changements climatiques
  • Cartes SIG qui identifient les collectivités et les régions vulnérables aux futures périodes de chaleur accablante
 
 
 

4 Identifier les options d'adaptation pour atténuer les risques pour la santé actuels et anticipés liés aux périodes de chaleur accablante, et les classer par ordre de priorité

Cette étape vise à identifier les options d'adaptation possibles pour atténuer les risques pour la santé actuels et anticipés liés à la chaleur accablante. Il pourrait s'avérer nécessaire de renforcer les programmes existants afin qu'ils prennent en compte les nouvelles conditions, pressions ou défis que les changements climatiques devraient représenter pour la santé, dans le cas présent, un nombre grandissant de périodes de chaleur accablante qui seront à la fois plus longues et plus intenses. Des exemples d'options sont le changement des pratiques actuelles en matière d'identification des déclencheurs d'alerte propres à la collectivité (Case 7), l'organisation et la tenue de festivals et d'événements extérieurs (p. ex. marathons et concerts en plein air) plus tôt dans la saison, l'octroi d'aide durant les périodes de chaleur accablante aux personnes vivant dans la rue (p. ex. distribution d'eau), et la dispensation de soins à domicile pour les personnes vulnérables (p. ex. offrir aux fournisseurs de soins aux aînés une éducation publique à propos des risques pour la santé liés à la chaleur). Durant cette étape, les bénéfices communs possibles associés aux mesures d'adaptation proposées pour réduire les risques pour la santé liés à la chaleur devront être pris en compte. Par exemple, les avantages pour la santé immédiats, comme la diminution des maladies respiratoires dus à l'amélioration de la qualité de l'air, ont des chances d'augmenter à cause de plusieurs adaptations conçues adéquatement (p. ex. création de nouveaux espaces verts et développement des pistes cyclables) pour réduire l'effet d'îlot de chaleur urbain. Les bénéfices communs pour la santé associés à la prise de mesures peuvent contribuer à stimuler ou motiver les efforts de la collectivité pour se préparer aux périodes de chaleur accablante.

L'établissement d'un ordre de priorité destiné aux options d'adaptation potentielles exige une évaluation de l'efficacité de celles-ci, de leur faisabilité et de leurs coûts. Les mesures d'efficacité du programme peuvent être obtenues à partir des pratiques d'évaluation existantes qui sont déjà utilisées par les différents responsables de la santé publique dans leurs champs respectifsNote de bas de page e. Les facteurs et processus principaux qui sont susceptibles de représenter des obstacles à l'atteinte des objectifs des options d'adaptation devront êtres examinés et les occasions pour surmonter ces obstacles devront être identifiées. Les intervenants joueront un rôle déterminant dans ce processus. Les évaluations devraient documenter les résultats des discussions des intervenants à propos des options d'adaptation proposées.

Case 7 : Établir des seuils d'alerte à la chaleur au Québec, en tenant compte de la latitude et du lieu géographique

Procéder à des interventions d'urgence à grande échelle durant les périodes de chaleur accablante peut sauver des centaines de vies. Ces interventions peuvent être très coûteuses, car elles requièrent la mobilisation de policiers et autres responsables pour localiser les individus dans le besoin, distribuer l'eau aux sans-abris, ouvrir des centres de rafraîchissement, etc. Les décideurs veulent s'assurer que de telles interventions visant à sauver des vies ont lieu au moment opportun, tout en limitant le plus possible les fausses alertes. La science nous dit que, à cause de l'acclimatation physiologique normale parmi les populations, les périodes de chaleur accablante devraient être définies différemment au sein d'un même pays (importance de la latitude, de l'élévation et de la proximité de plans d'eau) et à travers le monde52.

Figure 8 : Régions sociosanitaires du Sud du Québec regroupées selon des catégories climatiques homogènes

Figure 8 : Régions sociosanitaires du Sud du Québec regroupées selon des catégories climatiques homogènes

Source : Martel et coll., 201052.

Nota : Les chiffres font référence aux régions sociosanitaires. La carte en médaillon (partie rouge) est un agrandissement des régions de l'Île de Montréal et de Laval.

Comme pour les études utilisées dans plusieurs pays européens, les seuils de chaleur accablante utilisés au Québec, quand vient le temps de déclencher des interventions d'urgence sur une grande échelle, sont maintenant basés sur l'analyse de la mortalité liée à la chaleur (données sur la mortalité au Québec et archives météorologiques d'Environnement Canada pour les années de 1981 à 2005). Les données historiques sur la mortalité et la température (c.-à-d. les périodes de températures élevées) ont été utilisées pour déterminer les valeurs minimales de chaleur (températures journalières minimales et maximales confondues) qui sont associées à une hausse significative de la mortalité. Pour identifier les seuils dans toute la province, les régions sociosanitaires du Québec ont été divisées en catégories qui sont homogènes d'un point de vue atmosphérique et qui ont des taux de mortalité journaliers suffisamment élevés pour justifier une analyse. Ces contraintes ont nécessité l'utilisation d'une hausse de la mortalité de 60 % par rapport à la moyenne historique comme seuil d'identification des déclencheurs destinés à une alerte de chaleur maximale.

