Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web! Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.
Santé de l'environnement et du milieu de travail

Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada - Tableau sommaire

Préparé par le Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable du Comité fédéral-provincial-territorial sur la santé et l'environnement

Août 2012

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Table des matières

Introduction

Les Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada sont établies par le Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable (CEP) et publiées par Santé Canda. Le tableau sommaire est mis à jour régulièrement et affiché sur le site Web de Santé Canada (www.santecanada.gc.ca/eauqualite). Il remplace toutes les versions électroniques ou papier précédentes, incluant la sixième édition des Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada de 1996.

Chaque recommandation a été établie à partir de la recherche scientifique actuelle publiée qui porte sur les effets sur la santé et les effets esthétiques, et des considérations opérationnelles. Les recommandations fondées sur des critères de santé sont établies en fonction de l'examen exhaustif des effets connus sur la santé de chaque contaminant, des niveaux d'exposition et de la disponibilité des techniques de traitement et d'analyse. Les effets esthétiques (p. ex., le goût, l'odeur) sont pris en compte quand ils jouent un rôle dans la décision des consommateurs de juger l'eau buvable ou non et les considérations opérationnelles quand la présence d'une substance peut nuire à un procédé ou à une technologie de traitement (p. ex., la turbidité interférant avec la chloration ou la désinfection aux rayons UV) ou à l'infrastructure de l'eau potable (p. ex., la corrosion des tuyaux).

Le Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable établit les Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada pour les contaminants qui répondent à tous les critères suivants :

  1. L'exposition au contaminant pourrait entraîner des effets néfastes sur la santé humaine;
  2. Le contaminant est souvent détecté, ou pourrait être présent, dans un grand nombre de systèmes d'approvisionnement en eau potable du Canada; et
  3. La concentration à laquelle le contaminant est détecté ou pourrait être détecté dans l'eau potable est susceptible d'avoir des effets sur la santé humaine.

Si un contaminant d'intérêt ne satisfait pas à tous ces critères, le CEP peut décider de ne pas établir de recommandation numérique ou de document technique. Dans ce cas, un document de conseils peut être élaboré.

Les recommandations plus anciennes sont examinées de façon systématique afin d'évaluer la nécessité de les mettre à jour; dans les tableaux, les recommandations qui ont été reaffirmées comprennent les années d'approbation originale et de réaffirmation après le nom du paramètre.

Les documents scientifiques publiés dans le cadre des Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada (soit les documents techniques de recommandations et les documents de conseils) sont élaborés par l'entremise d'un processus bien établi qui comprend une analyse documentaire, des examens internes et externes par des pairs, des consultations publiques et un processus d'approbation fédéral-provincial-territorial. Pour obtenir de plus amples renseignements sur des recommandations précises, veuillez consulter le document technique de la recommandation ou le document de conseils pour le paramètre visé disponible sur le site Web de Santé Canada.

Membres du Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable

Représentants des instances de compétence

  • Alberta
    Department of Environment and Water
    M. Donald Reid
  • Colombie-Britannique
    Ministry of Health
    M. Barry Boettger
  • Manitoba
    Gestion des ressources hydriques Manitoba
    Mme Kim Philip
  • Nouveau-Brunswick
    Ministère de la Santé
    M. Kevin Gould
  • Terre-Neuve et Labrador
    Department of Environment and Conservation
    M. Haseen Kahn
  • Territoires du Nord-Ouest
    Department of Health and Social Services
    M. Duane Fleming
  • Nouvelle-Écosse
    Department of Environment
    Mme Judy MacDonald
  • Territoire du Nunavut
    Department of Health and Social Services
    M. Peter Workman
  • Ontario
    Ministère de l'Environnement
    M. Satish Deshpande
  • Île-du-Prince-Édouard
    Department of Environment, Energy and Forestry
    M. George Somers
  • Québec
    Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
    Mme Caroline Robert
  • Saskatchewan
    Ministry of the Environment
    M. Sam Ferris
  • Territoire du Yukon
    Department of Health and Social Services
    Mme Patricia Brooks
  • Canada
    Ministère de la Santé
    M. John Cooper

Agents de liaison

  • Comité fédéral-provincial-territorial sur la santé et l'environnement
    M. Peter Workman
  • Environnement Canada/Conseil canadien des ministres de l'Environnement
    M. Doug Spry

Coordonatrice du Comité

  • Santé Canada (Bureau de l'eau, de l'air et des changements climatiques)
    Mme Anne Vézina

Tableaux

Tableau 1. Paramètres microbiologiques

Dans l'ensemble, les recommandations prioritaires sont celles qui ont trait aux contaminants microbiologiques, comme les bactéries, les protozoaires et les virus. En raison des difficultés liées à l'analyse régulière des microorganismes nuisibles qui pourraient être présents dans une eau potable inadéquatement traitée, les recommandations microbiologiques se concentrent sur les indicateurs (E. coli et coliformes totaux) et les objectifs de traitement. L'utilisation d'une approche à barrières multiples, qui comprend la protection de l'eau à la source, un traitement adéquat qui inclut la désinfection et un réseau de distribution bien entretenu, peut réduire les microorganismes à des niveaux qui n'ont pas été associés à des maladies et respecter les recommandations ci-dessous.

Tableau 1. Paramètres microbiologiques
Paramètre (approbation) Recommandation Sources courantes Considérations relatives à la santé Application de la recommandation

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Lorsque cela est possible, les systèmes de filtration doivent être conçus et exploités de façon à réduire le plus possible la turbidité de l'eau traitée. L'objectif visé doit être de moins de 0,1 UTN en tout temps.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Note de bas de page 2

Filtration avec procédé chimique : = 0,3 UTN dans au moins 95% a) des mesures effectuées, ou b) du temps pour chaque mois civil; ne jamais dépasser 1,0 UTN.

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Note de bas de page 3

Filtration lente sur sable ou filtration à diatomées : = 1,0 UTN dans au moins 95% a) des mesures effectuées, ou b) du temps pour chaque mois civil; ne jamais dépasser 3,0 UTN.

