Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Aliments et nutrition

Insécurité alimentaire des ménages au Canada en 2007-2008 : statistiques et graphiques clés

Des statistiques et graphiques clés sur l'insécurité alimentaire des ménages au Canada en 2007-2008 sont présentés ci dessousNote de bas de page 1 Ils ne sont pas directement comparables à ceux de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) 2004 à cause d'importantes différences dans la méthodologie de l'enquête (p. ex. la répartition géographique et l'âge des répondants, le sujet de l'enquête, la proportion des entrevues menées en personne ou par téléphone).

Insécurité alimentaire des ménages

Sécurité alimentaire

Ces ménages ont eu accès, en tout temps au cours de l'année précédant l'enquête, à de la nourriture en quantité suffisante pour permettre à tous leurs membres de mener une vie saine et active.

  • 92,3 % des ménages canadiens étaient en situation de sécurité alimentaire en 2007-2008.

Insécurité alimentaire

À un moment donné ou l'autre de l'année précédant l'enquête, ces ménages n'étaient pas certains de pouvoir acheter assez de nourriture pour répondre aux besoins de leurs membres ou ont été incapables de le faire parce qu'ils n'avaient pas assez d'argent. Dans ces ménages, les adultes ou les enfants (le cas échéant) ou les adultes et les enfants ont été en situation d'insécurité alimentaire. La situation variait d'insécurité alimentaire modérée à insécurité alimentaire grave.

  • 7,7 % (961 500) des ménages canadiens étaient en situation d'insécurité alimentaire en 2007-2008.

Insécurité alimentaire modérée - Dans ces ménages, il y avait des signes que la qualité et/ou la quantité des aliments consommés était compromise.

  • 5,1 % (629 600) des ménages canadiens étaient en situation d'insécurité alimentaire modérée en 2007-2008.

Insécurité alimentaire grave - Chez ces ménages, il y avait des signes de réduction de l'apport alimentaire et de perturbation des habitudes alimentaires.

  • 2,7 % (331 900) des ménages canadiens étaient en situation d'insécurité alimentaire grave en 2007-2008.

Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada, 2007-2008

Figure 1 : Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada, 2007-2008

Nombre de personnes au sein de ménages en situation d'insécurité alimentaireNote de bas de page 2

  • En 2007-2008, au Canada, 1,92 million de personnes de 12 ans ou plus, dont 228 500 enfants de 12 à 17 ans, vivaient dans des ménages en situation d'insécurité alimentaire. Presque le tiers d'entre elles, dont 546 100 adultes et 60 000 enfants de 12 à 17 ans, vivaient dans des ménages en situation d'insécurité alimentaire grave.
  • En 2007-2008, 130 300 enfants de 12 à 17 ans vivaient dans des ménages où les enfants étaient en situation d'insécurité alimentaire, dont 20 000 en situation d'insécurité alimentaire grave.Note de bas de page 3

Insécurité alimentaire des ménages selon différentes caractéristiques

Composition des ménages

En 2007-2008, au Canada, la prévalence globale de l'insécurité alimentaire était plus élevée dans les ménages comprenant des enfantsNote de bas de page 4 (9,7%) que dans les ménages sans enfantsNote de bas de page 5(6,8%).

Ménages avec enfants

  • La prévalence de l'insécurité alimentaire était plus élevée dans les ménages comprenant au moins un enfant de moins de six ans (10,8 %) que dans les ménages ne comprenant aucun enfant de cette tranche d'âge (9,0 %).
  • La prévalence de l'insécurité alimentaire des ménages était plus élevée dans les ménages comprenant trois enfants ou plus (14,0 %) que dans les ménages comprenant un ou deux enfants (9,0 %).
  • La prévalence de l'insécurité alimentaire chez les ménages monoparentaux ayant une femme à leur tête était deux fois plus élevée (25,0 %) que chez les ménages monoparentaux ayant un homme à leur tête (11,2 %) et quatre fois plus élevée que chez les ménages ayant un couple à leur tête (6,3 %). La prévalence de l'insécurité alimentaire grave chez les ménages monoparentaux ayant une femme à leur tête (8,8 %) était six fois plus élevée que chez les ménages ayant un couple à leur tête (1,4 %).

Ménages sans enfants

Chez les ménages canadiens sans enfants, la prévalence de l'insécurité alimentaire était plus élevée dans les ménages formés d'une personne vivant seule (10,5 %) que dans ceux comprenant un couple (3,1 %).

Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon le type de ménage, 2007-2008

Figure 2 : Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon le type de ménage, 2007-2008

Ménages selon les caractéristiques sociodémographiques retenues

En 2007-2008, la prévalence de l'insécurité alimentaire a varié selon certaines caractéristiques sociodémographiques.

  • À l'échelle nationale, la prévalence de l'insécurité alimentaire a diminué entre le premier (plus bas) et le dixième (plus élevé) décile de revenu.Note de bas de page 6 Dans le premier décile, plus de deux ménages sur cinq (42,8 %) en situation d'insécurité alimentaire étaient considérés en situation d'insécurité alimentaire grave; la proportion relative de l'insécurité alimentaire grave chez les ménages en situation d'insécurité alimentaire a diminué avec l'augmentation du revenu des ménages à l'intérieur du décile.

Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon le décile de revenu1, 2007-2008

Figure 3 : Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon le décile de revenu1, 2007-2008

Principale source de revenu des ménages

  • La prévalence de l'insécurité alimentaire était plus élevée dans les ménages où la principale source de revenu était l'aide sociale (55,5 %) ou les indemnités d'accident du travail ou d'assurance emploi (25,3 %) que dans les ménages ayant d'autres principales sources de revenu.
  • La prévalence de l'insécurité alimentaire grave (28,2 %) et de l'insécurité alimentaire modérée (27,3 %) chez les ménages où la principale source de revenu était l'aide sociale était sensiblement la même. La prévalence de l'insécurité alimentaire était de beaucoup inférieure dans les ménages dont la principale source de revenu était un salaire ou des prestations de régimes de pension des aînés (6,1 % et 4,8 %, respectivement).

Plus haut niveau d'études achevé

  • La prévalence de l'insécurité alimentaire était moins élevée dans les ménages où le plus haut niveau d'études achevé correspondait à un diplôme d'études postsecondaires (5,8 %), par rapport aux ménages où le plus haut niveau d'études achevé correspondait à certaines études postsecondaires (14,0 %), à un diplôme d'études secondaires (9,2 %), ou à moins qu'un diplôme d'études secondaires (14,0 %).Note de bas de page 7

Statut autochtone

  • Chez les ménages autochtones vivant hors réserveNote de bas de page 8, environ un ménage sur cinq (20,9 %) était en situation d'insécurité alimentaire, dont 8,4 % en situation d'insécurité alimentaire grave. Ces taux sont environ trois fois plus élevés que chez les ménages non autochtones, dont 7,2 % étaient en situation d'insécurité alimentaire, y compris 2,5 % en situation d'insécurité alimentaire grave.

Statut d'immigration du ménage

  • La prévalence de l'insécurité alimentaire était plus élevée chez les ménages immigrants récentsNote de bas de page 9 (12,6 %) par rapport aux ménages non immigrants (7,5 %) et aux ménages immigrants non récents (7,8 %).

Propriété du logement

  • Les locataires étaient plus nombreux à se trouver en situation d'insécurité alimentaire, c'est à dire que presque un ménage sur six (17,2 %) était considéré en situation d'insécurité alimentaire, par rapport à 3,5 % des ménages qui étaient propriétaires de leur logement.

Région de résidence

  • En général, la prévalence de l'insécurité alimentaire était plus élevée en milieu urbain (8,1 %) qu'en milieu rural (6,1 %).Note de bas de page 10

Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon les caractéristiques sociodémographiques retenues, 2007-2008

Figure 4 : Situation d'insécurité alimentaire des ménages au Canada selon les caractéristiques sociodémographiques retenues, 2007-2008

Prévalence de l'insécurité alimentaire dans les provinces et territoires

En 2007-2008, les taux d'insécurité alimentaire ont varié de 6,3 % en Saskatchewan à 10,6 % à l'Île du Prince Édouard. Dans les territoires, ces taux étaient de 11,6 % au Yukon, de 12,4 % dans les Territoires du Nord Ouest et de 32,6 % au NunavutNote de bas de page 11.

Situation d'insécurité alimentaire des ménages par province et territoire, 2007-2008

Figure 5 : Situation d'insécurité alimentaire des ménages par province et territoire, 2007-2008

En 2007-2008, la prévalence de l'insécurité alimentaire au Québec, en Saskatchewan et en Alberta était considérablement inférieure à la moyenne nationale. En Colombie Britannique, elle était sensiblement la même que la moyenne nationale. Toutefois, dans les provinces de l'Atlantique, en Ontario, au Manitoba et dans les territoires, l'insécurité alimentaire était considérablement plus élevée que la moyenne nationale.

