Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Aliments et nutrition

Lignes directrices sur la nutrition pendant la grossesse à l'intention des professionnels de la santé - Le folate contribue à une grossesse en santé

ISBN: 978-1-100-91162-5 (Version PDF)
No de catalogue : H164-109/2-2009F-PDF (Version PDF)

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Le folate,Note de bas de page 1 une vitamine B, joue un rôle important dans la division cellulaire et la synthèse des acides aminés et de certains acides nucléiques, comme l'ADN (Antony, 2007). Ce nutriment est essentiel au développement normal de la colonne vertébrale, du cerveau et du crâne du foetus, particulièrement pendant les quatre premières semaines de la grossesse. La plupart des femmes ne savent pas encore qu'elles sont enceintes à ce moment-là. Le folate favorise aussi l'augmentation du volume sanguin chez la femme enceinte et la croissance des tissus chez la mère et le foetus (IOM, 1998).

Messages clés sur le folate à l'intention des femmes en âge de procréer

  • Le fait de suivre le Guide alimentaire canadien et de prendre chaque jour une multivitamine renfermant 400 mcg (0,4 mg) d'acide folique vous aide à vous préparer pour une grossesse en santé. Cela vous aide aussi à réduire le risque que votre bébé soit atteint d'anomalies du tube neural (ATN).
  • Assurez-vous que votre supplément contienne de la vitamine B12.
  • Étant donné que de nombreuses grossesses ne sont pas planifiées, toutes les femmes susceptibles de devenir enceintes devraient prendre chaque jour une multivitamine contenant de l'acide folique. Commencez à prendre ce supplément au moins trois mois avant de devenir enceinte. Continuez à le prendre tout au long de la grossesse pour combler vos besoins d'acide folique et d'autres nutriments comme le fer.
  • Si des anomalies du tube neural (ATN) se sont manifestées au cours d'une grossesse précédente ou si avez une histoire familiale d'ATN, consultez votre médecin. Vous aurez peut-être besoin d'une dose plus élevée d'acide folique.
  • Si vous êtes atteinte du diabète, d'obésité ou d'épilepsie, vous pouvez courir un risque plus élevé que votre bébé soit atteint d'ATN. Consultez votre médecin avant de planifier une grossesse.
  • Ne prenez pas plus d'une dose quotidienne de multivitamine. Ne dépassez pas la dose de 1000 mcg (1 mg) par jour d'acide folique sans demander l'avis de votre médecin.

Apports de folate recommandés

Les besoins de folate ont été fixés en s'appuyant surtout sur la quantité d'équivalents de folate alimentaire (ÉFA)Note de bas de page 2 nécessaire pour maintenir une concentration normale de globules rouges (IOM, 1998). Chez les femmes en âge de procréer, l'Apport nutritionnel recommandé (ANR)Note de bas de page 3 a été fixé à 400 mcg d'ÉFA (IOM, 1998). En plus de l'apport de folate alimentaire provenant d'une alimentation variée, toutes les femmes pouvant devenir enceintes devraient prendre chaque jour une multivitamineNote de bas de page 4 contenant 400 mcg (0,4 mg) d'acide folique afin de réduire le risque d'anomalies du tube neural (Van Allen et McCourt, 2002).

Apport de folate recommandé pendant la grossesse

Les besoins de folate augmentent pendant la grossesse. On observe une accélération importante de la division cellulaire et de la production de globules rouges à mesure que l'utérus prend de l'ampleur; le placenta se développe, le volume du sang maternel augmente et le foetus grossit (IOM, 1998). La mère fournit du folate au foetus (Antony, 2007). Des études ont démontré qu'il fallait fixer l'ANR à 600 mcg d'ÉFA par jour pour maintenir un état de folate normal pendant la grossesse (IOM, 1998).

Manque de folate

Étant donné que les besoins de folate sont élevés, les femmes manquent parfois de ce nutriment pendant les années de procréation (Power, 2005; Ortega et al, 2006; Sherwood et al, 2006; Kirkpatrick et Tarasuk, 2008). Parmi les femmes qui courent un risque plus élevé, mentionnons :

  • Celles qui ne prennent pas le supplément d'acide folique recommandé.
  • Celles qui suivent des régimes restrictifs (comme celles qui sont toujours au régime).
  • Celles qui ont un faible statut socioéconomique.
  • Celles qui souffrent d'insécurité alimentaireNote de bas de page 5.