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Note de bas de page 4

Filtration sur membrane : = 0,1 UTN dans au moins 99 % a) des mesures effectuées, ou b) du temps pour chaque mois civil; ne jamais dépasser 0,3 UTN.

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer

Bactéries pathogènes d'origine hydrique (2006) Aucune Matières fécales humaines et animales; certaines sont d'origine naturelle. Généralement associées à des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée); certains agents pathogènes peuvent infecter les poumons, la peau, les yeux, le système nerveux central ou le foie. Utiliser l'approche à barrières multiples pour réduire les agents pathogènes à des niveaux non détectables ou qui n'ont pas été associés à des maladies.
Coliformes totaux (2006) À la sortie d'une usine de traitement municipale ou dans les systèmes semi-publics : CMA d'aucun microorganisme détectable par 100 mL

Dans les réseaux de distribution municipaux : La présence de coliformes totaux ne devrait pas être détectée dans des échantillons consécutifs ou plus de 10 % des échantillons.
Matières fécales humaines et animales; naturellement présents dans l'eau, les sols et la végétation Les coliformes totaux ne sont pas utilisés comme indicateurs des effets possibles sur la santé des microorganismes pathogènes; ils sont utilisés comme outil opérationnel pour déterminer l'efficacité du système de traitement de l'eau. La présence de coliformes totaux dans l'eau sortant d'une usine de traitement indique que l'eau a été inadéquatement traitée et peut contenir des microorganismes pathogènes;en général, la présence de coliformes totaux dans les systèmes semi-publics indique que le système est vulnérable à la contamination et que des mesures supplémentaires doivent être adoptées; la détection de coliformes totaux dans un réseau de distribution et un réservoir peut indiquer une recroissance bactérienne dans les films biologiques du réseau de distribution ou une intrusion d'eau non traitée; tout dépassement de l'objectif du réseau de distribution devrait donc être examiné.
Escherichia coli (E. coli) (2006) CMA : Aucun microorganisme détectable par 100 mL Matières fécales humaines et animales La présence d'E. coli indique une contamination fécale récente et la présence possible de microorganismes capables de provoquer des maladies gastro-intestinales; les agents pathogènes présents dans les matières fécales humaines et animales constituent un danger imminent pour la santé publique. L'E. coli est utilisé comme indicateur de salubrité microbiologique de l'eau potable; s'il y est détecté, des agents pathogènes entériques peuvent également s'y trouver.
Numération des bactéries hétérotrophes (NBH) (2006) Aucune D'origine naturelle Les résultats de la NBH ne sont pas un indicateur de la salubrité de l'eau et ne devraient donc pas être utilisés comme indicateurs d'effets nocifs possibles; la NBH est un outil opérationnel utile à la surveillance de la qualité bactériologique générale de l'eau lors du procédé de traitement et dans le réseau de distribution. Le réseau devrait être inspecté suite à tout dépassement des niveaux de référence pour en déterminer la cause; la NBH devrait être réduite au minimum au moyen d'un traitement et d'une désinfection efficaces et demeurée constante dans le temps.
Protozoaires : Giardia et Cryptosporidium (2004) Objectif de traitement : Réduction et/ou inactivation d'au moins 3 log Matières fécales humaines et animales Généralement associés à des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements,diarrhée); les effets moins courants sur la santé peuvent inclure des symptômes respiratoires, des infections du système nerveux central, des infections hépatiques et des syndromes musculaires. La surveillance du Cryptosporidium et de la Giardia dans les sources d'eau fournira des données utiles à l'évaluation des exigences de traitement.
Turbidité (2003) Recommandation : Eau traitée < 0,1 UTNTableau 1 note de bas de page 1 en tout temps
Lorsque cela n'est pas possible :
≤ 0,3 UTNTableau 1 note de bas de page 2
≤ 1,0 UTNTableau 1 note de bas de page 3
≤ 0,1 UTNTableau 1 note de bas de page 4
Particules d'origine naturelle :
Matières inorganiques : argile, limon, précipités métalliques
Matières organiques : débris végétaux et animaux décomposés, microorganismes
Associations indirectes : les particules peuvent héberger des microorganismes qu'elles protègent de la désinfection et piéger des métaux lourds et des biocides; une turbidité élevée ou changeante de l'eau filtrée peut indiquer un problème dans le procédé de traitement de l'eau et la possibilité d'un risque accru d'agents pathogènes dans l'eau traitée. Les recommandations s'appliquent à la turbidité aux filtres individuels pour les systèmes qui utilisent l'eau de surface ou l'ESSIDES; l'eau potable provenant de certaines sources pourrait répondre à des critères rendant non nécessaire la filtration établis par une autorité compétente; une augmentation de la turbidité dans un réseau de distribution peut indiquer une détérioration de la qualité de l'eau et devrait être examinée.
Virus entériques (2011) Objectif de traitement : Réduction et/ou inactivation d'au moins 4 log Matières fécales humaines et animales Généralement associés à des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée); les effets moins courants sur la santé peuvent inclure des symptômes respiratoires, des infections du système nerveux central, des infections hépatiques et des syndromes musculaires. La surveillance régulière des virus n'est pas pratique; dans la mesure du possible, caractériser la source d'eau pour déterminer si une élimination ou une inactivation supérieure à 4 log est nécessaire.

Tableau 2. Paramètres chimiques et physiques

Les recommandations pour les paramètres chimiques et physiques sont :

  1. Établies en fonction de critères de santé et identifiées comme concentrations maximales acceptables (CMA);
  2. Établies en fonction de considérations esthétiques et identifiées comme objectifs d'ordre esthétique (OE); ou
  3. Établies en fonction de considérations opérationnelles et identifiées comme valeurs opérationnelles recommandées (VOR).