Une prévision pondérée de la température sur plus de 3 jours a été choisie comme mesure optimale; celle-ci a permis de refléter les disparités régionales et ainsi d'assigner des seuils à travers la province qui sont spécifiques à chaque région. Par exemple, le seuil de la région de la ville de Montréal (Figure 8, dans la zone rouge nº 6) a été associé à une température maximale journalière de 33 °C/91,4 °F, une température minimale journalière de 20 °C/68 °F (c.-à-d. pour la nuit) et un facteur humidex de 40, avec des pondérations journalières de 40 %-40 %-20 %. La ville de Québec, qui n'est qu'à 250 km au nord-est (Figure 8, dans la zone jaune nº 3), entrerait dans cette même zone de risque avec des températures de 31 °C/87,8 °F et 16 °C/60,8 °F, et ce avec les mêmes pondérations et un facteur humidex de 37Note de bas de page 52.

Étape 4.0 Identifier les options d'adaptation pour atténuer les risques pour la santé actuels et anticipés liés aux périodes de chaleur accablante, et les classer par ordre de priorité
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Dresser un inventaire de toutes les options d'adaptation possibles et raisonnables, notamment celles visant à améliorer l'efficacité des programmes actuels ou les nouvelles mesures destinées à répondre aux résultats en matière de santé liés à la chaleur, et classer les options par ordre de priorité.
  • Rechercher l'avis de spécialistes et l'apport des intervenants.
  • Créer un questionnaire évaluant les points de vue et les besoins des décideurs.
  • Analyser la littérature portant sur les pratiques exemplaires destinées à gérer les risques pour la santé liés à la chaleur accablante.
  • Analyser les exigences réglementaires.
  • Analyser les options (p. ex. analyse des coûts-bénéfices ou analyse à critères multiples).
  • SAIC
  • Activités de sensibilisation
  • Prolongation des heures d'ouverture des lieux publics climatisés
  • Dispositions pour les soins aux aînés durant les périodes de chaleur accablante
  • Guide pour les événements sportifs et les festivals extérieurs
  • Atténuation de l'effet d'îlot de chaleur urbain
  • Description des options d'adaptation pratiques et réalisables relativement aux risques pour la santé liés à la chaleur
  • Liste prioritaire des options d'adaptation pour les échéanciers actuels et à venir
Tâche : Évaluer les facteurs critiques susceptibles de représenter des obstacles à la mise en place des options d'adaptation et identifier les méthodes pour surmonter les obstacles.
  • Rechercher l'avis de spécialistes et l'apport des intervenants.
  • Effectuer des sondages sur la sensabilisation du public.
  • Analyser les bénéfices plus généraux des options (p. ex. analyse des coûts-bénéfices ou analyse à critères multiples).
  • Créer un questionnaire évaluant les points de vue et les besoins des décideurs.
  • Évaluer les ressources requises (p. ex. personnel et équipement supplémentaires).
  • Coûts économiques
  • Implications sociales
  • Sensibilité politique et implications
  • Parrain influant sur la question
  • Recherche de ressources par le biais de partenariats de collaboration
  • Inclusion d'approvisionnements pour optimiser l'accès aux services pour les populations vulnérables
  • Liste des obstacles possibles à la mise en place des options d'adaptation
  • Description des méthodes permettant de surmonter les obstacles
 
 
 

5 Examiner les risques pour la santé et les avantages potentiels des mesures d'adaptation et d'atténuation mises en place dans d'autres secteurs

Les pratiques existantes et la planification visant à changer les programmes dans d'autres secteurs peuvent aussi affecter les risques pour la santé liés à la chaleur accablante (p. ex. restrictions en eau, pannes d'électricité, absence de climatisation dans les transports publics). Cette étape vise à évaluer les conséquences possibles pour la santé des mesures ou des interventions mises en place dans d'autres secteurs. Ce qui inclurait, sans y être limité pour autant, les mesures d'adaptation et d'atténuation des gaz à effet de serre susceptibles d'avoir un effet sur les risques pour la santé liés à la chaleur. De telles mesures associées à d'autres secteurs peuvent avoir des conséquences en matière de santé à la fois positives et négatives; toutefois, les activités porteuses de conséquences négatives involontaires restent une préoccupation particulière. Cette activité devra se concentrer sur les changements ou les perturbations présents dans d'autres secteurs qui ont le potentiel le plus important pour influencer le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur tout en restant gérables. Entre autres fonctions et secteurs susceptibles d'être affectés qu'il faudrait prendre en compte au moment de l'évaluation de la vulnérabilité de la santé en cas de périodes de chaleur accablante, on retrouve :

  • la planification, la rénovation et la gestion des infrastructures;
  • le génie et les codes du bâtiment;
  • l'approvisionnement en eau et en électricité;
  • les systèmes de transports et leur conception;
  • la planification et l'opération des parcs et lieux de loisirs;
  • la préparation et la gestion des urgences.

Plusieurs de ces secteurs font partie intégrante de la prestation des services sociaux et de santé, et ce particulièrement en situations d'urgence (Case 8).

Case 8 : Panne d'électricité survenue durant une période de chaleur accablante à Toronto, le 5 juillet 2010

Le 5 juillet 2010, une panne a privé d'électricité quelque 250 000 personnes vivant à Toronto. Cet événement s'est produit alors que la ville et la plus grande partie de l'Ontario étaient aux prises avec une période de chaleur accablante avec un avertissement de smog; les températures avoisinaient les 35 °C/95 °F et le facteur humidex frisait les 40. Un incendie survenu à un poste de transformation a privé la ville de quelque 1 000 mégawatts. Les résidants ont été obligés de descendre des dizaines d'étages parce que, faute d'électricité, les édifices se sont retrouvés sans ascenseurs. Dans la mesure où les adultes plus âgés et les personnes à mobilité réduite étaient incapables de quitter les immeubles de grande hauteur pour échapper à la chaleur, leur santé aurait pu être sérieusement hypothéquée. Par ailleurs, les feux de circulation étaient hors d'usage et deux stations de métro dans l'Ouest de la ville ont été affectées. La panne était suffisamment importante pour causer des perturbations sur le réseau électrique de la province et on a rapporté que les lumières vascillaient jusqu'à Ottawa. Si la période de chaleur accablante et la panne d'électricité avaient duré plus longtemps, la situation aurait pu compromettre la capacité d'intervention des responsables de la santé publique et des fournisseurs de services sociaux de diffuser des messages (par le biais de la radio, de la télévision ou d'Internet) auprès des populations vulnérables qui nécessitaient de l'aide.

