Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Vie saine

Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

Votre santé et vous

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Sur cette page :

Enjeu

Pour la plupart des Canadiens, le risque de contracter le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est extrêmement faible. Toutefois, il est important de connaître les symptômes et les facteurs de risque du SRAS pour pouvoir prendre des mesures en vue de réduire les risques.

Contexte

Les personnes atteintes du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ont de la fièvre, suivie par des symptômes respiratoires comme de la toux, de l'essoufflement ou de la difficulté à respirer. Dans certains cas, ces symptômes deviennent de plus en plus graves et les patients peuvent avoir besoin d'un apport d'oxygène et d'une ventilation mécanique. D'autres symptômes du SRAS incluent des douleurs musculaires, des maux de tête, des maux de gorge et la diarrhée.

Le SRAS a d'abord apparu en Chine et s'est répandu dans d'autres pays. Les premiers cas canadiens ont été diagnostiqués en mars 2003 chez des personnes ayant voyagé à Hong Kong. D'autres cas ont été repérés au Canada chez des personnes qui ont eu un contact étroit avec quelqu'un atteint du SRAS, y compris des travailleurs de la santé, ou chez d'autres voyageurs provenant de secteurs de l'Asie affectés par le SRAS.

Nous continuons de surveiller la situation de très près et nous communiquons régulièrement avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour obtenir les données les plus récentes sur la situation mondiale du SRAS et nous partageons cette information avec les provinces et les territoires.

Le SRAS est une nouvelle maladie. Il reste encore beaucoup à découvrir à son sujet et il faudra du temps pour que les scientifiques découvrent comment diagnostiquer rapidement le SRAS et comment le prévenir ou le traiter avec succès.

Comment le SRAS se propage-t-il?

Le SRAS est causé par un type de coronavirus inconnu auparavant. De plus, il peut y avoir des facteurs reliés au système immunitaire de la personne infectée ou des facteurs du milieu qui influent sur les symptômes et la gravité du SRAS. Normalement, les coronavirus provoquent des symptômes légers ou modérés des voies respiratoires supérieures, comme le rhume.

Le SRAS se propage au moyen de contacts étroits avec une personne infectée par le coronavirus du SRAS. Les contacts étroits incluent le fait de vivre dans la même maison qu'une personne affectée par le SRAS, de donner des soins à une personne atteinte du SRAS ou d'avoir un contact direct avec des sécrétions des voies respiratoires ou des liquides organiques d'une personne atteinte du SRAS.

Jusqu'à maintenant, il semblerait que les personnes atteintes du SRAS ne soient pas contagieuses avant l'apparition des symptômes, qui peuvent prendre jusqu'à dix jours après un contact étroit avec une personne atteinte du SRAS avant de se manifester.

Facteurs de risques

En ce moment, les seuls facteurs de risque connus sont un voyage récent dans des régions où le SRAS se propage, un contact étroit récent avec une personne malade qui a le SRAS ou qui est allée dans une région où le SRAS se propage. Bien que peu probable, il est possible que quelqu'un qui travaille sur le virus du SRAS dans un laboratoire contracte la maladie. Les effets du SRAS sur la santé peuvent être plus graves chez les personnes âgées ou celles ayant une affection sous-jacente.

Comment diagnostique-t-on le SRAS?

Les symptômes du SRAS ressemblent à ceux de nombreuses autres infections respiratoires, telles que la grippe. Les médecins ne peuvent donc pas diagnostiquer le SRAS uniquement en fonction des symptômes. Ils utilisent les critères suivants pour déterminer qui doit faire l'objet d'une vérification plus poussée.

Les personnes qui risquent de contracter le SRAS (d'après les facteurs de risque exposés ci-dessus) :

  • présentent des signes cliniques précoces du SRAS, notamment une température supérieure à 38 degrés Celsius et une toux ou difficulté à respirer;
  • démontrent dans une radiographie pulmonaire un état pouvant correspondre à une infection par le coronavirus du SRAS, comme une pneumonie ou le syndrome de détresse respiratoire (SDR); ET
  • ont une maladie dont on ne trouve pas la cause.

Il n'existe pas de test rapide pour déceler le SRAS. Si vous avez des symptômes qui pourraient être ceux du SRAS, votre médecin ou votre professionnel de la santé décidera de la façon de gérer votre cas, y compris si vous devez être isolé, en fonction de vos symptômes et des facteurs de risque de contracter le SRAS. S'il le faut, votre médecin effectuera des tests pour déceler le virus du SRAS.

Comment traite-t-on le SRAS?

