Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Aliments et nutrition

Succédanés du sucre

Au Canada, les additifs alimentaires tels que les succédanés du sucre, comprennant les édulcorants artificiels et édulcorants dérivés de sources naturelles, sont assujettis à des contrôles rigoureux en vertu de la Loi et règlements sur les aliments et drogues. Les nouveaux additifs alimentaires (ou des utilisations nouvelles d'additifs alimentaires préalablement approuvés) ne sont autorisés qu'après évaluation de leur innocuité et promulgation des modifications apportées à la réglementation.

L'utilisation de plusieurs succédanés du sucre a été approuvée au Canada. Parmi ceux-ci, on compte l'aspartame, l'acésulfame-potassium, le sucralose, la thaumatine, ainsi que les polyalcools (polyols), comme le sorbitol, l'isomalt, le lactitol, le maltitol, le mannitol, et le xylitol.

Aspartame

Au Canada, depuis 1981, l'utilisation d'un édulcorant hypocalorique, l'aspartame, est autorisée en tant qu'additif alimentaire dans de nombreux aliments, notamment dans les boissons gazeuses, les desserts, les céréales pour petit déjeuner et la gomme à mâcher. Il est également vendu sous forme d'édulcorant de table.

Saccharine

La saccharine est un édulcorant sans valeur nutritive utilisé dans les produits provenant de plusieurs pays. Au cours des années 1970, des résultats d'études ont fait naître des inquiétudes en révélant que la saccharine pouvait constituer un carcinogène pour les rats de laboratoire. Bien que l'accès restreint à la saccharine comme édulcorant de table ait été maintenu, c'est sur cette base que l'utilisation de la saccharine comme additif alimentaire a été interdite au Canada.

Les résultats d'études plus récentes indiquent que la saccharine n'exerce pas chez l'humain l'effet carcinogène constaté chez le rat. Les chercheurs de Santé Canada ont effectué une évaluation exhaustive de ces données récentes, et ont conclu que la saccharine ne pouvait plus être considérée comme une « substance possiblement carcinogène pour l'humain ».

Par conséquent, la réinscription au Règlement sur les aliments et drogues de la saccharine à titre d'édulcorant dans certains aliments est envisagée.

Polyalcools (polyols) et polydextrose

Les polyalcools sont une famille d'agents édulcorants aussi appelés « polyols ». Les légumes et les fruits en contiennent naturellement, en petites quantités; toutefois, aux fins de commercialisation à grande échelle, ils sont fabriqués à partir de sucres ordinaires. Le polydextrose est un composé synthétisé à partir du dextrose (glucose), qui permet d'ajouter de la texture aux aliments sans les rendre plus sucrés.

Les scientifiques de Santé Canada ont étudié les effets sur la santé humaine de ces composés et ont conclu que l'ajout de polyalcools ou de polydextrose aux aliments est sécuritaire.

Stevia et les glycosides de stéviol

Le terme stevia est utilisé pour désigner les feuilles de la plante dénommée Stevia rebaudiana Bertoni. Ces feuilles sont utilisées fraîches, séchées ou séchées et réduites en poudre. Elles contiennent des composants édulcorants appelés glycosides de stéviol. Parfois, le terme stevia est utilisé pour désigner des extraits aqueux de la feuille de stevia. Ces extraits bruts ne font pas l'objet d'étapes de purification visant à augmenter leur teneur en glycosides de stéviol.

Les extraits de stevia purifiés, par contre, sont préparés de façon à produire un extrait hautement concentré en glycosides de stéviol (en contenant au moins 95 %). Actuellement, neuf glycosides de stéviol sont connus. Les extraits de stevia purifiés sont aussi dénommés glycosides de stéviol. Si l'extrait a été purifié de façon à favoriser une concentration supérieure en l'un des glycosides de stéviol, il est possible que l'extrait soit désigné par le nom du glycoside de stéviol isolé (p. ex. rabaudioside A).

État réglementaire de stevia et des extraits de stevia utilisés comme ingrédients édulcorants dans les aliments

Selon la réglementation canadienne, la feuille de stevia et ses extraits bruts sont considérés à titre d'ingrédients alimentaires plutôt que comme additifs alimentaires ou aliments nouveaux. C'est pourquoi l'examen et l'approbation préalables à leur utilisation dans les aliments ne constituent pas des exigences obligatoires. Les feuilles de stevia (fraîches, séchées ou réduites en poudre) et leurs extraits bruts ont été offerts sur le marché canadien à l'intention des personnes souhaitant recourir à ces produits à des fins culinaires personnelles seulement. En ce qui a trait à leur utilisation plus généralisée dans les aliments vendus au détail, Santé Canada n'a pas été en mesure de formuler une opinion définitive sur l'innocuité des aliments contenant des feuilles de stevia car les données scientifiques publiées sur cette question sont jugées incomplètes. Assurer l'innocuité de tout aliment contenant des feuilles de stevia ou des extraits de stevia bruts est la responsabilité du vendeur de l'aliment. Cependant les feuilles de stevia et les extraits de stevia bruts ont reçu l'approbation de Santé Canada pour leur utilisation comme ingrédients non-médicinal dans certains produits naturel de santé.

Au Canada, l'extrait de stevia purifié est régi à titre d'additif alimentaire. L'extrait a fait l'objet d'un examen approfondi de l'innocuité, et son utilisation a été autorisée dans divers aliments vendus au Canada. Les conditions d'utilisation des extraits de stevia purifiés, dénommés glycosides de steviol, figurent dans la Liste des édulcorants autorisés.

Le 30 novembre 2012, la Direction des Aliments de Santé Canada a modifié la Liste des édulcorants autorisés visant à permettre le recours aux glycosides de stéviol à titre d'édulcorants de table et d'édulcorants dans certaines catégories d'aliments. Pour obtenir plus de renseignements au sujet des glycosides de stéviol, veillez voir l'Avis de Modification à la Liste des édulcorants autorisés visant à permettre le recours aux glycosides de stéviol à titre d'édulcorants de table et d'édulcorants dans certaines catégories d'aliments.