Source : Boesveld, 2010Note de bas de page 53.

Étape 5.0 Examiner les risques pour la santé et les avantages potentiels des mesures d'adaptation et d'atténuation mises en place dans d'autres secteurs
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Évaluer comment les changements au niveau des infrastructures critiques, des systèmes de transports, de l'aménagement du territoire et du logement peuvent influencer les risques pour la santé liés à la chaleur.
Organiser :
  • des entretiens avec des informateurs clés
  • l'analyse de la littérature et des sites Web
  • des sondages auprès des fournisseurs de services
  • Changements au niveau de la stabilité de l'approvisionnement en électricité
  • Changements dans la qualité et la quantité d'eau
  • Changements au niveau du nombre d'espaces verts qui influencent l'effet d'îlot de chaleur urbain
  • Codes et normes du bâtiment (p. ex. climatisation, toits blancs ou verts)
  • Description des effets bénéfiques et contraires que les changements dans d'autres secteurs peuvent avoir sur les risques potentiels pour la santé liés à la chaleur accablante
 

Toit vert à Vancouver
 

6 Établir des protocoles pour évaluer les options d'adaptation et assurer le suivi des risques pour la santé liés à la chaleur

L'étape finale de l'évaluation consiste à établir un processus itératif pour assurer le suivi des risques pour la santé liés à la chaleur et évaluer les options d'adaptation recommandées. Cette étape vise à s'assurer que les mesures adoptées par les responsables de la santé publique et de la gestion des urgences sont efficaces pour réduire les risques pour la santé occasionnés par les périodes de chaleur accablante. Un contrôle du fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur est nécessaire pour garantir en permanence l'efficacité des interventions dans un contexte de changements climatiques.

L'évaluation des programmes et des initiatives peut s'avérer plein de défis. Par exemple, la base de l'analyse relative au suivi peut impliquer de très longs échéanciers, avec notamment l'élaboration d'un relevé à long terme des périodes de chaleur accablante et de leurs conséquences. Les indicateurs qui établissent la preuve du succès ou de l'échec des efforts de santé publique destinés à protéger les citoyens peuvent être utilisés pour évaluer l'efficacité des programmes et pour assurer l'amélioration continue et opportune des pratiques.

Étape 6.0 Établir des protocoles pour évaluer les options d'adaptation et assurer le suivi des risques pour la santé liés à la chaleur
Méthodes Exemples Résultats
Tâche : Établir des protocoles pour évaluer les options d'adaptation à mettre en place en vue de réduire le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur
  • Organiser des entretiens avec des informateurs clés.
  • Analyser la littérature.
  • Organiser des sondages auprès des décideurs.
  • Animer des ateliers.
  • Nombre de communiqués de presse émis au sujet des alertes de chaleur
  • Utilisation par le public de la page Web consacrée à la santé et la chaleur
  • Adoption de mesures de protection individuelles (p. ex. utilisation de ventilateurs et de centres de rafraîchissement, séance d'exercices variable, port de chapeaux)
  • Mise en place de mesures d'atténuation de l'effet d'îlot de chaleur urbain
  • Participation d'organismes communautaires aux SAIC, activités de sensibilisation (p. ex. distribution de bouteilles d'eau, annulation d'événements sportifs, système 911 inversé)
  • Protocoles d'évaluation
  • Données sur la morbidité et la mortalité liées à la chaleur qui seront utilisées dans le cadre des programmes d'évaluation
Tâche : Établir des protocoles pour limiter le fardeau des résultats en matière de santé liés à la chaleur durant les périodes de chaleur accablante, et en effectuer le suivi.
  • Analyser la littérature.
  • Surveiller la morbidité et la mortalité dues à la chaleur accablante (c.-à-d. surveillance syndromique).
  • Organiser des entretiens avec des informateurs clés.
  • Animer des ateliers.
  • Nombre de décès dus à la chaleur
  • Nombre de maladies et de blessures liées à la chaleur
  • Augmentation du nombre d'appels pour des ambulances et d'appels à la télésanté pendant une période de chaleur accablante
  • Utilisation du système de santé pendant une période de chaleur accablante
  • Protocoles de suivi
  • Données sur la morbidité et la mortalité liées à la chaleur, appelées à être utilisées pour effectuer le suivi du programme
  • Données sur la morbidité et la mortalité liées à la chaleur, appelées à être utilisées pour le déclenchement des alertes de chaleur (en cas de surveillance en temps réel)
 

4. Conclusion

On s'attend à ce que les changements climatiques occasionnent une augmentation des risques pour la santé et le bien-être des Canadiens en cas de périodes de chaleur accablante. Grâce à une connaissance appropriée des vulnérabilités existantes et des capacités d'adaptation des personnes et des collectivités, les responsables de la santé publique et de la gestion des urgences peuvent élaborer et mettre en place des interventions pour protéger la santé. Des évaluations des vulnérabilités de la santé liées à la chaleur accablante peuvent fournir cette information aux décideurs, de même qu'un ensemble de réponses pertinentes pour limiter les conséquences néfastes sur la santé.