Contribution du folate à la prévention des anomalies du tube neural

Parmi les anomalies du tube neural (ATN)Note de bas de page 6 mentionnons le spina bifida et l'anencéphalie. Ces anomalies se produisent lorsque le tube neural ne se ferme pas complètement pendant les troisième et quatrième semaines de la grossesse. De nombreuses femmes ne savent pas qu'elles sont enceintes pendant cette période critique. Un moindre risque d'ATN est associé à une augmentation de l'apport de folate et à une concentration plus élevée de folate dans les globules rouges (supérieur à 906 nmol/L). Toutefois, des données expérimentales indiquent un lien encore plus évident entre l'augmentation de l'apport de folate et la diminution du risque d'ATN (IOM, 1998).

On observe une diminution du risque d'ATN lorsque les femmes prennent chaque jour une multivitamine contenant de l'acide folique à partir du début de la grossesse, au moment où le tube neural se ferme. Cela signifie qu'elles doivent prendre de l'acide folique à partir du 21e au 28e jour après la conception, soit pendant la 6e semaine qui suit le début des dernières menstruationsNote de bas de page 7 (Van Allen et McCourt, 2002). Les femmes qui prennent un supplément contenant de 360 à 800 mcg d'acide folique par jour, en plus des 200 à 300 mcg de folate naturel ont un plus faible risque d'ATN (IOM, 1998).

De nombreuses études indiquent également que la prise d'une multivitamine contenant de l'acide folique pendant les premières semaines de la grossesse est associée à une diminution du risque de langue bifide et d'anomalies cardiovasculaires (IOM, 1998; Cziezel et al, 1999; Cziezel, 2004; Eichholzer et al, 2006; Goh et al, 2006). Certaines données probantes permettent de supposer également une association avec la réduction du risque de pré-éclampsie (Bodnar et al, 2006; Wen et al, 2008). Les recherches se poursuivent activement dans ce domaine.

Compte tenu des données probantes disponibles et du fait que les grossesses ne sont pas toujours planifiées, le Gouvernement du Canada a pris des mesures visant à permettre aux femmes en âge de procréer d'augmenter leur consommation de folate. Parmi ces mesures, mentionnons l'enrichissement obligatoire des aliments et la recommandation que toutes les femmes pouvant devenir enceintes prennent des suppléments de vitamines.

Réduire le risque d'anomalies du tube neural

Enrichissement obligatoire des aliments

Depuis novembre 1998, l'enrichissement en acide folique est obligatoire au Canada pour la farine blanche, les pâtes alimentaires enrichies et la semoule de maïs enrichie. Des études démontrent que cette mesure a augmenté l'apport de folate et amélioré l'état de folate chez les Canadiennes en âge de procréer (Ray et al, 2002; Liu et al, 2004). Cette approche de santé de la population a aussi été associée à une réduction significative du taux d'ATN. Une étude menée dans sept provinces (entre 1993 et 2002) a démontré une réduction de 46 % du taux global d'ATNNote de bas de page 8 suite à l'enrichissement des aliments (De Wals et al, 2007).

Suppléments de vitamines chez toutes les femmes pouvant devenir enceintes

Considérant que l'apport d'acide folique provenant des aliments enrichis est estimé à tout au plus 100 à 200 mcg par jour,Note de bas de page 9 et que de nombreuses grossesses ne sont pas planifiées, toutes les femmes pouvant devenir enceintes devraient prendre chaque jour une multivitamine contenant 400 mcg (0,4 mg) d'acide folique en plus du folate alimentaire fourni par une alimentation variée. La prise de suppléments d'acide folique entre les grossesses peut contribuer à réduire le risque d'ATN lors des grossesses subséquentes.

Certaines femmes courent un risque plus élevé que des ATN se manifestent pendant la grossesse. Parmi celles-ci, mentionnons celles chez qui des ATN se sont manifestées lors de grossesses précédentes et celles qui ont un proche parent atteint d'ATN. Elles peuvent avoir besoin d'une quantité d'acide folique supérieure à 400 mcg (0,4 mg) par jour (Van Allen et al, 2002). Ces femmes devraient être évaluées précocement et recevoir des conseils sur les mesures à prendre pour se préparer à une grossesse en santé.