Dans l'ensemble, les recommandations prioritaires sont celles qui ont trait aux contaminants microbiologiques. Toute mesure visant à réduire les concentrations de contaminants chimiques, plus particulièrement les sous-produits de désinfection, ne devrait pas compromettre l'efficacité de la désinfection

Table 2. Chemical and Physical Parameters
TypeTableau 2 note de bas de page 1 Paramètre (approbation, réaffirmation)
CMA
(mg/L)
Autre valeur
(mg/L)
Sources courantes du paramètre dans l'eau Considérations relatives à la santé Commentaires

Notes de bas de page du Tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 1

Types de paramètre : A - Acceptabilité; D - Désinfectant; SPD - Sous-produit de désinfection; I - Substance chimique inorganique; O - Substance chimique organique; P - Pesticide; T - Paramètre lié au traitement

Retour à la référence 1 de la note de bas de page du tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 2

Lorsque la concentration mesurée de dichlorobenzènes totaux est supérieure à la valeur la plus contraignante (0,005 mg/L), la concentration de chaque isomère devrait être déterminée.

Retour à la référence 2 de la note de bas de page du tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 2

Lorsque la concentration mesurée de dichlorobenzènes totaux est supérieure à la valeur la plus contraignante (0,005 mg/L), la concentration de chaque isomère devrait être déterminée.

Retour à la référence 2 de la note de bas de page du tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 3

Exprimés sous forme de moyenne courante annuelle géographique calculée à l'aide d'échantillons trimestriels.

Retour à la référence 3 de la note de bas de page du tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 3

Exprimés sous forme de moyenne courante annuelle géographique calculée à l'aide d'échantillons trimestriels.

Retour à la référence 3 de la note de bas de page du tableau 2

Tableau 2 note de bas de page 4

Sans unité.

Retour à la référence 4 de la note de bas de page du tableau 2

P Acide (4-chloro-2-méthylphénoxy) acétique (MCPA) (2010) 0,1   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur les reins (augmentation du poids relatif et absolu, et bilirubine, cristaux et pH urinaires)
Autre : Effets généraux et effets sur le foie, les testicules, la reproduction, le développement et le système nerveux
Peut se retrouver dans les eaux souterraines.
P Acide 2,4-dichloro
phénoxyacétique (2,4-D) (1991)
0,1   Lessivage ou ruissellement provenant de son utilisation dans la lutte contre les mauvaises herbes; émissions d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur les reins (pigmentation des cellules tubulaires)  
SPD Acides haloacétiques - totaux (AHA)Tableau 2 note de bas de page 3 (2008) 0,08
ALARA
  Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore Fondement sanitaire de la CMA :Cancer du foie (DCA) (le DCA est considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain)
Autre : Cancer d'autres organes (DCA, DBA et TCA); effets sur le foie et d'autres organes (poids du corps, des reins et des testicules) (MCA)
Comprend les acides monochloroacétique (MCA), dichloroacétique (DCA), trichloroacétique (TCA), monobromoacétique (MBA) et dibromoacétique (DBA); la CMA est fondée sur la capacité d'atteindre ces niveaux de AHA dans le réseau de distribution sans compromettre la désinfection; l'élimination des précurseurs réduit leur formation.
I Acide nitrilotriacétique (NTA) (1990) 0,4   Contamination par les eaux usées Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur les reins (néphrite et néphrose)
Autre : Considéré comme possiblement cancérogène pour l'être humain
 