Les évaluations peuvent constituer un point de départ important au chapitre des efforts à déployer pour protéger la santé en favorisant la collecte d'informations sur la vulnérabilité de la collectivité aux périodes de chaleur accablante. Si aucune enquête préalable n'a été menée sur la vulnérabilité, une évaluation sera l'occasion de regrouper des données pertinentes et des sources d'information, de procéder à une analyse grâce au recrutement d'intervenants et d'établir une base de référence définitive. À cet égard, l'évaluation représente une sorte de mécanisme qui sert à mobiliser des groupes interdisciplinaires et à les inciter à se regrouper pour collaborer à l'identification d'actions destinées à accroître la résilience de la population.

Une large diffusion des résultats de l'évaluation est cruciale pour mobiliser une collectivité ou une région et, ainsi, la préparer aux futures périodes de chaleur accablante. L'évaluation devra être efficace pour influencer les politiques et permettre la mise en place d'interventions pratiques en matière de santé publique visant à réduire les vulnérabilités de la santé liées à la chaleur. C'est pourquoi les résultats de l'exercice devront être partagés de façon ponctuelle avec tous les partenaires impliqués dans le projet, de même qu'avec les utilisateurs concernés par l'information (p. ex. les responsables de la santé publique, les responsables de la gestion des urgences, les urbanistes, les fournisseurs de services sociaux).

Bien diffusée, une évaluation qui suit une approche participative sera très utile pour attirer l'attention nécessaire des intervenants et des décideurs sur les risques des périodes de chaleur accablante pour la santé. Il s'agit là d'une excellente occasion d'identifier les risques de la chaleur pour la santé, les vulnérabilités des personnes et les options d'adaptation face aux problèmes prioritaires à régler par la collectivité en partenariat avec tous les ordres de gouvernement. La sensibilisation peut constituer l'une des méthodes les moins coûteuses et les plus efficaces pour diminuer les risques. Ultimement, l'évaluation des vulnérabilités de la collectivité et la mise en place de mesures d'adaptation ne peuvent que réduire le manque de résilience de la population face aux périodes de chaleur accablante, et ce aussi bien dans l'immédiat que dans un contexte de changements climatiques.