Promotion de l'utilisation de suppléments d'acide folique

Des données d'enquêtes canadiennes indiquent que 58 % des femmes prennent une multivitamine contenant de l'acide folique ou un supplément d'acide folique pendant les trois mois précédant la grossesse (Agence de la Santé Publique du Canada, 2009). L'utilisation de suppléments est toutefois influencée par le statut socio-économique et le niveau d'instruction (Botto et al, 2005). Ainsi, on observait une moindre utilisation de suppléments d'acide folique avant la grossesse chez les Canadiennes vivant dans des ménages à faible revenu, chez celles qui n'ont pas terminé leurs études secondaires et chez les mères immigrantes (Millar, 2004). On retrouve un plus faible taux d'utilisation de suppléments d'acide folique chez les femmes ayant une grossesse non planifiée, les femmes de moins de 25 ans et les mères célibataires (Ray et al, 2004).

Bien que la majorité des Canadiennes prennent des suppléments d'acide folique au cours des trois mois précédant la grossesse, il faut déployer tous les efforts nécessaires en matière de santé publique pour faire ressortir l'importance des suppléments d'acide folique chez toutes les femmes en âge de procréer. Les interventions doivent viser à offrir un soutien pratique aux groupes vulnérables (Stockley et Lund, 2008).

Poursuite de la prise de suppléments tout au long de la grossesse

Des données canadiennes révèlent que la plupart des femmes en âge de procréer ont de la difficulté à consommer suffisamment de folate uniquement à partir de l'alimentation pour combler leurs besoins pendant la grossesse, soit 520 mcg d'ÉFA. En effet, plus de 75 % des femmes non-enceinte et non-allaitante de 19 à 50 ans ont un apport inférieur au besoin moyen estimatif (BME)Note de bas de page 10 fixé pour la grossesse (Santé Canada, 2008). Pour combler leurs besoins de folate pendant la grossesse, les femmes devraient avoir une alimentation variée fournissant du folate alimentaire (voir le Tableau I). Elles devraient aussi continuer à prendre chaque jour une multivitamine contenant 400 mcg (0,4 mg) d'acide folique tout au long de leur grossesse.

Tableau I Ce tableau présente les sources de folate alimentaire contenu dans différents aliments.
Aliment 1 portion du Guide alimentaire MicrogrammesTableau 1 note de bas de page a de folate en équivalents de folate alimentaire (µg ÉFA)

Notes de bas de page du Tableau 1

Tableau 1 note de bas de page 1

Quantités approximatives provenant du Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2007b.

Retour à la référence a de la note de bas de page du tableau 1

Lentilles et haricots romains 175 mL 265-270
Haricots noirs 175 mL 190
Okra 125 mL 140
Haricots blancs 175 mL 125
Asperges et épinards, cuits 125 mL 120
Légumes verts à salade, comme la laitue romaine, les feuilles de moutarde et la chicorée 250 mL 80-110
Haricots pinto, haricots rouges et pois chiche 175 mL 70-100
Pâtes alimentaires faites avec de la farine de blé enrichie 125 mL 90
Avocats ½ fruit 80
Graines de tournesol écalées 60 mL 80
Bagel fait de farine de blé enrichie ½ bagel (45 g) 60-75
Choux de Bruxelles, betteraves et brocoli, cuits 125 mL 70
Pain fait avec de la farine de blé enrichie ou de la semoule de maïs enrichie 1 tranche ou ½ pita ou ½ tortilla (35 g) 45-65
Épinards, crus 250 mL 60
Jus d'orange préparé à partir de concentré 125 mL 60
Persil 125 mL 50
Panais 125 mL 50
Arachides, écalées 60 mL 45
Oeufs 2 gros 45
Maïs 125 mL 40
Algues 125 mL 40
Orange 1 moyenne 40
Pois verts 125 mL 40
Framboises, fraises, mûres 125 mL 15-35
Céréales enrichies prêtes à manger 30 g 10-35
Brocoli et chou-fleur, crus 125 mL 30
Pois mange-tout 125 mL 30
Jus d'ananas 125 mL 30
Noix, amandes et noisettes, écalées 60 mL 20-30
Carottes miniatures 125 mL 25
Kiwi 1 gros 20
Clémentine 1 fruit 20

Implications au niveau de la pratique

Optimisation de l'apport de folate alimentaire

Le fait de suivre un modèle de saine alimentation et de choisir des aliments riche en nutriments aide les femmes à combler leurs besoins de folate et d'autres nutriments. Les stratégies suivantes vous aideront à promouvoir un apport adéquat de folate alimentaire chez les femmes.