T Aluminium (1998)   VOR : < 0,1 (traitement conventionnel)
< 0,2 (autres types de traitement)
Sels d'aluminium utilisés comme coagulants dans le traitement de l'eau; d'origine naturelle   À l'heure actuelle, le poids de la preuve n'indique pas d'effets nocifs aux concentrations présentes dans l'eau potable.
I Amiante (1989, 2005) Aucune   D'origine naturelle (érosion des minéraux et des minerais d'amiante); dégradation des tuyaux en amiante-ciment   Recommandation non requise puisqu'il n'existe pas de données indiquant que l'exposition par l'eau potable a des effets nocifs.
I Ammoniac (1987) Aucune   D'origine naturelle; provient des rejets agricoles et industriels; ajouté dans le cadre du traitement aux chloramines utilisé dans la désinfection de l'eau potable.   Recommandation non requise puisque l'ammoniac est produit dans le corps et métabolisé de façon efficace chez les personnes en bonne santé; aucun effet nocif aux concentrations présentes dans l'eau potable.
I Antimoine (1997) 0,006   D'origine naturelle (érosion); ruissellement des sols; effluents industriels; relargage à partir du matériel et des soudures de plomberie Fondement sanitaire de la CMA : Changements microscopiques au niveau des organes et des tissus (thymus, reins, foie, rate, thyroïde) La CMA tient compte de la faisabilité analytique; la tuyauterie devrait être purgée à fond avant que l'eau ne soit utilisée pour la consommation.
I Argent (1986, 2005) Aucune   D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des sols)   Recommandation non requise puisque l'eau potable ne contribue que de façon négligeable à l'apport quotidien d'une personne.
I Arsenic (2006) 0,010
ALARA
  D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des sols, des minéraux et des minerais) Fondement sanitaire de la CMA :Cancer (poumon, vessie, foie et peau) (considéré comme cancérogène pour l'être humain)
Autre : Effets cutanés, vasculaires et neurologiques (engourdissement et picotement des extrémités)
CMA fondée sur la réalisabilité par les techniques de traitement; niveaux élevés associés à certaines eaux souterraines; les niveaux devraient être maintenus au niveau le plus faible qu'il soit raisonnablement possible d'atteindre (ALARA).
P Atrazine (1993) 0,005   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le développement (réductions du poids corporel de la progéniture)
Autre : Risque potentiel accru de cancer de l'ovaire ou de lymphomes (considéré comme possiblement cancérogène pour l'être humain)
La CMA s'applique à l'ensemble de l'atrazine et de ses métabolites N-désalkylés; persistante dans les sources d'eau.
P Azinphos-méthyl (1989, 2005) 0,02   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Effets neurologiques (cholinestérase plasmatique) Toutes ses utilisations doivent être abandonnées d'ici 2012.
I Baryum (1990) 1,0   D'origine naturelle; émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Augmentation de la pression artérielle et des maladies cardiovasculaires  
O Benzène (2009) 0.005   Émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA :Changements au niveau de la moelle osseuse (globules rouges et blancs) et cancer (considéré comme cancérogène pour l'être humain)
Autre : Système circulatoire et réponse immunitaire
La CMA prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain; l'eau potable constitue généralement une source mineure d'exposition.
O Benzo[a]pyrène (1988, 2005) 0,000 01   Relargage à partir des revêtements internes des réseaux de distribution Fondement sanitaire de la CMA : Tumeurs de l'estomac (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain)  
I Bore (1990) 5   D'origine naturelle; Lessivage ou ruissellement d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA :Effets sur la reproduction (atrophie testiculaire et spermatogenèse)
Autre : Un nombre limité de données attestent une réduction de la fonction sexuelle chez les individus de sexe masculin.
CMA fondée sur la réalisabilité par les techniques de traitement
SPD Bromate (1998) 0,01   Sous-produit de désinfection par l'ozone; contaminant possible des solutions d'hypochlorite Fondement sanitaire de la CMA : Tumeurs des cellules rénales (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain) CMA fondée sur la faisabilité analytique et la réalisabilité par les techniques de traitement
P Bromoxynil (1989, 2005) 0,005   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Baisse des rapports entre le poids du foie et celui du corps  
I Cadmium (1986, 2005) 0,005   Relargage des tuyaux galvanisés, des soudures ou des tuyaux de polyéthylène noir; déchets industriels et ménagers Fondement sanitaire de la CMA : Lésions rénales et ramollissement des os  
I Calcium (1987, 2005) Aucune   D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des sols, des minéraux et des minerais)   Recommandation non requise - il n'y a pas de preuve que le calcium dans l'eau potable aie des effets nocifs; le calcium contribue à la dureté de l'eau.
P Carbaryl (1991, 2005) 0,09   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Fonction rénale réduite (peut être rapidement réversible après arrêt de l'exposition)  
P Carbofurane (1991, 2005) 0,09   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) et suppression de la croissance  
D Chloramines (1995) 3,0   La monochloramine est un désinfectant secondaire; elle se forme en présence de chlore et d'ammoniac. Fondement sanitaire de la CMA : Réduction du gain de poids corporel
Autre : Effets immunotoxiques
La CMA a été établie pour les chloramines totales en fonction des effets sur la santé associés à la monochloramine et de la faisabilité analytique.
SPD Chlorate (2008) 1   Sous-produit de désinfection par le dioxyde de chlore; contaminant possible des solutions d'hypochlorite Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur la glande thyroïde (déplétion du colloïde) La formation d'ions chlorate devrait être évitée, car ils sont difficiles à éliminer une fois formés; la formation de chlorate devrait être contrôlée en respectant la dose maximale d'administration de 1,2, mg/L pour le dioxyde de chlore et par la surveillance des solutions d'hypochlorite.
D Chlore (2009) Aucune   Utilisé comme désinfectant de l'eau potable Recommandation non requise suite à une basse toxicité aux niveaux retrouvés dans l'eau potable La concentration de chlore libre dans la plupart des réseaux de distribution d'eau potable varie de 0,04 à 2,0 mg/L.
SPD Chlorite (2008) 1   Sous-produit de la désinfection de l'eau potable par du dioxyde de chlore Fondement sanitaire de la CMA : Effets neurocomportementaux (baisse de l'amplitude du sursaut à un stimulus sonore, diminution de l'activité exploratoire), diminution du poids absolu du cerveau, variations du poids du foie La formation d'ions chlorite devrait être évitée; la formation de chlorite devrait être contrôlée en respectant la dose maximale d'administration de 1,2, mg/L pour le dioxyde de chlore et par la surveillance des solutions d'hypochlorite.
P Chlorpyrifos (1986) 0,09   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) Ne devrait pas se retrouver de façon importante dans les eaux souterraines.