Glossaire

Adaptation :
Le processus à partir duquel les stratégies et les mesures pour limiter, affronter et tirer avantage des conséquences des changements climatiques sont privilégiées, élaborées, mises en œuvre et contrôléesNote de bas de page 11. Le terme analogue utilisé dans le domaine de la santé publique est « prévention ». Il existe différents types d'adaptation, notamment préventive et réactive, privée et publique, autonome et planifiée.
Analyse de la littérature :
Une étude complète des publications qui vise à analyser de façon critique, à résumer et à comparer les recherches effectuées antérieurement dans un champ d'étude spécifique; peut inclure par ailleurs la « littérature grise » qui fait référence à un ensemble de documents produits par tous les ordres de gouvernement, les universités, le milieu des affaires et de l'industrie dans des formats imprimés et électroniques, mais généralement non publiés. Parmi les exemples de documentation grise, citons les rapports techniques, les cadres stratégiques et les documents d'orientation issus des organismes gouvernementaux, des groupes de recherches scientifiques ou des comités afférents.
Atténuation :
Fait référence aux politiques et aux mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre ou à développer les puits de carbone.
Avis de spécialistes/Entretiens avec des informateurs clés :
Déclarations constituant une méthode d'évaluation, qui peut prendre la forme d'un ensemble de conditions et de critères; est effectué par quelqu'un d'éminemment reconnu comme source fiable de connaissance, de technique ou de compétence et dont le jugement fait autorité auprès de la population ou de ses pairs.
Bénéfices communs :
Les bénéfices (souvent liés à la santé) associés aux réductions des gaz à effet de serre. Par exemple, les émissions réduites de polluants atmosphériques peuvent avoir des bénéfices immédiats sur la santé humaine. De plus, des bénéfices communs peuvent être liés à des mesures d'adaptation, par exemple des nouveaux systèmes de surveillance qui contrôlent les maladies infectieuses associées ou non au climat.
Capacité d'adaptation :
L'aptitude générale des personnes, des collectivités et des institutions à se préparer avec efficacité à affronter les conséquences des variabilités et des changements climatiques.
Changements climatiques :
Renvoient à une variation statistiquement significative soit de l'état moyen du climat soit de sa variabilité, et ce sur une période de temps prolongée (en principe des décennies ou plus). Les changements climatiques peuvent être dus à des phénomènes internes naturels ou à des forçages extérieurs, ou encore à des changements anthropiques persistants qui entrent dans la composition de l'atmosphère. La Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques définit les changements climatiques comme « les changements de climat qui sont attribués directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l'atmosphère mondiale et qui viennent s'ajouter à la variabilité naturelle du climat observée au cours de périodes comparables »Note de bas de page 18.
Climat :
Le « temps moyen » observé dans un lieu en particulier sur une période de temps donnée. Il s'agit de la description statistique du temps moyen et de la fluctuation des variables atmosphériques (c.-à-d. température, précipitations) sur une période de temps pouvant aller de plusieurs mois à des milliers, voire des millions d'années; on considère que la période de temps type est de 30 ans.
Consultations d'intervenants :
Sollicitation des points de vue des intervenants dans le but de rassembler de l'information utile, souvent par le biais de forums, de tables rondes et d'instances consultatives. Les intervenants peuvent être issus des administrations publiques, des organisations non gouvernementales, des instituts de recherche et d'organismes privés qui concentrent leurs efforts sur la question faisant l'objet d'une enquête.
Étude épidémiologique :
La science de la santé publique et de la médecine préventive qui étudie la répartition des états relatifs à la santé ou des phénomènes propres à des populations spécifiques et leurs déterminants, tout en ayant recours aux résultats des découvertes pour contrôler et/ou atténuer les problèmes de santé.
Modèle climatique :
Une représentation numérique du système climatique basée sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques de ses composantes, ainsi que sur les interactions et les processus de rétroaction qui rendent compte de toutes ou de certaines des propriétés connues. Les modèles peuvent varier en complexité; en tant qu'outils de recherche, ils servent à étudier et simuler le climat, mais ils sont aussi utilisés à des fins opérationnelles, notamment dans le cas des prévisions climatiques mensuelles, saisonnières et « inter-annuelles ».
Résilience :
La capacité d'un système naturel ou humain à absorber les perturbations tout en conservant la même structure de base et les mêmes moyens de fonctionner, ainsi que la même capacité d'auto-organisation et d'adaptation au stress et au changement.
Risque (c.-à-d. le risque lié au climat) :
Le produit d'une exposition potentielle et les conséquences de cette exposition. Il résulte de l'interaction d'un phénomène physiquement défini (c.-à-d. déluges et autres événements atmosphériques extrêmes, hausse des températures) et des propriétés du système exposé (vulnérabilité)Note de bas de page 11. La vulnérabilité du système est un déterminant critique du risque auquel une région ou une sous-population est confrontée si celle-ci est exposée à un phénomène particulier. Ce qui veut dire que les programmes destinés à réduire le degré de vulnérabilité réduiront le risque.
Santé :
Fait référence à un état de bien-être complet à la fois physique, mental et social, et non seulement à l'absence de maladie et d'infirmité.
Scénario climatique :
Une représentation plausible et souvent simplifiée des futures conditions climatiques basée sur un ensemble cohérent de relations climatologiques qui a été établie à des fins d'usage explicite en enquêtant sur les conséquences potentielles des changements climatiques anthropiques, et qui sert souvent d'apport pour les modèles d'impact.
Sensibilité :
Décrit la réceptivité accrue d'une personne ou d'une sous-population à une exposition donnée, et ce en premier lieu pour des raisons biologiques. La sensibilité biologique peut être associée au stade de développement, à des conditions médicales pré-existantes, à des facteurs acquis (p. ex. immunité) et à des facteurs génétiquesNote de bas de page 9. Les facteurs socio-économiques jouent également un rôle déterminant car ils altèrent la vulnérabilité et la sensibilité en interférant avec les facteurs biologiques qui modifient légèrement le risque (p. ex. état nutritionnel) et/ou entraînent des différences dans la capacité de s'adapter ou de répondre aux expositions ou aux phases préliminaires de la maladie et de la blessure.
Variabilité climatique :
Décrit les variations de l'état moyen du temps et autres statistiques du climat (p. ex. écarts-types, présence d'épisodes extrêmes sur toutes les échelles temporelles et spatiales, sauf celles liées aux phénomènes météorologiques individuels. La variabilité peut être due aux processus internes naturels du système climatique ou aux variations qui se manifestent dans le forçage naturel ou anthropique externe.
Vulnérabilité :
La prédisposition à ce qui nuit; elle peut faire référence à une population ou à un lieu géographique. La vulnérabilité aux changements climatiques est le degré au-delà duquel un système est susceptible - ou incapable - d'affronter les effets contraires de la variabilité et des changements du climat. La vulnérabilité est dynamique et elle peut elle-même être influencée par les changements climatiques (p. ex. épisodes météorologiques extrêmes qui affectent l'infrastructure sanitaire). Du point de vue de la santé, la vulnérabilité peut être définie comme la somme de tous les risques et de tous les facteurs de protection qui déterminent ultimement si une sous-population ou une région est en mesure de vivre avec les résultats néfastes en matière de santé liés aux changements climatiques18. Les caractéristiques d'une région, telles que le climat de base, l'abondance des ressources naturelles (c.-à-d. accès à de l'eau potable), l'altitude, l'infrastructure et d'autres facteurs peuvent altérer la vulnérabilité.

Références

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Santé Canada, Santé et changements climatiques : Évaluation des vulnérabilités et de la capacité d'adaptation au Canada, Séguin, J. (éd.), Gouvernement du Canada, Ottawa (Ont.), 2008, p. 483.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Note de bas de page 2

Confalonieri, U., B. Menne et R. Akhtar, Climate Change 2007 : Climate Change Impacts, Adaption and Vulnerability. Working Group II Contribution to the Intergovernmental Panel on Climate Change Fourth Assessment Report. Parry, M. L., O. F. Canziani, J. P. Palutikof et coll. (éditeurs), Cambridge University Press, Cambridge (R.-U.), 2007, p. 391.

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Note de bas de page 3

Costello, A., M. Abbas, A. Allen et coll., Managing the Health Effects of Climate Change : Lancet and University College London Institute for Global Health Commission, The Lancet, 2009, vol. 373, p. 1693-1733.

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Note de bas de page 4

Robine, J. M., S. L. Cheung, S. Le Roy et coll., Death Toll Exceeded 70,000 in Europe during the Summer of 2003, C. R. Biol., 2008, vol. 331, p. 171-178.

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer

Note de bas de page 5

Barriopedro, D., E. M. Fischer, J. Luterbacher et coll., The Hot Summer of 2010: Redrawing the Temperature Record Map of Europe, Science, 2011, vol. 332, p. 220-224.