  • Encouragez les femmes à utiliser le Guide alimentaire canadien. Celui-ci décrit un modèle d'alimentation riche en folate alimentaire. Le fait de suivre le Guide alimentaire canadien aidera également les femmes à combler leurs besoins d'autres nutriments tout en favorisant l'atteinte d'un état de santé globale.
  • Faites la promotion de certains outils, comme la Fiche de suivi : Mes portions du Guide alimentaire. Ces outils peuvent aider les femmes à noter les quantités et types d'aliments qu'elles consomment chaque jour pour les comparer aux recommandations du Guide alimentaire canadien.
  • Encouragez les femmes à inclure des produits céréaliers enrichis d'acide folique dans leur alimentation quotidienne, comme du pain ou des pâtes alimentaires enrichisNote de bas de page 11. Pour faire des choix éclairés, les femmes doivent vérifier la présence du terme « acide folique » dans la liste des ingrédients.
  • Encouragez les femmes à manger souvent des légumineuses, comme les haricots secs ou les lentilles, et à manger chaque jour au moins un légume vert foncé, comme les pois verts ou la laitue romaine. (On retrouve d'autres choix alimentaires au Tableau 1.)
  • Référez les femmes qui ont un apport alimentaire très réduit, comme celles qui excluent totalement un groupe du Guide alimentaire ou qui souffrent de nausées ou vomissements qui sont intenses, à une diététiste professionnelle. Une évaluation nutritionnelle détaillée permettant de formuler des conseils appropriés peut s'avérer profitable dans de tels cas.
  • Référez les femmes qui sont à risque sur le plan nutritionnel à des services ou programmes qui peuvent les aider. On retrouve sur le site Web du Le lien suivant vous amènera à un autre site Web Programme canadien de nutrition prénataleNote de bas de page 12 un répertoire des projets offrant des services aux femmes enceintes vulnérables.

Choix d'une multivitamine contenant de l'acide folique

Un professionnel des soins de santé peut inciter les femmes susceptibles de devenir enceintes à utiliser des suppléments (Eichholzer et al, 2006). Il est important de tenir compte des éléments suivants pour s'assurer que les femmes utilisent adéquatement ces suppléments.

  • Utilisez les Messages clés sur le folate à l'intention des femmes en âge de procréer pour expliquer oralement ou par écrit la nécessité de prendre un supplément d'acide folique.
  • Encouragez les femmes à chercher une multivitamineNote de bas de page 13 fournissant 400 mcg (0,4 mg) d'acide folique par dose quotidienne. Le produit choisi devrait aussi fournir de la vitamine B12.
  • Avertissez les femmes que les suppléments prénataux contiennent des quantités plus élevées de nutriments qui ne sont habituellement pas nécessaires chez les femmes qui ne sont pas enceintes. Une multivitamine non prénatale suffit souvent. Suivre ce conseil peut aider les femmes à éviter de consommer des quantités élevées de nutriments pendant de longues périodes.
  • Assurez-vous que les femmes vérifient la présence d'un Numéro d'identification d'un médicament (DIN) ou d'un Numéro de produit naturel (NPN); ce numéro indique que le produit a été approuvé par le gouvernement au niveau de la sécurité, de l'efficacité et de la qualité.
  • Insistez sur l'importance de lire les étiquettes des produits. On peut y retrouver des mises en garde sur l'utilisation des suppléments en question pendant la grossesse et l'allaitement.
  • Avertissez les femmes de ne pas prendre plus d'une dose quotidienne de multivitamine de façon à ne pas excéder l'AMT fixé pour la vitamine ANote de bas de page 14, soit 3 000 mcg d'équivalent d'activité du rétinol (ÉAR) ou 10 000 UI.
  • Rappelez aux femmes de conserver tous les suppléments de multivitamine hors de la portée des jeunes enfants.

Conseils relatifs aux limites supérieures des suppléments d'acide folique

Des doses élevées d'acide folique peuvent masquer les signes d'une déficience de vitamine B12. Elles peuvent aussi déclencher ou accélérer les complications neurologiques associées à une déficience de vitamine B12 (IOM, 1998). Les femmes qui ont un faible état de vitamine B12 courent un risque plus élevé d'ATN (Van Allen et McCourt, 2002; Ray et al, 2007; Molloy et al, 2009). La prévalence de la déficience de vitamine B12 est considérée très faible chez les femmes en âge de procréer (IOM, 1998). Certaines études suggèrent toutefois qu'un plus grand nombre de femmes pourraient avoir un faible état de vitamine B12 pendant cette étape de la vie. (Ray et al, 2008). Les femmes qui consomment peu ou pas d'aliments d'origine animale et qui ne prennent pas de supplément de vitamine B12 courent un risque plus élevé d'une déficience ou d'un faible état de vitamine B12 (Allen, 2009).

