Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Santé des Premières nations et des Inuits

Syndrome de l'alcoolisme fœtal / Effets de l'alcool sur le fœtus

Le site porte sur le Syndrome de l'alcoolisme fœtal et les Effets de l'alcool sur le fœtus (SAF/EAF) qui touchent les collectivités des Premières nations et des Inuits et certaines stratégies mises en oeuvre pour en mieux aborder ces questions.

Vous y trouverez des outils pour vous aider à comprendre la problématique et à intervenir dans le domaine ainsi que des renvois à des publications, à des projets communautaires, à des personnes-ressources, à d'autres sites et à des ressources supplémentaires qui seront utiles pour les personnes qui sont touchées par le SAF et les EAF.

Un problème de santé important

(du manuel Rapport « Ça prend une communauté »)

SAF/EAF est une malformation congénitale qui résulte de la consommation d'alcool pendant la grossesse.

Le SAF/EAF constitue une préoccupation nationale et ne fait aucune distinction basée sur la race, le statut socioéconomique ou le sexe. En raison du manque de reconnaissance et de diagnostic de ces affections, il est difficile de savoir avec certitude combien de personnes sont victimes du SAF/EAF. Environ un bébé sur 500 à 3 000 naissances vivantes par an aura le SAF; on appelle cette proportion l'incidence du SAF (la fréquence de l'occurrence d'un problème chaque année).

L'incidence du SAF est plus élevée que l'incidence du syndrome de Down et que celle du spina-bifida. L'incidence des EAF est de 5 à 10 fois plus élevée que l'incidence du SAF.

Cela signifie que chaque année, au Canada, entre 123 et 740 bébés naissent avec le SAF et qu'environ 1 000 autres naissent avec des EAF (sur la base de 370 000 naissances par an). La prévalence renvoie au nombre de personnes d'une population donnée qui ont un problème à un point donné dans le temps.

Le SAF et les EAF au sein des communautés des Premières nations et des Inuits

Par le passé, en raison d'un manque de sensibilisation au SAF/EAF, on a eu tendance à s'arrêter aux aspects négatifs du SAF/EAF. Les personnes touchées par le SAF/EAF ont été isolées de leur famille et de leur communauté, où les hommes, les femmes enceintes et les mères ont porté le fardeau de la honte, de la culpabilité et de la douleur.

Aujourd'hui émergent des stratégies et une sensibilisation aux efforts de prévention, d'identification et d'intervention par lesquels on peut relever le défi SAF/EAF. Avec du soutien et les interventions nécessaires, les personnes atteintes du SAF/EAF peuvent vivre une vie productive. Plus important encore, on commence à se rendre compte que le SAF/EAF est un problème que les communautés doivent régler aux plans individuel, familial et communautaire, au moyen de partenariats aux niveaux régional et national.

La prévention du SAF et des EAF par l'éducation, la sensibilisation, le soutien et la guérison

Échange d'information

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'organismes qui ne sont pas assujettis à la  Loi sur les langues officielles. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

Santé Canada et le département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis d'Amérique ont signé un protocole d'entente (PE) sur la santé autochtone le 13 mai 2002. L'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale représentait l'un des principaux domaines d'action visés par le PE. Au cours des cinq dernières années, ce partenariat s'est avéré un excellent moyen d'échanger de l'information sur les pratiques exemplaires et les recherches en cours, de faciliter et de promouvoir les relations entre Autochtones et entre gouvernements et de renforcer la collaboration dans les deux pays.