Retour à la référence de la note de bas de page 5 referrer

Note de bas de page 6

Cheng, C. S., M. Campbell, Q. Li et coll., Differential and Combined Impacts of Winter and Summer Weather and Air Pollution due to Global Warming on Human Mortality in South-Central Canada, Health Policy Research Program : Numéro de projet 6795-15-2001/4400011, 2005. Consulté le 30 septembre 2009.

Retour à la référence de la note de bas de page 6 referrer

Note de bas de page 7

Environnement Canada - Région de l'Ontario, Événements historiques liés à la chaleur, Gouvernement du Canada, 2010. Consulté le 23 avril 2010, à l'adresse http://ontario.hazards.ca/historical/Heat_Ontario-f.html.

Retour à la référence de la note de bas de page 7 referrer

Note de bas de page 8

Kosatsky, T., Hot Day Deaths, Summer 2009: What Happened and How to Prevent a Recurrence, BCMJ, 2010, vol. 52, p. 261.

Retour à la référence de la note de bas de page 8 referrer

Note de bas de page 9

Balbus, J. M. et C. Malina, Identifying Vulnerable Subpopulations for Climate Change Health Effects in the United States, J. Occup. Environ. Med., 2009, vol. 51, p. 33-37.

Retour à la référence de la note de bas de page 9 referrer

Note de bas de page 10

Van de Lande, R.A., Developing the City of Hamilton's Community Heat Response Initiative, ville de Hamilton pour Santé Canada, 2009, p. 16.

Retour à la référence de la note de bas de page 10 referrer

Note de bas de page 11

Lim, B. S. E., I. Burton, E. L. Malone et coll., Adaptation Policy Frameworks for Climate Change : Developing Strategies, Policies and Measures, United Nations Development Programme (éd.), Cambridge University Press, Cambridge (R.-U.), 2005.

Retour à la référence de la note de bas de page 11 referrer

Note de bas de page 12

Downing, T. E. et A. Patwardhan, Assessing Vulnerability for Climate Adaptation. Dans Adaptation Policy Frameworks for Climate Change : Developing Strategies, Policies and Measure, Lim, B. et E. Spanger-Siegfried (éditeurs). Cambridge University Press, Cambridge (R.-U.), 2005, p. 69-89.

Retour à la référence de la note de bas de page 12 referrer

Note de bas de page 13

Carter, T. R., M. L. Parry, H. Harasawa et coll., IPCC Technical Guidelines for Assessing Climate Change Impacts and Adaptations, Department of Geography, University College London, Londres (R.-U.), 1994.

Retour à la référence de la note de bas de page 13 referrer

Note de bas de page 14

Feenstra, J., I. Burton, J. Smith et coll., Handbook on Methods for Climate Change Impact Assessment and Adaptation Strategies, Nairobi United Nations Environment Programme, 1998.

Retour à la référence de la note de bas de page 14 referrer

Note de bas de page 15

Kovats, S., K. Ebi et B. Menne, Methods of Assessing Human Health Vulnerability and Public Health Adaptation to Climate Change, Organisation mondiale de la santé, Santé Canada, World Meteorological Association, United Nations Environment Programme, 2003. Consulté le 26 septembre 2008.

Retour à la référence de la note de bas de page 15 referrer

Note de bas de page 16

Organisation mondiale de la santé (OMS) et Organisation panaméricaine de la santé (OPS), Protecting Health from Climate Change : Vulnerability and Adaptation Assessment (sous presse), Ebi, K. L. (éd.), Organisation mondiale de la santé.

Retour à la référence de la note de bas de page 16 referrer

Note de bas de page 17

Lemmen, D. S. et F. Warren, Impacts et adaptation liés aux changements climatiques : perspective canadienne, Warren, F. (éd.), Ressources naturelles Canada, Ottawa (Ont.), 2004.

Retour à la référence de la note de bas de page 17 referrer

Note de bas de page 18

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Bilan 2007 des changements climatiques : rapport de synthèse, Allali, A., Bojariu, R., Diaz S. et coll. (éditeurs), GIEC, Valencia (Espagne), 2007, p. 73.

Retour à la référence de la note de bas de page 18 referrer

Note de bas de page 19

Santé Canada, Chapitre 4 : Qualité de l'air, changements climatiques et santé. Dans Santé et changements climatiques, Séquin, J. (éd.). Gouvernement du Canada, Ottawa (Ont.), 2008, p. 115-170.

Retour à la référence de la note de bas de page 19 referrer

Note de bas de page 20

Lin, C., D. J. Jacob et A. M. Fiore, Trends in Exceedances of the Ozone Air Quality Standard in the Continental United States, 1980-1998, Am. Env., 2001, vol. 35, p. 3217-3228.

Retour à la référence de la note de bas de page 20 referrer

Note de bas de page 21

McMicheal, A. J., D. H. Campbell-Lendrum, C. F. Corvalan et coll., Climate Change and Human Health : Risks and Responses, Organisation mondiale de la santé, Genève (Suisse), 2003.

Retour à la référence de la note de bas de page 21 referrer

Note de bas de page 22

Environmental Protection Agency (EPA), Le lien suivant vous amène à un autre site Web Reducing Urban Heat Islands : Compendium of Strategies (en anglais seulement), Wong, E., K. Hogan, J. Rosenburg, A. Denny (éditeurs), U.S. EPA, 2009, p. 22. Consulté le 23 juin 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 22 referrer

Note de bas de page 23

Casati, B. et A. Yagouti, Analysis of Extreme Temperature in 9 Canadian Communities Using the Canadian Regional Climate Model Projections for Public Health Planning (sous presse), Int. J. Biometeorol.