I Chlorure (1979, 2005)   OE : ≤ 250 D'origine naturelle (intrusion de l'eau de mer); dissolution des dépôts de sel, sel sur les routes, effluents industriels, exploitation des puits de pétrole, eaux d'égout, écoulement des eaux d'irrigation, eaux de lixiviation des déchets   Fondé sur le goût et la possibilité de corrosion du réseau de distribution
O Chlorure de vinyle (1992) 0,002   Effluents industriels; produit de dégradation du trichloroéthylène et du tétrachloroéthylène dans les eaux souterraines; relargage des tuyaux de chlorure de polyvinyle Fondement sanitaire de la CMA :Cancer du foie (considéré comme cancérogène pour l'être humain)
Autre : Syndrome de Raynaud, effets sur les os, le système circulatoire, la thyroïde, la rate et le système nerveux central
Fondée sur la réalisabilité par les techniques de traitement et la faisabilité analytique; le relargage à partir des tuyaux de chlorure de polyvinyle ne devrait pas être important.
I Chrome (1986) 0,05   D'origine naturelle (érosion des minéraux); émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Grossissement du foie et irritation de la peau ainsi que du tractus gastro-intestinal et des voies respiratoires provoqués par le chrome hexavalent Le chrome trivalent est un oligo-élément indispensable; la CMA protège des effets sur la santé du chrome hexavalent.
T Couleur (1979, 2005)   OE : ≤ 15 UCV Matières organiques et métaux d'origine naturelle; déchets industriels   Peut interférer avec la désinfection; son élimination permet d'assurer un traitement efficace.
I Cuivre (1992)   OE : ≤ 1,0 D'origine naturelle; relargage à partir de la tuyauterie de cuivre Le cuivre est un élément essentiel du métabolisme humain; les effets néfastes sont observés à des concentrations beaucoup plus élevées Fondé sur le goût; taches sur la lessive et les accessoires de plomberie; la tuyauterie doit être purgée à fond avant d'utiliser l'eau pour la consommation.
I Cyanure (1991) 0,2   Effluents industriels et miniers; émis par des composés organiques Fondement sanitaire de la CMA : Aucun changement clinique ou autre à la dose la plus élevée analysée Les effets sur la santé du cyanure sont aigus; il peut cependant être détoxiqué dans une certaine mesure par le corps humain lorsque l'exposition est faible.
P Diazinon (1986, 2005) 0,02   Ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) Ne devrait pas se retrouver de façon importante dans les eaux souterraines.
P Dicamba (1987, 2005) 0,12   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (vacuolisation, nécrose, dépôts graisseux et modifications du poids du foie) Se retrouve facilement dans les eaux souterraines.
O 1,2-DichlorobenzèneTableau 2 note de bas de page 2 (1987) 0,2 OE : ≤ 0,003 Émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Accroissement du taux de cholestérol, du taux de protéines et des teneurs en glucose dans le sang OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
O 1,4-DichlorobenzèneTableau 2 note de bas de page 2 (1987) 0,005 OE : ≤ 0,001 Émissions ou déversements d'origine industrielle; utilisation comme désodorisant pour urinoirs Fondement sanitaire de la CMA : Tumeurs hépatiques et des glandes surrénales bénignes (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain) OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
O 1,2-Dichloroéthane (1987) 0,005   Émissions ou déversements d'origine industrielle; élimination des déchets Fondement sanitaire de la CMA : Cancer du système circulatoire (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain) CMA fondée sur la faisabilité analytique et la réalisabilité par les techniques de traitement
O 1,1-Dichloro éthylène (1994) 0,014   Émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (modifications graisseuses)  
O Dichlorométhane (2011) 0,05   Rejets d'eaux usées industrielles et municipales Fondement sanitaire de la CMA :Effets sur le foie (foyers hépatiques et altérations cellulaires).
Autre : Considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain
La CMA protège des effets cancérogènes et prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain.
O 2,4-Dichlorophénol (1987, 2005) 0,9 OE : ≤ 0,0003 Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore; émissions d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (modifications cellulaires) OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
P Diclofop-méthyl (1987, 2005) 0,009   Lessivage ou ruissellement lié à son utilisation dans la lutte contre les mauvaises herbes; ajouté directement dans l'eau pour contrôler les herbes aquatiques Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (hypertrophie et modifications d'enzymes) Faible risque de contamination des eaux souterraines
P Diméthoate (1986, 2005) 0,02   Lessivage ou ruissellement d'origine résidentielle, agricole ou forestière Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase)  
D Dioxyde de chlore (2008) Aucune   Utilisé comme désinfectant de l'eau potable Recommandation non requise en raison de sa réduction rapide en chlorite dans l'eau potable Ne pas dépasser la dose maximale de 1,2 mg/L de dioxyde de chlore pour contrôler la formation de chlorite et de chlorate.
P Diquat (1986, 2005) 0,07   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole; ajouté directement dans l'eau pour contrôler les herbes aquatiques Fondement sanitaire de la CMA : Formation de cataractes Peu probable de se retrouver dans les eaux souterraines
P Diuron (1987, 2005) 0,15   Lessivage ou ruissellement provenant de son utilisation dans la lutte contre la végétation Fondement sanitaire de la CMA : Perte de poids, augmentation du poids du foie et modifications hématologiques Forte probabilité de se retrouver dans les eaux souterraines
T Dureté (1979) Aucune   D'origine naturelle (érosion des roches sédimentaires, infiltration dans le sol et ruissellement); niveaux généralement plus élevés dans les eaux souterraines D'origine naturelle (érosion des roches sédimentaires, infiltration dans le sol et ruissellement); niveaux généralement plus élevés dans les eaux souterraines Des degrés de dureté variant de 80 à 100 mg/L (sous forme de CaCO3) constituent un équilibre acceptable entre la corrosion et l'entartrage; il est recommandé d'assurer une alimentation distincte d'eau non adoucie pour la cuisine et la boisson lorsqu'un adoucisseur d'eau est utilisé.
O Éther de méthyle et de tert-butyle (MTBE) (2006)   OE : ≤ 0,015 Déversements provenant de raffineries d'essence, de stations-service et d'embarcations à moteur à essence; fuites des réservoirs de stockage dans les eaux souterraines La base de données concernant le MTBE comporte trop d'incertitudes et de lacunes pour être utilisée dans l`élaboration d'une recommandation basée sur la santé. OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation; comme l'OE est inférieur aux concentrations associées à des effets toxiques potentiels, il protège la santé humaine.
O Éthylbenzène (1986, 2005)   OE : ≤ 0,0024 Émissions, effluents ou déversements issus des industries pétrolières et chimiques   Fondé sur l'odeur