De nouvelles données permettent aussi de supposer que certains risques pour la santé seraient associés à la consommation d'acide folique, comme le développement du cancer du côlon lorsque des cellules prénéoblastiques sont présentes (Kim, 2006; Ashokkumar et al, 2007; Smith et al, 2008). Il est important que les professionnels de la santé évitent de recommander une dose d'acide folique supérieure à celle recommandée dans ce document, sauf en cas de force majeure.

Références

  • Agence de la Santé Publique du Canada. 2009. Le lien suivant vous amènera à un autre site Web Ce que disent les mères : l'Enquête sur l'expérience de la maternité.
  • Allen LH. 2009. How common is vitamin B-12 deficiency? 89(2):693S-6S. Epub 2008 Dec 30.
    Antony AC. 2007. In utero physiology: role of folic acid in nutrient delivery and fetal development
    . Am J Clin Nutr 85(suppl):598S-603S.
  • Ashokkumar B, Mohammed ZM, Vaziri ND, Said HM. 2007. Effect of folate oversupplementation on folate uptake by human intestinal and renal epithelial cells. Am J Clin Nutr 86(1):159-166.
  • Bodnar LM, Tang G, Ness RB, Harger G, Roberts JM. 2006. Periconceptional multivitamin use reduces the risk of preeclampsia. Am J Epidemiol 164(5):470-7.
  • Botto LD, Lisi A, Robert-Gnansia E, Erickson JD, Vollset SE, Mastroiacovo P, Botting B, Cocchi G, de Vigan C, de Walle H, Feijoo M, Irgens LM, McDonnell B, Merlob P, Ritvanen A, Scarano G, Siffel C, Metneki J, Stoll C, Smithells R, Goujard J. 2005. International retrospective cohort study of neural tube defects in relation to folic acid recommendations: are the recommendations working? Br Med J 330(7491):571. Epub 2005 Feb 18.
  • Czeizel AE, Timar L, Sarkozi A. 1999. Dose-dependent effect of folic acid on the prevention of orofacial clefts. Pediatrics 79(4):257-68.
  • Cziezel AE. 2004. The primary prevention of birth defects: multivitamins or folic acid? Int J Med Sci 1(1):50-61.
  • De Wals P, Tairou F, Van Allen MI, Uh SH, Lowry RB, Sibbald B, Evans JA, Van den Hof MC, Zimmer P, Crowley M, Fernandez B, Lee NS, Niyonsenga T. 2007. Reduction of neural-tube defects after folic acid fortification in Canada. N Engl J Med 357(2):135-42.
  • Eichholzer M, Tönz O, Zimmermann R. 2006. Folic acid: a public-health challenge. Lancet 367(9528):1352-61.
  • Gazette du Canada partie II. 1998. Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues. DORS/98/500. 132(24):3029-33.
  • Goh YI, Bollano E, Einarson TR, Koren G. 2006. Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: A meta-analysis. J Obstet Gynaecol Can 28(8):680-9.
  • Institute of Medicine. 1998. Dietary Reference Intakes for Thiamin, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic Acid, Biotin and Choline (Washington DC: National Academies Press).
  • Institute of Medicine. 2006. Les apports nutritionnels de reference - Le guide essential des besoins en nutriments (Washington DC: National Academies Press).
  • Kim YI. 2006. Does a high folate intake increase the risk of breast cancer? Nutr. Rev. 64(10 Pt 1):468-475.
  • Kirkpatrick SI, Tarasuk V. 2008. Food insecurity is associated with nutrient inadequacies among Canadian adults and adolescents. J. Nutr. 138(3):604-12.
  • Liu S, West R, Randell E, Longerich L, Steel O'Connor K, Scott H, Crowley M, Lam A, Prabhakaran V, McCourt C. 2004. A comprehensive evaluation of food fortification with folic acid for the primary prevention of neural tube defects. BMC Pregnancy and Childbirth 4(1):20.
  • Millar WJ. 2004. Supplément d'acide folique. Rapports sur la santé 15(3):53-6.
  • Molloy AM, Peadar PN, Troendle JF, Burke H, Sutton M, Brody LC, Scott JM, Mills JL. 2009. Maternal vitamin B12 status and risk of neural tube defects in a population with high neural tube defect prevalence and no folic acid fortification. Pediatrics 123(3):917-23.
  • Ortega RM, López-Sobaler AM, Andrés P, Rodríguez-Rodríguez E, Aparicio A, Bermejo LM, López-Plaza B. 2006. Changes in folate status in overweight/obese women following two different weight control programmes based on increased consumption of vegetables or fortified breakfast cereals. Br J Nutr 96(4):712-8.
  • Power EM. 2005. Determinants of healthy eating among low-income Canadians. Can J Public Health 96 (Suppl. 3):S37-S42.
  • Ray JG, Goodman J, O'Mahoney PRA, Mamdani JM, Jiang D. 2008. High rate of maternal vitamin B12 deficiency nearly a decade after Canadian folic acid flour fortification. QJM 101(6):475-7. Epub 2008 Mar 12.
  • Ray JG, Singh G, Burrows RF. 2004. Evidence for suboptimal use of periconception folic acid supplements globally. Br J Obstet Gynaecol 111(5):399-408.
  • Ray JG, Vermeulen MJ, Boss SC, Cole DE. 2002. Increased red cell folate concentrations in women of reproductive age after Canadian folic acid fortification. Epidemiology 13(2):238-40.
  • Ray JG, Wyatt PR, Thompson MD, Vermeulen MJ, Meier C, Wong P-Y, Farrell SA, Cole DEC. 2007. Vitamin B12 and the risk of neural tube defects in a folic-acid-fortified population. Epidemiology 18(3):362-6.
  • Santé Canada. 2008. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 2.2, Nutrition (2004) - Apports nutritionnels provenant des aliments, Volume 2. Cat.: H164-45/2-2008F-PDF.
  • Sherwood KL, Houghton LA, Tarasuk V, O'Connor DL. 2006. One-third of pregnant and lactating women may not be meeting their folate requirements from diet alone based on mandated levels of folic acid fortification. J Nutr 136(11):2820-6.
  • Smith AD, Young-In K, Refsum H. 2008. Is folic acid good for everyone? Am J Clin Nutr 87(3): 517-33.
  • Stockley L, Lund V. 2008. Use of folic acid supplements, particularly by low-income and young women: a series of systematic reviews to inform public health policy in the UK. Public Health Nutr 11(8):807-21. Epub 2008 May 6.
  • Van Allen MI, McCourt C, Lee NS. 2002. Santé avant la grossesse : l'acide folique pour la prévention primaire des anomalies du tube neural. (Ottawa : Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada).
  • Wen SW, Chen XK, Rodger M, White RR, Yang Q, Smith GN, Sigal RJ, Perkins SL, Walker MC. 2008. Folic acid supplementation in early second trimester and the risk of preeclampsia. Am J Obstet Gynaecol 198(1):45.e1-7.