À l'heure actuelle, il n'existe aucun vaccin ou traitement contre le SRAS. Les patients atteints du SRAS reçoivent le même traitement que tout autre patient atteint d'une grave pneumonie lorsqu'on suppose que la cause de la maladie est un virus. Cela peut comprendre, au besoin, des traitements de soutien, comme de l'oxygène. Des scientifiques de partout dans le monde font l'essai de divers médicaments pour traiter le SRAS, y compris de médicaments antiviraux qui pourraient se révéler efficaces contre le virus du SRAS.

Vaccins contre le SRAS et la grippe

Un vaccin contre la grippe n'offre aucune protection contre le SRAS. La principale raison de se faire vacciner contre la grippe est de se protéger soi-même contre les effets de la grippe sur sa propre santé. Toutefois, les vaccins contre la grippe aideront à réduire le nombre de personnes gravement atteintes de la grippe qui se présenteront aux services d'urgence et ils pourront contribuer à réduire le nombre d'alarmes injustifiées au sujet du SRAS. En réduisant le nombre de maladies suspectes nécessitant une investigation poussée, les vaccins contre la grippe pourraient aussi aider à garantir qu'une véritable flambée de SRAS sera détectée plus rapidement.

Réduire vos risques

Les précautions suivantes aideront à réduire les risques de contracter le SRAS pour votre famille, pour vous ainsi que pour les autres :

  • lavez-vous régulièrement les mains pendant au moins 20 secondes à l'eau chaude avec du savon;
  • si vous voyagez, consulter les conseils aux voyageurs de Santé Canada pour obtenir de l'information sur les régions affectées par le SRAS;
  • ne donnez pas de sang pour une période de 21 jours si vous avez été dans une région à l'extérieur du Canada affectée par le SRAS ou si vous avez été sur les lieux identifiés par les autorités de la santé publique comme étant à risque pour le SRAS; et
  • appelez à l'avance votre fournisseur de soins de santé pour lui demander des conseils si vous croyez avoir les symptômes du SRAS.

Avant tout, veuillez rester calme et en alerte. Rappelez-vous qu'il n'existe pas de preuve de propagation du SRAS dans l'ensemble de la population canadienne.

Le rôle de Santé Canada

Le gouvernement du Canada prend toutes les précautions nécessaires pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens dans la lutte contre le SRAS. À Santé Canada, un niveau élevé d'activités ont lieu dans les secteurs clés suivants : surveillance; recherche; diagnostics en laboratoire; santé publique et lutte contre les infections dans les hôpitaux; voyages et interventions en cas d'urgence; communications et sensibilisation du public.

Parmi ces activités, on trouve :

  • la surveillance et le contrôle;
  • la rédaction de lignes directrices pour aider les fournisseurs de services de santé;
  • l'élaboration de tests de dépistage du SRAS;
  • services de quarantaine aux principaux aéroports internationaux canadiens;
  • coordination et collaboration avec les partenaires provinciaux et territoriaux;
  • consultation des partenaires internationaux, notamment de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis; et
  • la recherche sur le virus du SRAS, les vaccins et les traitements.

Santé Canada a également conçu un site Web sur le SRAS et établi un numéro sans frais pour permettre aux Canadiens d'obtenir des réponses directes à leurs questions sur le SRAS.

Pour en savoir plus?

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'organismes qui ne sont pas assujettis à la  Loi sur les langues officielles. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

Consultez le Le lien suivant vous amène à un autre site Web site Web SRAS de Santé Canada pour les derniers renseignements sur la situation au pays et sur les activités de Santé Canada ou appelez le numéro sans frais d'information sur le SRAS de Santé Canada : 1 800 454-8302

Pour obtenir les derniers avis de Santé Canada à Le lien suivant vous amène à un autre site Web l'intention des voyageurs

Pour consulter les lignes directrices de Santé Canada sur le Le lien suivant vous amène à un autre site Web contrôle des infections à l'intention des personnes dont la profession peut comporter des risques accrus d'exposition au SRAS

Pour une mise à jour sur la situation international, visitez le site de Le lien suivant vous amène à un autre site Web l'Organisation mondiale de la santé

Pour en savoir plus sur le SRAS, voir Le lien suivant vous amène à un autre site Web Laboratoire de lutte contre la maladie

Des articles supplémentaires de Votre santé et vous. Vous pouvez également téléphoner au (613) 957-2991.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada,
représentée par la ministre de la Santé, 2004
Mise à jour : avril 2004
Version initiale : mai 2003