Retour à la référence de la note de bas de page 23 referrer

Note de bas de page 24

Kalkstein, L. S. et J. S. Greene, An Evaluation of Climate/Mortality Relationships in Large U.S. Cities and the Possible Impacts of a Climate Change, Environ. Health Perspect., 1997, vol. 105, p. 84-93.

Retour à la référence de la note de bas de page 24 referrer

Note de bas de page 25

Marmor, M., Heat Wave Mortality in New York City, 1949 to 1970, Arch. Environ. Health, 1975, vol. 30, p. 130-136.

Retour à la référence de la note de bas de page 25 referrer

Note de bas de page 26

Mitchell, D., L. C. Senay, C.H. Wyndham et coll., Acclimatization in a Hot, Humid Environment : Energy Exchange, Body Temperature, and Sweating, J. Appl. Physiol., 1976, vol. 40, p. 768-778.

Retour à la référence de la note de bas de page 26 referrer

Note de bas de page 27

Robinson, S., Training, Acclimatization and Heat Tolerance, Journal de l'Association médicale canadienne, 1967, vol. 96, p. 795-800.

Retour à la référence de la note de bas de page 27 referrer

Note de bas de page 28

Ellis, F. P., Heat Illness. III. Acclimatization, Trans. R. Soc. Trop. Med. Hyg., 1976, vol. 70, p. 419-425.

Retour à la référence de la note de bas de page 28 referrer

Note de bas de page 29

Kenny, G. P., J. Yardley, C. Brown et coll., Heat Stress in Older Individuals and Patients with Common Chronic Diseases, Journal de l'Association médicale canadienne, 2009, vol. 8.

Retour à la référence de la note de bas de page 29 referrer

Note de bas de page 30

Morley, J., Water, Water Everywhere and Not a Drop to Drink, J. Gerontol., 2000, vol. 55, p. M359-M360.

Retour à la référence de la note de bas de page 30 referrer

Note de bas de page 31

Foster, K. G., F. P. Ellis, C. Dore et coll., Sweat Responses in the Aged, Age and Ageing, 1976, vol. 5, p. 91-101.

Retour à la référence de la note de bas de page 31 referrer

Note de bas de page 32

Bridger, C. A., F. P. Ellis et H. L. Taylor, Mortality in St. Louis, Missouri, during Heat Waves in 1936, 1953, 1954, 1955, and 1966, Environ. Res., 1976, vol. 12, p. 38-48.

Retour à la référence de la note de bas de page 32 referrer

Note de bas de page 33

Anderson, S. J., B. A. Griesemer, M. D. Johnson et coll., Climatic Heat Stress and the Exercising Child and Adolescent, Pediatrics, 2000, vol. 106, p. 158-159.

Retour à la référence de la note de bas de page 33 referrer

Note de bas de page 34

Grubenhoff, J. A., K. du Ford et G. E. Roosevelt, Heat-Related Illness, Clin. Pediatr. Emer. Med., 2007, vol. 8, p. 59-64.

Retour à la référence de la note de bas de page 34 referrer

Note de bas de page 35

Foster, K. G., E. N. Hey et G. Katz, The Response of the Sweat Glands of the Newborn Baby to Thermal Stimuli and to Intradermal Acetylcholine, J. Physiol., 1969, vol. 203, p. 13-29.

Retour à la référence de la note de bas de page 35 referrer

Note de bas de page 36

Bouchama, A., M. Dehbi, G. Mohamed et coll., Prognostic Factors in Heat Wave Related Deaths : A Meta-Analysis, Arch. Intern. Med., 2007, vol. 167, p. 2170-2176.

Retour à la référence de la note de bas de page 36 referrer

Note de bas de page 37

Larrieu, S., L. Carcaillon, A. Lefranc et coll., Factors Associated with Morbidity during the 2003 Heat Wave in Two Population-Based Cohorts of Elderly Subjects : PAQUID and Three Cities, Eur. J. Epidemiol., 2008, vol. 23, p. 295-302.

Retour à la référence de la note de bas de page 37 referrer

Note de bas de page 38

Fujimura, A., M. Sasaki, K. Harada et coll., Influences of Bathing and Hot Weather on the Pharmacokinetics of a New Transdermal Clonidine, M-5041T, J. Clin. Pharmacol., 1996, vol. 36, p. 892-896.

Retour à la référence de la note de bas de page 38 referrer

Note de bas de page 39

Cheshire, W. P. et R. D. Fealey, Drug-Induced Hyperhidrosis and Hypohidrosis : Incidence, Prevention and Management, Drug Safety, 2008, vol. 31, p. 109-126.

Retour à la référence de la note de bas de page 39 referrer

Note de bas de page 40

Cuddy, M. L., The Effects of Drugs on Thermoregulation, AACN Clin. Issues, 2004, vol. 15, p. 238-253.

Retour à la référence de la note de bas de page 40 referrer

Note de bas de page 41

Naughton, M. P., A. Henderson, M. C. Mirabelli et coll., Heat-Related Mortality during a 1999 Heat Wave in Chicago, Am. J. Prev. Med., 2002, vol. 22, p. 221-227.

Retour à la référence de la note de bas de page 41 referrer

Note de bas de page 42

Yip, F. Y., W. D. Flanders, A. Wolkin et coll., The Impact of Excess Heat Events in Maricopa County, Arizona : 2000-2005, Int. J. Biometeorol., 2008, vol. 52, p. 765-772.

Retour à la référence de la note de bas de page 42 referrer

Note de bas de page 43

Smargiassi, A., M. Fournier, C. Griot et coll., Prediction of the Indoor Temperatures of an Urban Area with an in-Time Regression Mapping Approach, J. Expo. Sci. Environ. Epidemiol., 2008, vol. 18, p. 282-288.