I Fer (1978, 2005)   OE : ≤ 0,3 D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des minéraux); eaux acides de drainage des mines, eaux de lessivage des sites d'enfouissement, effluents d'égout et industries sidérurgiques   Fondé sur le goût et les taches sur la lessive et les accessoires de plomberie; aucun signe de toxicité par le fer d'origine alimentaire n'a été observé dans la population en général.
I Fluorure (2010) 1,5   D'origine naturelle (érosion des roches et des sols); peut être ajouté pour favoriser la santé dentaire Fondement sanitaire de la CMA : Fluorose dentaire modérée (fondé sur l'effet cosmétique plutôt que la santé) Contribue à prévenir les caries dentaires.
SPD Formaldéhyde (1997) Aucune   Sous-produit de désinfection de l'eau par l'ozone; émissions d'origine industrielle   Recommandation non requise, les concentrations dans l'eau potable étant inférieures au niveau auquel des effets nocifs pourraient survenir.
P Glyphosate (1987, 2005) 0,28   Lessivage ou ruissellement provenant de son utilisation variée dans la lutte contre les mauvaises herbes Fondement sanitaire de la CMA : Réduction du gain de poids corporel Ne devrait pas se retrouver dans les eaux souterraines.
A Goût (1979, 2005)   Dépourvue d'un goût désagréable Sources biologiques ou industrielles   Important de fournir une eau potable dépourvue d'un goût désagréable afin d'éviter le choix d'autres sources qui pourraient être moins salubres.
I Magnésium (1978) Aucune   D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des minéraux)   ecommandation non requise en l'absence de preuve que le magnésium présent dans l'eau potable a des effets nocifs.
P Malathion (1986, 2005) 0,19   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) Ne devrait pas se retrouver dans les eaux souterraines.
I Manganèse (1987)   OE : ≤ 0,05 D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des minéraux)   Fondé sur le goût et les taches sur la lessive et les accessoires de plomberie
A Matières dissoutes totales (MDT) (1991)   OE : ≤ 500 D'origine naturelle; eaux d'égout, ruissellement d'origine urbaine et agricole, eaux
usées industrielles
  Fondé sur le goût; les teneurs s en MDT supérieures à 500 mg/L entraînent un entartrage excessif des conduites d'eau, des chauffe-eau, des chaudières et des appareils ménagers; les MDT sont composées de calcium, magnésium, sodium, potassium, carbonate, bicarbonate, chlorure, sulfate et nitrate.
I Mercure (1986) 0,001   Émissions ou déversements d'origine industrielle; élimination des déchets; irrigation ou drainage de régions employant des pesticides Fondement sanitaire de la CMA : Symptômes neurologiques irréversibles S'applique à toutes les formes du mercure; en général, il n'y a pas de mercure dans l'eau potable, car il se lie aux sédiments et aux sols.
P Métolachlore (1986) 0,05   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Lésions hépatiques et tumeurs des fosses nasales Se lie facilement aux matières organiques du sol; il est rare qu'il soit lessivé dans les sols à forte teneur en matières organiques et en argile.
P Métribuzine (1986, 2005) 0,08   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (augmentation de l'incidence et de la gravité des gouttelettes de mucopolysaccharides) Sa présence dans les eaux souterraines dépend de la teneur du sol en matières organiques.
O Monochlorobenzène (1987) 0,08 OE : ≤ 0,03 Émissions ou déversements d'origine industrielle Fondement sanitaire de la CMA : Réduction de la durée de vie et du gain de poids corporel OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
I Nitrate/nitrite (1987) Nitrate :
45 sous forme de nitrate;
10 sous forme d'azote
Nitrite (si mesuré séparément) :
3,2 sous forme de nitrite;
1,0 sous forme d'azote
D'origine naturelle; lessivage ou ruissellement provenant de son utilisation comme engrais, du fumier et des eaux usées domestiques; peut provenir d'un excès d'ammoniac ou d'une activité microbienne dans les réseaux de distributions Fondement sanitaire de la CMA : Méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons âgés de moins de 3 mois (à court terme)
Autre : Considéré comme possiblement cancérogène pour l'être humain
Les CMA protègent les enfants et les adultes; les réseaux de distribution où il y a présence d'ammoniac ou utilisant la désinfection aux chloramines devraient surveiller le nitrite et le nitrate.
SPD N-Nitroso- diméthylamine (NDMA) (2010) 0,000 04   Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore ou les chloramines; effluents industriels et des stations d'épuration des eaux usées Fondement sanitaire de la CMA : Cancer du foie (considérée comme probablement cancérogène pour l'être humain) La CMA prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain; les concentrations devraient être maintenues faibles en évitant sa formation durant le traitement.
A Odeur (1979, 2005)   Dépourvue d'une odeur désagréable Sources biologiques ou industrielles   Important de fournir une eau potable dépourvue d'une odeur désagréable pour éviter que les consommateurs n'aient recours à d'autres sources qui pourraient être moins salubres.
P Paraquat (1986, 2005) 0,01 - dichlorure de paraquat; 0,007 - ion paraquat   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre; ajouté directement dans l'eau pour lutter contre les herbes aquatiques Fondement sanitaire de la CMA : Effets divers sur le poids corporel, la rate, les testicules, le foie, les poumons, les reins, la thyroïde, le coeur et les glandes surrénales Contamination de l'eau potable peu probable par suite de son application sur les cultures (lié à l'argile); peut toutefois persister dans l'eau pendant plusieurs jours s'il y est directement ajouté.
O Pentachlorophénol (1987, 2005) 0,06 AO: ≤ 0,03 Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore; effluents industriels Fondement sanitaire de la CMA : Réduction du poids corporel, changements au niveau des paramètres cliniques, altérations histologiques des reins et du foie, effets sur la reproduction (diminution du taux de survie et de la croissance néonatales) OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
T pH (1979)   6,5-8,5Tableau 2 note de bas de page 4 Sans objet   Le pH peut influer sur la formation des sous-produits de la désinfection et l'efficacité du traitement.
P Phorate (1986, 2005) 0,002   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) Peut se retrouver dans les eaux souterraines.
P Piclorame (1988, 2005) 0,19   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Changements au niveau du poids du corps et du foie et des paramètres de chimie clinique
Autre : Effets sur les reins (rapports entre le poids du foie et celui du corps et histopathologie)
Forte probabilité de se retrouver dans les eaux souterraines
I Plomb (1992) 0,010   Relargage à partir du matériel de plomberie (tuyaux, soudures, raccords en laiton et branchements en plomb) Fondement sanitaire de la CMA : Effets biochimiques et neurocomportementaux (développement intellectuel et comportement) chez les nourrissons et les jeunes enfants (moins de six ans)