Remerciements

Santé Canada remercie sincèrement les membres du Groupe consultatif d'experts sur les Lignes directrices nationales en matière de nutrition durant la grossesse qui ont généreusement fourni leur temps et leur expertise tout au long de la préparation des présentes lignes directrices :

  • Aline Allain-Doiron, Dt.P., Diététiste/Nutritionniste en santé publique, Régie régionale de la santé B, Zone 7
  • Andrée Gruslin, MD, FRCS, Directrice du programme de résidence en obstétrique et gynécologie, Université d'Ottawa
  • Sheila M. Innis, Dt.P., PhD, Directrice du Programme de recherche en nutrition, Child and Family Research Institute, University of British Columbia
  • Kristine G. Koski, RD, PhD, Directrice de la School of Dietetics and Human Nutrition, Université de McGill
  • Michel Lucas, PhD, MPH, Dt.P., Épidémiologiste/Nutritionniste, Axe Santé des populations et environnement, Centre Hospitalier de l'Université Laval (CHUL-CHUQ)
  • Ann Montgomery, RM, Sage-femme associée et préceptrice, Midwifery Collective of Ottawa
  • Deborah L. O'Connor, RD, PhD, Directrice de la nutrition clinique, The Hospital for Sick Children, et professeure associé, Département des sciences de la nutrition, University of Toronto
  • Kay Yee, Dt.P., Nutritionniste en santé publique, Regina Qu'Appelle Health Region

