Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Vie saine

Analyse comparative fondée sur le sexe et le genre (ACSG)

Sur cette page :

En quoi consiste l'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre (ACSG)?

  • Il s'agit d'une façon systématique d'aborder la recherche, les politiques et les programmes de manière à tenir compte des différences biologiques (fondées sur le sexe) et socioculturelles (fondées sur le genre) qui existent entre les hommes et les femmes, les garçons et les filles.
  • L'ACSG remet en question l'hypothèse selon laquelle la recherche, les politiques et les programmes touchent les hommes et les femmes de la même façon ou selon laquelle les questions relatives à la santé telles que les causes, les effets ou la prestation de services ne sont pas tributaires du sexe ou du genre.
  • L'ACSG doit être utilisée dans un contexte de diversité (c'est-à-dire l'âge, l'origine ethnique, la situation socioéconomique, les handicaps, l'orientation sexuelle, le statut migratoire, la région géographique, etc.) puisque cette diversité interagit avec le sexe et le genre et contribue au risque.
  • L'utilisation de l'ACSG au sein du portefeuille de la Santé vise à garantir la meilleure santé possible pour les femmes, les hommes, les filles et les garçons du Canada par l'entremise de l'examen et de l'évaluation des liens qui existent entre le sexe, le genre et la santé.

Que signifient les termes « sexe » et « genre »?

Sexe

Le terme « sexe », ou « sexe biologique » renvoie aux caractéristiques biologiques comme l'anatomie (p. ex. taille et conformation corporelle) et la physiologie (p. ex. activité hormonale et fonctionnement des organes) qui distinguent les femmes des hommes.

Genre

Le terme « genre », ou « sexe social », renvoie à toute la gamme des rôles déterminés socialement, les traits de personnalité, les attitudes, les comportements, les valeurs, l'influence et le pouvoir relatifs que la société attribue de façon différente à l'un et à l'autre sexe.

Pourquoi procéder à des analyses selon le genre et le sexe (ACSG)?

Les données recueillies indiquent que les différences biologiques, économiques et sociales entre les hommes et les femmes, les garçons et les filles, induisent des différences dans les risques pour la santé, l'utilisation des services de santé, l'interaction avec le système de soins de santé et les résultats globaux en matière de santé.

L'ACSG est une approche en matière de recherche, de politiques et de programmes qui tient compte des différences biologiques (fondées sur le sexe) et socioculturelles (fondées sur le genre) qui existent entre les femmes et les hommes, les filles et les garçons. L'ACSG aide à définir et à préciser les différences qui peuvent influer l'état de santé des femmes ou des hommes, leur accès au système de soins de santé et leur interaction avec ce système.

L'ACSG doit être mise en œuvre dans le contexte de la diversité afin de déterminer de quelle façon d'autres variables telles que l'origine ethnique, la condition socioéconomique, les handicaps, l'orientation sexuelle, le temps passé au Canada, le lieu de vie ainsi que l'âge interagissent avec le sexe et le genre et influent le degré d'exposition à différents facteurs de risques, maladies et résultats. Ces connaissances aideront à faire en sorte que les travaux de recherche, les programmes et les politiques proposés mènent à de meilleurs résultats et qu'ils soient également avantageux pour tous les Canadiens.

L'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre appuie l'élaboration de principes scientifiques éprouvés et de données fiables qui traitent des différences en matière de santé liées au sexe et au genre entre les hommes et les femmes, les garçons et les filles. De plus, l'ACSG est conforme aux engagements pris par le gouvernement fédéral relativement à l'égalité et aux droits de la personne - Article 15 de la Charte - ainsi qu'avec la Mission de Santé Canada, l'approche axée sur la santé de la population et le paradigme des déterminants de la santé, qui inclut le genre.

De quelle façon le genre et le sexe influent-ils sur la santé?

Le fait d'être un homme ou une femme influe sur les risques pour la santé, l'utilisation des services de santé, l'interaction avec le système de soins de santé et les résultats globaux en matière de santé.