Autre : Anémie, effets sur le système nerveux central; peut affecter le foetus; peut affecter le développement intellectuel, le comportement, la taille et l'ouïe des nourrissons et des enfants âgés de moins de six ans; classé probablement cancérogène pour l'être humain
Comme la CMA est établie en fonction d'effets chroniques, elle s'applique à des concentrations moyennes dans l'eau consommée pendant des périodes prolongées; l'exposition au plomb devrait toutefois être réduite au minimum; la tuyauterie devrait être purgée à fond avant que l'eau ne puisse être consommée; la contribution la plus importante provient des branchements en plomb entrant dans les bâtiments.
I Sélénium (1992) 0,01   D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des sols) Fondement sanitaire de la CMA : Oligo-élément essentiel pour la nutrition
Autre : Perte de cheveux et affaiblissement des ongles lors d'expositions extrêmement élevées
Exposition essentiellement d'origine alimentaire; peu de données sur la toxicité du sélénium dans l'eau potable
P Simazine (1986) 0,01   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Variations de poids corporel et effets sur le sérum et la glande thyroïde Le degré de migration diminue avec l'augmentation de la teneur en matières organiques et en argile.
I Sodium (1979)   AO: ≤ 200 D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des dépôts de sel et des roches ignées, et pénétration de l'eau de mer); eaux usées et effluents industriels; adoucisseurs d'eau à base de sodium   Fondé sur le goût; il est recommandé d'assurer une alimentation distincte d'eau non adoucie pour la cuisine et la boisson lorsqu'un adoucisseur d'eau est utilisé.
I Sulphate (1994)   AO: ≤ 500 Déchets industriels De fortes concentrations (supérieures à 500 mg/L) peuvent causer des effets physiologiques comme la diarrhée et la déshydratation. Fondé sur le goût; les autorités sanitaires devraient être averties si la concentration de sulfates d'une source d'eau potable dépasse 500 mg/L.
I Sulfure (1992)   AO: ≤ 0.05 Peut survenir dans un réseau de distribution par la réduction des sulfates en présence de bactéries sulfato-réductrices; déchets industriels   Fondé sur le goût et l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
T Température (1979, 2005)   OE : ≤ 15 °C Sans objet   La température influe indirectement sur la santé et l'aspect par ses effets sur la désinfection, le contrôle de la corrosion et la formation de films biologiques dans le réseau de distribution.
P Terbufos (1987, 2005) 0,001   Lessivage ou ruissellement d'origine agricole ou autre Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le système nerveux (inhibition de la cholinestérase) Fondée sur la faisabilité analytique
O Tétrachloroéthylène (1995) 0,03   Effluents ou déversements industriels Fondement sanitaire de la CMA : Augmentation du poids du foie et des reins
Autre : Considéré comme peut-être cancérogène pour l'être humain; quelques données attestant un risque accru d'avortement spontané
Se retrouve facilement dans les eaux souterraines; la CMA prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain.
O Tétrachloro-2,3,4,6 phénol (1986, 2005) 0,1 OE : ≤ 0,001 Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore; effluents industriels et utilisation de pesticides Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le développement (embryotoxicité) OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
O Tétrachlorure de carbone (2010) 0,002   Effluents industriels et lessivage des dépôts de déchets dangereux Fondement sanitaire de la CMA :Hépatotoxicité
Autre : Lésions rénales; tumeurs hépatiques (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain)
La CMA prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain.
O Toluène (1986, 2005)   AO: ≤ 0,024 Rejets d'effluents ou déversements issus des industries pétrolières et chimiques   OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
O Toxines cyanobactériennes - Microcystines-LR (2002) 0,0015   D'origine naturelle (émises par les proliférations d'algues bleues) Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (inhibiteur d'enzymes)
Autre : Considérées comme peut-être cancérogènes pour l'être humain
La CMA protège des microcystines totales; éviter les algicides comme le sulfate de cuivre, car ils peuvent provoquer la libération de toxines dans l'eau.
O Trichloroéthylène (2005) 0,005   Effluents industriels et déversements par suite d'une élimination inappropriée Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le développement (malformations cardiaques)
Autre : Considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain
La CMA prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain.
O Trichloro-2,4,6 phénol (1987, 2005) 0,005 AO: ≤ 0,002 Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore; effluents et déversements industriels Fondement sanitaire de la CMA : Cancer du foie (considéré comme probablement cancérogène pour l'être humain) OE fondé sur l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
P Trifluraline (1989, 2005) 0.045   Ruissellement d'origine agricole Fondement sanitaire de la CMA : Changements des poids du foie et de la rate ainsi que dans la chimie du sérum Peu probable de se retrouver dans les eaux souterraines
SPD TrihalométhanesTableau 2 note de bas de page 3 (THM) (2006) 0,1   Sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore; effluents industriels Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur le foie (kystes graisseux) (le chloroforme est considéré comme peut-être cancérogène pour l'être humain)
Autre : Cancers colorectal et du rein
Comprend le chloroforme, le bromodichlorométhane, le dibromochlorométhane et le bromoforme;
la CMA est fondée sur les effets sur la santé du chloroforme et prend également en compte l'exposition lors d'une douche ou d'un bain; l'élimination des précurseurs réduit sa formation.
I Uranium (1999) 0,02   D'origine naturelle (érosion et vieillissement climatique des roches et des sols); déchets d'usine; émissions de l'industrie nucléaire et combustion de charbon et autres combustibles; engrais phosphatés Fondement sanitaire de la CMA : Effets sur les reins (différentes lésions); peut être rapidement réversible après arrêt de l'exposition Fondée sur la réalisabilité par les techniques de traitement; CMA fondée sur les effets chimiques, l'uranium étant peu radioactif; l'uranium est rapidement éliminé du corps.
O Xylène (1986, 2005)   OE : ≤ 0,3 Effluents et déversements industriels   OE fondé sur le goût et l'odeur; des niveaux supérieurs à l'OE rendraient l'eau impropre à la consommation.
I Zinc (1979, 2005)   OE : ≤ 5,0 D'origine naturelle; émissions d'origine industrielle et domestique; relargage possible à partir des tuyaux en acier galvanisé; des chauffe-eau et des raccords en laiton   OE fondé sur le goût; l'eau renfermant des concentrations de zinc supérieures à l'OE a tendance à être opalescente et à laisser une pellicule graisseuse après ébullition; la tuyauterie devrait être purgée à fond avant que l'eau ne puisse être consommée.