Santé Canada souhaite également remercier les nombreuses parties intéressées qui ont fourni des commentaires sur l'ébauche de ces lignes directrices dans le cadre du processus de consultation en ligne.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Le terme folate inclut à la fois le folate naturel qu'on retrouve dans les aliments et la forme synthétique, appelée acide folique, présente dans les aliments enrichis et les suppléments de vitamines. On utilise le terme folate alimentaire pour décrire toutes les formes de folate présentes dans les aliments, c'est-à-dire le folate naturel et l'acide folique qu'on retrouve dans les aliments enrichis.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Note de bas de page 2

L'apport de folate est exprimé en équivalents de folate alimentaire ou ÉFA, de façon à tenir compte de la biodisponibilité du folate naturel comparativement à celle de l'acide folique. On suppose que la biodisponibilité du folate naturel est inférieure à celle de l'acide folique (IOM, 1998).

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Note de bas de page 3

On entend par Apport nutritionnel recommandé (ANR), l'apport quotidien moyen de nutriment pouvant combler les besoins de presque tous (97-98 %) les individus en santé du même sexe à une certaine étape de la vie. On peut utiliser l'ANR fixé pour un nutriment pour évaluer l'apport quotidien (IOM, 2006).

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Note de bas de page 4

Dans le but d'abréger le texte, le terme « multivitamine » est utilisé tout au long de ce document en remplacement de « supplément de multivitamines / minéraux ».

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer

Note de bas de page 5

On parle d'insécurité alimentaire lorsque la disponibilité d'aliments adéquats sur le plan nutritionnel et sécuritaires est limitée ou incertaine ou que la capacité de se procurer des aliments adéquats de façon socialement acceptable est limitée ou incertaine.

Retour à la référence de la note de bas de page 5 referrer

Note de bas de page 6

Pour de plus amples informations sur le risque d'ATN et le développement de ces anomalies, veuillez consulter Santé avant la grossesse : l'acide folique pour la prévention primaire des anomalies du tube neural. Document d'information à l'intention des professionnels.

Retour à la référence de la note de bas de page 6 referrer

Note de bas de page 7

De nombreuses femmes ne sont pas encore au courant qu'elles sont enceintes pendant cette période.

Retour à la référence de la note de bas de page 7 referrer

Note de bas de page 8

Ces données prennent en compte les naissances vivantes, les naissances d'enfants mort-nés et les cas d'ATN détectés ayant entraîné une interruption de la grossesse.

Retour à la référence de la note de bas de page 8 referrer

Note de bas de page 9

Ces estimations s'appuient sur les taux obligatoires d'enrichissement en acide folique (Gazette du Canada, Partie II, 1998).

Retour à la référence de la note de bas de page 9 referrer

Note de bas de page 10

Le Besoin moyen estimatif ou BME est la valeur de l'apport nutritionnel quotidien moyen pouvant combler les besoins de la moitié des individus en bonne santé appartenant à un groupe donné établi en fonction de l'étape de la vie et du sexe. Le BME est la principale référence permettant d'évaluer l'apport suffisant de nutriment chez des groupes; il sert aussi à calculer l'ANR (IOM, 2006).

Retour à la référence de la note de bas de page 10 referrer

Note de bas de page 11

Certains produits céréaliers importés, comme les pâtes alimentaires, ne sont pas toujours enrichis. La plupart des types de riz ne sont pas enrichis.

Retour à la référence de la note de bas de page 11 referrer

Note de bas de page 12

Le Programme canadien de nutrition prénatale est élaboré et mis en oeuvre en partenariat avec les provinces et territoires et les communautés des Premières nations et Inuits. Les principaux services offerts sont les suivants : distribution d'aliments, counselling nutritionnel, soutien de l'allaitement maternel, éducation, références, counselling en matière de santé et de mode de vie.

Retour à la référence de la note de bas de page 12 referrer

Note de bas de page 13

Les femmes de Premières Nations et Inuit en âge de procréer peuvent avoir accès à des multivitamines contenant de l'acide folique et du fer par le truchement du Services de santé non assurés pour les Premières nations et les Inuits.

Retour à la référence de la note de bas de page 13 referrer

Note de bas de page 14

Selon la Monographie des suppléments de multivitamines/minéraux de Santé Canada, la teneur en vitamine A par dose quotidienne ne doit pas excéder l'AMT fixé pour cette vitamine.

Retour à la référence de la note de bas de page 14 referrer