Les différences anatomiques et physiologiques entre les hommes et les femmes peuvent influer sur la façon dont les médicaments ou d'autres produits chimiques agissent sur le corps. Par exemple, le même médicament peut provoquer des réactions et des effets secondaires différents chez l'homme et chez la femme, même dans le cas de médicaments courants comme les antihistaminiques et les antibiotiques. Dans le même ordre d'idées, les femmes qui fument sont 20 % plus susceptibles d'être touchées par le cancer du poumon que les hommes qui fument le même nombre de cigarettes.

Les exemples suivants illustrent de quelle façon le sexe (différences biologiques) et le genre (rapports et rôles attribués par la société) influent sur notre santé et indiquent de quelle façon ces renseignements peuvent nous conduire à nous poser de nouvelles questions et à entreprendre de nouvelles recherches. Certains de ces exemples montrent également comment l'ACSG, conjuguée à une analyse de la diversité, permet d'obtenir d'importantes données sur la santé de groupes particuliers d'hommes et de femmes.

En raison de la différence de sexe, les maladies cardiovasculaires (MCV) tendent à se manifester dix ans plus tard chez les femmes, les niveaux plus élevés d'oestrogènes avant la ménopause assurant aux femmes un effet protecteur. Toutefois, les facteurs de risque liés aux maladies cardiovasculaires, comme le tabagisme, la dépression, un faible revenu, un taux de lipides sériques élevé, l'hypertension, l'obésité et la sédentarité, peuvent également varier entre les hommes et les femmes.

Le taux de diabète chez les femmes autochtones est cinq fois plus élevé que pour l'ensemble des autres femmes au Canada. Chez les hommes autochtones, ce taux est trois fois plus élevé.

En raison de divers facteurs sociaux, les mères seules s'exposent à davantage de risques pour la santé que les mères ayant un conjoint. Par exemple, une grande majorité de ces femmes ont un revenu peu élevé (27 % par rapport à 7 % pour les mères ayant un conjoint) et elles sont plus sujettes à l'insécurité alimentaire (33 % par rapport à 13 % des mères ayant un conjoint et 18 % des pères célibataires).

Principales sources : divers rapports de Statistique Canada; Exploration des concepts liés à la santé et au sexe social (Santé Canada, 2003); Rapport sur la situation de la santé des femmes : Une vue multidirectionnelle sur la santé des femmes canadiennes (Initiative sur la santé de la population canadienne et Santé Canada, 2003).

Engagement de Santé Canada à l'égard de l'analyse selon le genre et le sexe

  • En 2009, Santé Canada, de concert avec ses partenaires du portefeuille de la Santé, a approuvé une nouvelle politique en matière d'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre. Dans le cadre de cette politique, les partenaires du portefeuille de la Santé s'engagent à utiliser la Politique en matière d'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre lorsqu'ils élaborent, mettent en œuvre et évaluent leurs travaux de recherche, leurs politiques et leurs programmes afin de contribuer à répondre aux besoins en matière de santé des femmes et des hommes, des filles et des garçons du Canada.
  • Depuis 2000, Santé Canada dispose toutefois d'une Politique d'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre conforme au Plan fédéral pour l'égalité entre les sexes (1995) et au Programme d'action de Beijing de 1995, qui oriente l'élaboration de ses travaux de recherches, de ses politiques et de ses programmes.
  • Santé Canada soutient et gère le Programme de contribution pour la santé des femmes (PCSF), lequel repose sur l'adoption d'une approche qui tient compte de la spécificité des sexes dans la réalisation des travaux de recherche sur les politiques dont l'objectif est de faire en sorte que les intervenants du système de santé comprennent mieux les questions touchant les femmes en matière de santé et qu'ils sachent mieux comment y répondre.
  • Santé Canada participe également à des réseaux interministériels et à des groupes de travail axés sur le genre, comme le comité interministériel des sous-ministres adjoints sur l'égalité des sexes et le comité interministériel chargé de l'analyse comparative entre les sexes qui relève de Condition féminine Canada.