Tableau 3. Paramètres radiologiques

Les recommandations relatives aux paramètres radiologiques visent les conditions d'utilisation normales des sources d'eau existantes et nouvelles et ne s'appliquent pas à la contamination durant une situation d'urgence où d'importantes quantités de radionucléides sont rejetées dans l'environnement. Les CMA ont été établies pour les radionucléides naturels et artificiels qui sont les plus couramment décelés dans les approvisionnements en eau potable au Canada à l'aide d'équations et de principes reconnus à l'échelle internationale, et reposent uniquement sur des considérations de santé.

Les CMA ne sont fondées que sur l'exposition à un seul radionucléide. Les effets radiologiques de deux ou plusieurs radionucléides présents dans le même approvisionnement en eau potable sont considérés comme additifs. La somme des rapports entre la concentration observée et la CMA de chaque radionucléide présent ne devrait donc pas dépasser 1.

La radioactivité présente dans les échantillons d'eau peut être d'abord analysée à l'aide de mesures permettant de déterminer les activités alpha et bêta brutes, plutôt que la concentration de chaque radionucléide. Si les niveaux de dépistage sont dépassés (0,5 Bq/L pour l'activité alpha brute et 1,0 Bq/L pour l'activité bêta brute), la concentration de ces radionucléides devrait être analysée. Une recommandation sur le radon n'est pas jugée nécessaire et n'a donc pas été établie. Des données relatives au radon sont présentées en raison de leur importance dans certains cas se rapportant à la qualité de l'air intérieur.

Tableau 3. Paramètres radiologiques
Paramètre (approbation) CMA
(Bq/L)
Sources courantes Considérations relatives à la santé Commentaires
Césium-137 (2009) 10 Retombées d'armes nucléaires et émissions des réacteurs nucléaires Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie  
Iode-131 (2009) 6 Effluents des eaux usées Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie  
Plomb-210 (2009) 0,2 D'origine naturelle (produit de désintégration du radon) Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie Correspond à une concentration totale de plomb de 7 × 10-8 µg/L
Radium-226 (2009) 0,5 D'origine naturelle Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie  
Radon (2009) Aucune D'origine naturelle (lessivage des rocs et des sols contenant du radium; produit de désintégration du radium-226) Risque pour la santé (cancer du poumon) associé à l'ingestion est jugé négligeable en raison de sa grande volatilité Problème surtout lié à l'eau souterraine; à des niveaux dans l'eau potable dépassant 2000 Bq/L, des mesures visant à réduire sa libération dans l'air intérieur devraient être adoptées (p. ex., aération adéquate de l'approvisionnement d'eau potable).
Strontium-90 (2009) 5 Retombées d'armes nucléaires Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie  
Tritium (2009) 7000 D'origine naturelle (rayonnement d'origine cosmique); émissions des réacteurs nucléaires Cancer : poumon, sein, thyroïde, os, organes digestifs et peau; leucémie Ne peut être éliminé par le traitement de l'eau

Tableau 4. Documents de conseils

Dans certains cas, le Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable peut décider d'élaborer des documents de conseils pour des contaminants qui ne répondent pas aux critères établis pour l'élaboration d'une recommandation et pour des questions nécessitant des conseils en matière d'exploitation ou de gestion. Ces documents permettent de fournir des renseignements aux autorités en matière d'eau potable et des conseils liés aux contaminants, aux problèmes de gestion de l'eau potable et aux situations d'urgence.

Tableau 4. Documents de conseils
Paramètre/sujet (approbation) Commentaires
Émission et annulation des avis d'ébullition de l'eau (2009) Résume les facteurs à prendre en compte lorsque les autorités compétentes émettent ou annulent des avis d'ébullition de l'eau
Hydrate de chloral dans l'eau potable (2008) Niveaux d'exposition au Canada bien inférieurs à ceux qui pourraient provoquer des effets sur la santé; des concentrations supérieures à 0,2 mg/L peuvent indiquer un risque pour la santé et devraient être examinées; l'hydrate de chloral est un sous-produit de désinfection de l'eau par le chlore.
Contrôle de la corrosion dans les réseaux de distribution d'eau potable (2009) Aborde des stratégies de gestion du relargage du plomb à partir du réseau de distribution; les protocoles d'échantillonnage peuvent servir à évaluer la corrosion et l'efficacité des mesures d'intervention ou de contrôle permettant de diminuer le plomb dans l'eau potable; des mesures correctives permettant de réduire les sources de plomb sont décrites.
Émission et annulation des avis de non-consommation de l'eau potable en situation d'urgence (2009) Résume les facteurs à prendre en compte lorsque les autorités compétentes émettent ou annulent des avis de non-consommation de l'eau potable en situation d'urgence.
Potassium des adoucisseurs d'eau (2008) N'est pas une préoccupation pour la population en général; les personnes souffrant de maladie rénale ou d'autres maladies comme une maladie du coeur, une maladie coronarienne, l'hypertension ou le diabète, et celles qui prennent un médicament qui entrave le métabolisme normal du potassium devraient éviter de consommer de l'eau traitée par un adoucisseur d'eau qui utilise du chlorure de potassium.

Tableau 5. Documents archivés

Le Comité fédéral-provincial-territorial sur l'eau potable a établi un processus scientifique permettant d'examiner de façon systématique les recommandations plus anciennes et de les archiver lorsqu'elles ne sont plus requises. Les recommandations sont archivées dans le cas des paramètres qui ne se trouvent plus dans les approvisionnements en eau potable du Canada à des concentrations qui pourraient constituer un risque pour la santé humaine, incluant les pesticides dont l'utilisation n'est plus autorisée au Canada ainsi que les mélanges de contaminants qui sont traités individuellement.

Tableau 5. Documents archivés
Paramètre
Type
Aldicarbe Pesticide
Aldrine + dieldrine Pesticide
Bendiocarbe Pesticide
Cyanazine Pesticide
Dinosèbe Pesticide
Essence et ses constituants organiques Produit chimique organique
Méthoxychlore Pesticide

Acronymes

A
Acceptabilité (type de paramètre)
ALARA
Le plus faible qu'il soit raisonnablement possible d'atteindre (as low as reasonably achievable)
CEP
Comité sur l'eau potable (FPT)
CMA
Concentration maximale acceptable
D
Désinfectant (type de paramètre)
ESSIDES
Eau souterraine sous influence directe d'une eau de surface
I
Produit chimique inorganique (type de paramètre)
NBH
Numération des bactéries hétérotrophes
O
Produit chimique organique (type de paramètre)
OE
Objectif d'ordre esthétique
P
Pesticide (type de paramètre)
SPD
Sous-produit de désinfection (type de paramètre)
T
Paramètre lié au traitement (type de paramètre)
UCV
Unité de couleur vraie
UTN
Unité de turbidité néphélémétrique
VOR
Valeur opérationnelle recommandée