Retour à la référence de la note de bas de page 43 referrer

Note de bas de page 44

Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST), Guide santé sécurité du travail dans les environnements chauds, CCHST, Hamilton (Ont.), 2005, p. 106.

Retour à la référence de la note de bas de page 44 referrer

Note de bas de page 45

Greenberg, J. H., J. Bromberg, C. M. Reed et coll., The Epidemiology of Heat-Related Deaths, Texas-1950, 1970-79, and 1980, Am. J. Public Health, 1983, vol. 73, p. 805-807.

Retour à la référence de la note de bas de page 45 referrer

Note de bas de page 46

Santé Canada, Communiquer les risques des périodes de chaleur accablante pour la santé : Trousse à l'intention des responsables de la santé publique et de la gestion des urgences, Gouvernement du Canada, Ottawa (Ont.), 2011, p. 55.

Retour à la référence de la note de bas de page 46 referrer

Note de bas de page 47

Bernard, S. M. et M. A. McGeehin, Municipal Heat Wave Response Plans, Am. J. Public Health, 2004, vol. 94, p. 1520-1522.

Retour à la référence de la note de bas de page 47 referrer

Note de bas de page 48

Ville du Grand Sudbury et Service de santé publique de Sudbury et du District, Plan d'intervention en cas de canicule de la Ville du Grand Sudbury, 2010. Consulté le 4 mars 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 48 referrer

Note de bas de page 49

English, P., K. Fitzsimmons, S. Hoshiko et coll., Public Health Impacts of Climate Change in California : Community Vulnerability Assessments and Adaptation Strategies. Report no. 1 Heat-Related Illness and Mortality, California Department of Public Health and Public Health Institute, Californie, 2007. Consulté le 11 janvier 2011.

Retour à la référence de la note de bas de page 49 referrer

Note de bas de page 50

Green, R., R. Basu, B. Malig et coll., The Effect of Temperature on Hospital Admissions in Nine California Counties, Int. J. Public Health, 2010, vol. 55, p. 113-121.

Retour à la référence de la note de bas de page 50 referrer

Note de bas de page 51

Vescovi, L., M. Rebetez et F. Rong, Assessing Public Health Risk Due to Extremely High Temperature Events; Climate and Social Parameters, Clim. Res., 2005, vol. 30, p. 71-78.

Retour à la référence de la note de bas de page 51 referrer

Note de bas de page 52

Martel, B., J. Giroux, P. Gosselin et coll., Indicateurs et seuils météorologiques pour les systèmes de veille-avertissement lors de vagues de chaleur au Québec, INSPQ et INRS-ETE, Institut national de santé publique du Québec, Québec, 2010. Consulté le 27 janvier 2011.

Retour à la référence de la note de bas de page 52 referrer

Note de bas de page 53

Boesveld, S., Toronto Left Powerless by a System Designed not to Fail (July 5, 2010), Toronto Globe and Mail, 2010. Consulté le 15 novembre 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 53 referrer

Note de bas de page 54

Santé Canada, Lignes directrices à l'intention des travailleurs de la santé pendant les périodes de chaleur accablante : Un guide technique, Gouvernement du Canada, Ottawa, (Ont.), 2011, p. 159.

Retour à la référence de la note de bas de page 54 referrer

Note de bas de page 55

Santé Canada, Élaboration de systèmes d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur afin de protéger la santé : Guide des pratiques exemplaires (sous presse), Gouvernement du Canada, Ottawa (Ont.), p. 50.

Retour à la référence de la note de bas de page 55 referrer

Note de bas de page 56

Atlas du Canada, Projected Forest Fire Severity Level, 2050 to 2059, 2007. Consulté le 30 mars 2011.

Retour à la référence de la note de bas de page 56 referrer

Note de bas de page a

Notez l'utilisation de l'expression « période de chaleur accablante » plutôt que « vague de chaleur » dans le présent document.

Retour à la référence de la note de bas de page a referrer

Note de bas de page b

En 2005, la ville de Toronto a décrété huit alertes de chaleur (requises quand la probabilité d'une surmortalité liée à des conditions atmosphériques extrêmes dépasse 65 %) et dix-huit alertes de chaleur accablante (requises quand la probabilité d'une surmortalité liée à des conditions atmosphériques extrêmes dépasse 90 %).

Retour à la référence de la note de bas de page b referrer

Note de bas de page c

Les projections des températures proviennent du Modèle régional canadien du climat établi par le Consortium Ouranos sur la climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques et à l'aide du Rapport spécial sur les scénarios d'émissions A218. Le scénario A2 décrit « un monde très hétérogène caractérisé par une forte croissance démographique, un faible développement économique et de lents progrès technologiques »18. Le nombre de journées très chaudes et de nuits chaudes pour chaque ville est basé sur les relevés des températures observées entre 1961 et 2000, ainsi que sur les projections pour les années 2011 à 2040, 2041 à 2070 et 2071 à 2100.

Retour à la référence de la note de bas de page c referrer

Note de bas de page d

Voir le document de Santé Canada intitulé Lignes directrices à l'intention des travailleurs de la santé pendant les périodes de chaleur accablante : Un guide technique, publié en 201154.

Retour à la référence de la note de bas de page d referrer

Note de bas de page e

Voir le document de Santé Canada intitulé Élaboration de systèmes d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur afin de protéger la santé : Guide des pratiques exemplaires (sous presse) pour obtenir de l'information sur l'évaluation et les répercussions des SAIC55.

Retour à la référence de la note de bas de page e referrer