Carte : Prévalence de l'insécurité alimentaire des ménages au Canada, 2007-2008

Carte : Prévalence de l'insécurité alimentaire des ménages au Canada, 2007-2008

Complément d'information

Il est possible d'obtenir des tableaux sommaires détaillés des données sur l'insécurité alimentaire des ménages au Canada en 2007-2008 en en faisant la demande auprès du Bureau de la politique et de la promotion de la nutrition.

Lignes directrices sur les droits d'auteur

Veuillez vous assurer de respecter les lignes directrices de Santé Canada sur les droits d'auteur lorsque vous utilisez des données, des graphiques ou la carte de la présente page Web.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Les fichiers de partage de Le lien suivant vous amènera à un autre site Web l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) 2007-2008 ont été utilisés pour établir les estimations de la prévalence. Veuillez tenir compte de Le lien suivant vous amènera à un autre site Web l'erratum qui a été publié par Statistiques Canada en juin 2010 pour la variable dérivée "État de sécurité alimentaire du ménage" de 2007-2008.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Note de bas de page 2

L'ESCC cible tous les Canadiens de 12 ans et plus. Les poids de la population ont été utilisés pour déterminer le nombre de personnes vivant dans des ménages en situation d'insécurité alimentaire.

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Note de bas de page 3

La situation des enfants est établie en fonction des réponses aux huit questions associées à l'échelle de sécurité alimentaire chez les enfants.

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Note de bas de page 4

Les ménages avec enfants comprenaient au moins un membre de 17 ans ou moins.

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer

Note de bas de page 5

Les ménages sans enfants ne comprenaient aucun membre de 17 ans ou moins.

Retour à la référence de la note de bas de page 5 referrer

Note de bas de page 6

La répartition du revenu reflète une répartition des répondants par déciles en fonction du ratio redressé du revenu total de leur ménage par rapport au seuil de faible revenu correspondant à la taille de leur ménage et de leur collectivité. Elle fournit, pour chaque répondant, une mesure relative du revenu de son ménage par rapport au revenu des ménages de tous les autres répondants. Cette répartition du revenu est divisée en dix parties égales, de sorte que chaque partie représente 1/10 de l'échantillon ou de la population. Ces parties égales sont désignées sous les noms décile 1, décile 2, etc.

Retour à la référence de la note de bas de page 6 referrer

Note de bas de page 7

Plus haut niveau d'étude achevé par n'importe quel membre du ménage.

Retour à la référence de la note de bas de page 7 referrer

Note de bas de page 8

On s'est appuyé sur les réponses affirmatives à la question « Les gens qui habitent au Canada ont des origines culturelles et raciales très variées. Êtes-vous Autochtone? (Indien de l'Amérique du Nord, Métis ou Inuit)? » pour déterminer si les répondants, et donc les ménages, étaient Autochtones. On reconnaît toutefois que tous les membres de ces ménages ne se considéraient pas nécessairement de culture ou d'origine ethnique autochtone.

Retour à la référence de la note de bas de page 8 referrer

Note de bas de page 9

Une réponse affirmative à la variable indicatrice originale de Statistique Canada sur le statut d'immigrant a été utilisée pour identifier les répondants immigrants et, par conséquent, les ménages immigrants. La variable indicatrice est fondée sur le pays de naissance d'un répondant et sur la citoyenneté canadienne à la naissance. « Récent » désigne moins de cinq ans au Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 9 referrer

Note de bas de page 10

Les régions urbaines sont des régions bâties où la population s'élève à au moins 1000 personnes et la densité de population à au moins 300 personnes au kilomètre carré, selon les derniers recensements. Toutes les autres régions sont considérées comme rurales.

Retour à la référence de la note de bas de page 10 referrer

Note de bas de page 11

Au Nunavut, en raison de difficultés opérationnelles associées à l'éloignement, seules les grandes collectivités sont visées par l'enquête (ESCC), à savoir : Iqaluit, Cambridge Bay, Baker Lake, Arviat, Rankin Inlet, Kugluktuk, Pond Inlet, Cape Dorset, Pangnirtung et Igloolik.

Retour à la référence de la note de bas de page 11 referrer